Retour
Actualité

V and B - Mayenne, "un défi sportif et humain"

  • Partagez  'V and B - Mayenne, "un défi sportif et humain"' sur Facebook
  • Partagez 'V and B - Mayenne, "un défi sportif et humain"' sur Twitter
  • Partagez 'V and B - Mayenne, "un défi sportif et humain"' sur LinkedIn
  • Imprimer 'V and B - Mayenne, "un défi sportif et humain"' en format PDF

Pouvez-vous nous présenter votre bateau ?

Il s’agit d’un monocoque de classe Imoca construit en 2007 et qui fut notamment entre les mains de Kito de Pavant sous les couleurs du groupe Bel. C’est un bateau rapide et léger sur lequel nous n’avons pas apporté d'importantes modifications, juste le remplacement des deux ballasts à l’arrière, avec à la clé un léger gain de poids. Nous avons également changé la moitié des voiles. L’arrivée du Département de la Mayenne comme nouveau partenaire va nous permettre de poursuivre plus vite que prévu le changement complet des voiles d’ici à 2020.

Quelles sont vos ambitions ?

Plus je navigue et plus j’appréhende ce bateau, source de réelles satisfactions. C’est un voilier performant, mais j’ai encore besoin de courir pour en connaître plus sur ses ressources. Quand vous passez d’un Class40 à un Imoca, il n’y a pas que la longueur qui évolue. Les procédures à respecter dans les manœuvres sont autrement plus délicates à gérer. On fonctionne plus par la réflexion que l’instinct. C’est un bateau qui n’est pas facile à dompter ! Je suis réaliste en disant qu’il nous sera compliqué de chatouiller les podiums en l’absence de foils, les appuis latéraux. Néanmoins, j’estime que nous pourrons très bien figurer dans les classements officieux des monocoques sans foils !


Un mot sur l’identité visuelle : elle détonne dans le paysage de la voile !

Effectivement, je la trouve particulièrement réussie. Ce graphisme qui met en scène un dragon, symbole de la force et de la combativité, est original. Il marquera les esprits. Il faut féliciter le talent de Yann Legendre, son créateur.


Même si la compétition est un moteur, l’aventure humaine l’est tout autant…

Complètement. Avec l’arrivée du Département de la Mayenne aux côtés de VandB, notre partenaire historique et entreprise mayennaise, sans oublier la communauté de partenaires réunie dans le club Sailing Together, nous donnons du sens à notre projet. L’idée est ainsi d’embarquer un maximum de personnes dans nos aventures autour du monde, mais aussi autour de valeurs communes comme l’engagement et le dépassement de soi. Au-delà de la visibilité et de la notoriété de ce partenariat, la Mayenne a également immédiatement adhéré au rôle d’ambassadeur « Vaincre la mucoviscidose » affiché par le bateau, car je sais que votre département est l’un des plus mobilisés dans la lutte contre cette maladie, avec notamment les Virades de l’espoir.

Quel est votre calendrier de courses ?

L’ensemble de mon programme doit me conduire jusqu’au Vendée Globe 2020. Pour me qualifier, il faut que je navigue un maximum. Je prendrai le départ le 27 octobre prochain de la Transat Jacques-Vabre en double, entre Le Havre et Salvador de Bahia au Brésil. Puis en 2020, je participerai à The Transat (Plymouth-New York), à la Transat New York-Vendée, au Défi Azimut et enfin au Vendée Globe, avec un départ des Sables-d’Olonne le 8 novembre pour un tour du monde en solitaire et sans escale.

Type éditorial