Retour
Décodeur
09/01/2019

Bruno Jeudy

  • Suivez nous sur Facebook
  • Suivez nous sur Twitter
  • Partagez

Né en Mayenne, Bruno Jeudy est journaliste, rédacteur en chef du service politique et économie de l’hebdomadaire Paris Match.

« Les Mayennais de Paris forment une « mini diaspora ». Aucun d’entre eux n’en ferait le centre du monde. Mais tous sont fiers de cet enracinement. »

Retour à la case Mayenne. Je vis à Paris depuis trente ans. Trois décennies traversées à grandes enjambées entre les rédactions des quotidiens Le Parisien/Aujourd’hui-en-France, Le Figaro puis, dans les hebdomadaires Le Journal du dimanche et Paris Match. Sans compter les plateaux de télévision que j’écume depuis dix ans entre « C dans l’air » et BFMTV. Quand j’ai quitté mon département de naissance après avoir fait mes
classes d’apprenti journaliste à l’édition Château-Gontier d’Ouest France, je n’imaginais pas m’installer durablement dans la capitale. Arrivé un
lundi matin à la rentrée de 1989, au siège du Parisien à Saint-Ouen, vestige de la ceinture rouge parisienne, je pensais vivre une expérience le temps d’un CDD. Deux ans plus tard, la banlieue n’avait plus de secret pour moi. Et le CDD était devenu un CDI.
Mais une autre passion allait me dévorer et m’éloigner (définitivement) de ma Mayenne angevine : la chronique politique. La campagne présidentielle de 1995 fut celle de mes premières armes de journaliste politique. Un nouveau terrain de chasse pour un jeune reporter. L’occasion de revenir dans le département pour suivre la visite présidentielle de Jacques Chirac en février 2000. D’autres suivront avec ses successeurs Nicolas Sarkozy (2008 et 2011) et François Hollande (2017). La Mayenne n’est jamais loin pour un enfant de Château- Gontier, marié à une Lavalloise et fils du dernier boulanger de Ménil. Né au sud donc d’un père né au nord (Juvigné) et d’une mère élevée entre Mayenne et Maine-et-Loire (Saint-Martin-du- Bois), j’ai grandi à Angers mais passé mes vacances scolaires à la ferme. J’en ai gardé le goût pour les affaires agricoles. À Paris, on me demande souvent où est la Mayenne. Peu savent qu’il s’agit d’une pépite rurale à une encablure de la capitale en TGV. Les Mayennais de Paris forment une «mini diaspora». Aucun d’entre eux n’en ferait le centre du monde. Mais tous sont fiers de cet enracinement.

Type éditorial