Retour
Sport

Un Mayennais au départ du Manx Grand Prix de l’île de Man

  • Partagez  'Un Mayennais au départ du Manx Grand Prix de l’île de Man' sur Facebook
  • Partagez 'Un Mayennais au départ du Manx Grand Prix de l’île de Man' sur Twitter
  • Partagez 'Un Mayennais au départ du Manx Grand Prix de l’île de Man' sur LinkedIn
  • Imprimer 'Un Mayennais au départ du Manx Grand Prix de l’île de Man' en format PDF

Wayne Bourgeais, 26 ans, habitant à Renazé, va réaliser son rêve.  Ce fou de moto va parcourir le circuit de l’île de Man du 17 au 30 août, l’un des plus dangereux au monde. Il sera le premier pilote mayennais à tenter l’aventure.

D’où vient cette passion pour la moto ?

J’ai été baigné dans le monde de la moto depuis tout petit. Mes parents étaient motards et ils m’emmenaient souvent avec eux. J’aime la vitesse, j’ai toujours voulu faire de la course. Au départ j’ai fait du circuit puis je me suis réorienté vers la course sur route car il y a plus de sensations, c’est plus engagé. L’île de Man me fascine depuis que je suis gosse, avec ses 61 km et ses 264 virages. J’ai vu tous les reportages sur le sujet !

Tu as déjà fait des courses prestigieuses…Celle-ci est le summum ?

Cela fait dix ans que je fais des courses en compétition. J’ai enchaîné des épreuves sur route partout dans le monde : le TT en République tchèque, le Chimay en Belgique, l’Hengelo aux Pays Bas, le Frohburg en Allemagne…ça fait quatre ans que je demande à participer au Manx Grand Prix, et j’ai été sélectionné en décembre 2018. 

Je rêvais de le faire, je suis très heureux.

Comment t’es-tu préparé à cette épreuve réputée parmi les plus dangereuses au monde ?

Je suis déjà allé trois fois là-bas, deux en tant que spectateur et une en tant que mécano. J’y suis retourné au mois de mars pour le week-end ‘new comer’, j’ai fait quinze fois le circuit en voiture avec des pilotes confirmés qui m’ont signalé les dangers, les pièges, et m’ont appris les noms des virages. C’est un circuit très long, très rapide. Mon objectif est de faire le tour en 20 à 21,30 minutes, en roulant dans ma catégorie à une vitesse d’environ 170 km/h. Je pars cinq jours avant le début des essais. Je vais refaire des tours en voiture pour me remettre le circuit en tête.

C’est important d’être bien entouré ?

J’ai la chance d’avoir Dean Harrisson qui a gagné plusieurs courses au Tourist Trophy sur l’île de Man dont la senior TT, la course la plus emblématique ! Il va m’aider pour faire des tours de repérage, voir là où je peux pousser un peu, là où je ne dois pas prendre de risque…Et j’ai l’un des meilleurs teams : celui de Billy McKinstry. Il ne prend qu’un pilote par course, et ce sera moi. J’aurai une Kawasaki ER6 -650 pour la catégorie new comer B et light weight. J’ai déjà fait deux courses avec cette moto au mois de mai, j’ai un bon feeling. Elle est légère et a énormément de puissance. 

Tu te sens prêt ? Quels sont tes objectifs pour la suite ?

-« Oui je suis prêt, même si j’ai perdu plusieurs amis sur cette course. On connaît les risques, c’est le jeu. J’imagine que tout va bien se passer et que je serai dans le top 10. Ce serait la plus belle récompense ! Si je réussis au Manx Grand Prix, je voudrais faire le Tourist Trophy, toujours sur l’île de Man, en mai 2020. Ce serait le top car c’est la course suprême. Je vise aussi la North West et le Grand Prix d’Ulster en Irlande. 

 

Type éditorial