Archives départementales de la Mayenne

Contrat de mariage (1788)



Archives de la Mayenne, 3 E 22/33

Archives de la Mayenne, page 4


Archives de la Mayenne, 3 E 22/33

Archives de la Mayenne, page 3


Archives de la Mayenne, 3 E 22/33

Archives de la Mayenne, page 2


Archives de la Mayenne, 3 E 22/33

Archives de la Mayenne, page 1


16 décembre 1788
Le seize décembre mil sept cent
quatre vingt huit apres midy.
Devant nous Charles René Boisseau notaire royal
au Maine rezidant à Sougé le Bruand,
furent presents François Boulay, journallier, veuf
Renée Croissant et issu du mariage de deffunts
François boulay et de Jeanne Meignan ses père
et mère procédant de son chef et de l'agrément
de Marie Peslier veuve Jouachim Boulay, de
Julien Duchemin tissier et Anne Boulay sa femme,
ses belle-sœur beau-frere et sœur de François Chauveau
domestique son cousin, demeurants parroisses dudit
Sougé et Nuillé sur Ouette d'une part,
Et Louise Chauveau fille majeure et issue du
mariage de deffunts Julien Chauveau et de Louise
Simon ses père et mère, demeurante domestique au
lieu du Grand-Pont dudit Sougé, procédante aussy de
son chef et de l'agrément de Julien, Renée et Pierre
Chauveau ses frères et sœur, de Françoise Chesneau
veuve Jean Simon sa grande tante, de Jean Simon et
Marie Guilmin sa femme, ses cousin et cousine
remuée de germain demeurants paroisse de Saint Christophle
du Luat, Saint Ouen des Oyes et dudit Sougé d'autre part

AD53_3E22_033_0001

Page 1

 

 

Entre lesquels a été fait le contrat de mariage
et convention matrimonialles qui suivent, savoir
que ledit Boulay et ladite Chauveau du sufrage
de chacuns leurs parents se sont l'un à l'autre
promis la foy de mariage et iceluy le solemniser
selon les loix civilles et canoniques à la
première réquisition que l'un en fera à l'autre
si empechement legitime ne se rencontre tous
empechements cessants, auquel mariage les
futurs epoux y entreront avec tous et chacuns
leurs droits mobilliers à eux apartenants, de
la part du futur de sa communauté avec la demoiselle
Croissant et la future de ses peculles et
reserve pour avoir servi domestiquement, affirmant
les futurs n'avoir ny l'un ny l'autre aucuns biens
fonds, acquereront les futurs epoux communeauté
de biens dès le jour de la bénédiction nuptialle
non obstant la disposition de notre coutume du
Maine qui ne l'adnet [sic pour : l'admet] que par demeure d'an et jour
à laquelle a été dérogé, et pour la bonne
amitié que les futurs ont l'un pour l'autre

AD53_3E22_033_0002

Page 2

 

se sont par les présentes fait don mutuel et
réciproque par uzufruit du premier mourant au
survivant de l'un d'eux ce acceptant, de tout ce que
la coutume du Maine arrets et reglements rendus
en consequence permettent de donner entre mary et
femme à l'effet par le survivant d'en jouir
pendant sa vie sans être tenue de (*) caution
interet ny [ces deux mots rayés] crue ny [ce mot rayé] parisis ny redevance, et
ce au cas qu'ils n'ayent aucuns enfans nés
ny procrés de leur mariage, et sans laquelle
condition le present contrat n'auroit eu lieu ny
consenty par les parties, ce qu'elles ont ainsi
voullu reconnu consenty stipullé et accepté.
Dont les en avons jugés de leur consentement (**).

Fait, leu et arreté audit Sougé en la maison
dudit lieu du Grandpont demeure de la
future epouze en présence de

[une ligne blanche]

temoins requis qui ont signés avec ledit Duchemin
et nous notaire, et ont les autres parties declarée
ne le savoir de ce enquise. (*) donner : renvoy
approuvé ; rayé trois [mots] ou silabes

AD53_3E22_033_0003

Page 3

 

nuls ; (**) et de l'agrément de Jean Le Daufin demeurant
audit Sougé amy commun desdits futur epoux : renvoy
approuvé.

(Signatures :)

J. Duchemin
Jean Simon
Jean Dophin
Pierre Lebeul

Boisseau

Controlé à Montsurs le 29 décembre 1788. Reçu quatre livres dix sols
par doublement et renvoyé au siège royal (***) pour l'insinuation au
tarif, dans les quatre mois du décès. (***) de la demeure des contractans.

(Signature : )
De Veniez

AD53_3E22_033_0004

Page 4