Retour
03/09/2019

Bateau V and B - Mayenne : le dragon se dévoile !

  • Partagez  'Bateau V and B - Mayenne : le dragon se dévoile !' sur Facebook
  • Partagez 'Bateau V and B - Mayenne : le dragon se dévoile !' sur Twitter
  • Partagez 'Bateau V and B - Mayenne : le dragon se dévoile !' sur LinkedIn
  • Imprimer 'Bateau V and B - Mayenne : le dragon se dévoile !' en format PDF

Le Bateau V and B - Mayenne se dévoile et la peinture est désormais réalisée sur les voiles. La peinture ? Oui, car vous ne l'imaginiez peut-être pas, mais c'est à la main que se peignent les voiles de l'IMOCA. Découvrez dès maintenant le dragon !

Dans quelques jours, le monocoque Imoca V and B – Mayenne, mené par Maxime Sorel, arborera un dragon sur ses voiles. Comme le skipper et son bateau, il incarne la puissance génératrice d’une combativité positive pour repousser ses limites, se dépasser, se surpasser, aller au-delà de soi- même. L’illustrateur, Yann Legendre, de renommée internationale, a créé ce symbole qui réunit autour d’un message fort V and B, La Mayenne, Sailing Together et surtout « Vaincre la Mucoviscidose » ! 

  • Comment est née cette idée de dragon sur les voiles de V and B – Mayenne ? 

Les différents partenaires de Maxime Sorel avaient le souhait de créer un concept graphique pour sortir des codes classiques, interpeller et raconter une histoire qui ait du sens sur la Transat Jacques Vabre et surtout lors du Vendée Globe. 

L’intégration d’un dragon dans les voiles répond visuellement à ces premiers objectifs tout en permettant à chacun des partenaires V and B, La Mayenne, Vaincre la Mucoviscidose et au skipper Maxime Sorel de s'approprier la symbolique du dragon incarnant la puissance, la combativité, le courage d’avancer, de se dépasser. Ce dragon représente aussi le souffle que les patients atteints de mucoviscidose ont besoin.  

  • Le dragon a également une histoire intéressante ? 

Le dragon est en effet mythologique. Il est d’ailleurs abordé différemment en Europe et en Asie. Je me suis aussi souvenu de l’histoire de ce peuple puissant qu’étaient les vikings. Ils avaient paradoxalement peur de la mer. Pour vaincre leurs frayeurs des océans, ils mettaient un dragon sur la proue de leur drakkar. Cette idée m’a beaucoup plu dans mon travail.    

  • C’est alors que la création a débuté, le dessin ? 

Tout à fait ! Je suis parti sur un dragon universel ni asiatique ni viking, un dragon marin avec des sortes de nageoires et des tentacules qui rappellent la mer tout en gardant les attributs du dragon. Il n’a pas été facile de dessiner dans un triangle. Un triangle n’a pas de centre. J’ai voulu vraiment à travers cette image me rapprocher le plus possible du public visé à savoir la jeunesse, les enfants atteints de la Muco. L’idée est qu’ils s’approprient le voilier V and B – Mayenne à travers ce dragon, que cette image les rende plus forts. A l’instar des mangas comme dragon ball, l’un des objectifs est d’apprendre la vie à travers la fiction.  

 
Yann Legendre est un illustrateur qui a travaillé avec plus de 50 magazines, ainsi que Disney, Universal Music, The Criterion Collection, Blue Note et de nombreux éditeurs. En 2017, Lucasfilm invite Yann à dessiner une collection de 25 images pour célébrer le 40ème anniversaire de Star Wars. Ses travaux ont été exposés dans plus de 25 pays. Il a reçu la médaille d’Or au “3x3 Professional Show” à New York, le Gold Pencil au “One Show”, ainsi que l’award de la meilleure affiche de cinéma 2011 au SXSW Festival d’Austin, TX. Ses derniers livres illustrés parus sont "Grimm’s Fairy Tales”, (Rockport), “Couture Confessions” (Rizzoli) et une monographie “À corps perdu” (Textuel). En 2019, Yann réalise sa première bande dessinée de science fiction “Flesh Empire” (Casterman).