Archives départementales de la Mayenne

Le « tour » des enfants abandonnés



Tour de l’hospice Saint-Louis, à Laval (Mayenne) encore visible en 1999 dans le mur de l’hospice.
Le tour, ou tiroir , appareil fonctionnant sur pivot, permettait de déposer anonymement les enfants nouveau-nés que l’on souhaitait abandonner à la charité publique.

Déjà connu au XVIIIe siècle, le tour devint obligatoire par décret du 19 janvier 1811. A Laval, l’hospice Saint-Louis était chargé de l’accueil de ces enfants. En 1855, l’inspection générale constate qu’il est établi une telle surveillance par le personnel, que les femmes hésitent à apporter leur enfant. Malgré cela, la création des tours a permis de faire considérablement diminuer la mortalité infantile des enfants abandonnés.
Les tours furent progressivement remplacés au cours du XIXe siècle par les bureaux d'admission.

(Notice extraite de « Voyage au coeur des Archives de la Mayenne  », 1994, p. 37).

L’inventaire des archives de l’hospice Saint-Louis et de l’hôpital Saint-Julien de Laval, par Isabelle Las, attaché de conservation aux Archives de la Mayenne, a été publié en 2001.

Archives de la Mayenne, 2 Fi 121

Archives de la Mayenne, 2 Fi 121