Retour
Sortie

Mozart en mode hip-hop : gagnez votre place !

  • Partagez  'Mozart en mode hip-hop : gagnez votre place !' sur Facebook
  • Partagez 'Mozart en mode hip-hop : gagnez votre place !' sur Twitter
  • Partagez 'Mozart en mode hip-hop : gagnez votre place !' sur LinkedIn
  • Imprimer 'Mozart en mode hip-hop : gagnez votre place !' en format PDF

Le 13 janvier, le Carré propose « Un break à Mozart 1.1 » : un spectacle où Mozart rencontre le hip-hop. Echange avec le chorégraphe Kader Attou.

Pourquoi vouloir régulièrement mixer le hip-hop avec d’autres influences musicales ?

Parce que cela fait partie de mon histoire. J’aime autant la musique française, que la musique dite savante, que la musique contemporaine ou le hip-hop. Je n’ai pas un style de musique préféré, mais je suis très sensible aux morceaux qui peuvent résonner chez moi. La musique une rencontre avec soi-même, et une résonance du corps. Tout est possible, car la danse me donne la possibilité d’imaginer plein de choses, et d’être à l’endroit où l’on ne m’attend pas.

Cette rencontre avec l’orchestre, racontez-nous !

Mozart était en avance sur son temps, c’était un génie. C’est quelque chose d’intemporel, et je crois que Mozart aurait été séduit par cette proposition de faire rencontrer la musique savante avec une musique d’aujourd’hui. Là, c’est la rencontre entre dix musiciens et dix danseurs de la compagnie. La vibration des instruments a un lien très fort avec la vibration des danseurs. Je me suis amusé à trouver des points d’accroche pour les danseurs qui s’appuient sur la musique, mais qui prennent aussi leur liberté. Mozart se suffit de lui-même. L’enjeu était de faire que la danse soit aussi forte que la musique.

En quoi la danse peut-elle permettre de porter un message ?

Moi je suis arrivé dans ce métier là parce que lorsque j’ai réalisé que la danse était un langage universel. Je m’exprimais avec cela. Un artiste, c’est quelqu’un de connecté dans le monde dans lequel il vit. On fait parfois avancer beaucoup de plus de choses que des politiques. Je suis témoin du monde dans lequel je vis. J’ai cette volonté de bousculer. Ce n’est pas un mal de bousculer, je ne suis pas quelqu’un qui créé pour plaire. Le spectateur, lorsqu’il rentre dans une salle de spectacle, doit en sortir différent. On doit l’émouvoir, le faire rire… L’art permet de parler de choses de notre époque avec un regard d’artiste.

Gagnez votre place pour le spectacle !

lamayenne.fr vous offre deux places pour assister au spectacle.
Pour jouer, indiquez vos coordonnées et vous serez peut-être tiré au sort !

Le gagnant sera contacté par email dans la journée du vendredi 11 janvier.

Type éditorial