Retour
Actualité

Pernille, une scandinave qui a choisi la Mayenne

  • Suivez nous sur Facebook
  • Suivez nous sur Twitter
  • Partagez

Les "Reflets du cinéma", qui se déroulent du 8 au 19 mars et qui mettent cette année un coup de projecteur sur la Scandinavie , sont l’occasion de s’intéresser à ces habitants qui ont quitté leur pays nordique pour venir vivre en Mayenne. Portrait de Pernille Hervieu, originaire du Danemark, qui vit depuis onze ans à Laval.

Elle a les yeux clairs, de longs cheveux châtains, et arbore un large sourire.  Pernille  Hervieu (née Dirchsen) vient de Copenhague. Elle a quitté son pays à l’âge de 24 ans. « Avec mes parents, nous habitions près d’une forêt et d’un grand lac. J’aimais beaucoup me baigner et me promener dans la nature. C’est très danois ! » raconte-t-elle. « Enfant, j’avais beaucoup d’activités : natation, badminton, tennis, équitation, flûte… Au lycée, j’ai étudié le français, et après mon bac je suis partie à Paris comme fille au pair. J’ai adoré la capitale française ! ».

Revenue au Danemark, Pernille fait des études de commerce puis travaille comme vendeuse dans un grand magasin, tout en suivant des cours de français, d’anglais et d’italien. Elle s’oriente vers des études de marketing et valide sa 3ème et sa 4ème année à Rouen en France. Un jeune français devient son mari en 1995.  « Nous nous sommes d’abord installés à la Roche-sur-Yon, où j’ai trouvé un travail à la Chambre de Commerce et d’Industrie pour donner des cours d’anglais dans les entreprises ». Le couple donne naissance à trois enfants : Nicolas, Alexandre et Emma. En 2008, la famille déménage en Mayenne pour raisons professionnelles. « J’ai été mutée ici à la CCI. J’ai tout de suite aimé ce département, avec la rivière et la campagne alentour » ajoute Pernille.

 Aujourd’hui elle ne travaille plus mais a toujours beaucoup d’activités : jardinage, couture, broderie, lecture…et cinéma. Le festival va être l’occasion de voir des films avec ses acteurs préférés, dont certains sont très connus au Danemark comme Mads Mikkelsen. Attachée à ses racines, notre mayennaise d’adoption retourne deux fois par an à Copenhague. « C’est vital ! Ma fille vit au Danemark. Je revois ma famille, mes amis. Je profite de la mer, des grands espaces. C’est un bonheur simple ».

Type éditorial