Espace Mayenne
Le 29 juin 2018

Espace Mayenne

Développement des territoires

Un équipement phare d’attractivité et de rayonnement


Des travaux de terrassement commencent ce mois-ci, au nord-ouest du quartier Ferrié, à Laval. Depuis la rocade, s’ouvre déjà l’accès au très attendu « Espace Mayenne », grand complexe multi-activités à triple vocation : sportive, culturelle et événementielle.
Découvrez les ressources étonnantes de ce projet phare de la mandature, dont la première pierre sera scellée en juillet.


Pouvait-on lui réserver meilleur écrin que l’écoquartier Ferrié, porte-étendard du renouveau urbain sur l’agglomération lavalloise ? Sur 8,2 hectares,
Espace Mayenne doit éclore progressivement, pour une mise en service à l’été 2020. Un parking de 675 places, un vélodrome et une grande salle multi-activités seront les trois éléments directement perceptibles in situ. Mais un simple coup d’oeil extérieur ne rend pas justice au très haut potentiel de ces installations. Pour un coût prévisionnel établi à 31,4 millions d’euros, le département va en effet bénéficier d’un équipement ultra-moderne, compact et modulable. Un effort financier qui se justifie autant d’un point de vue stratégique que pratique : s’il constitue pour le territoire un pôle majeur d’attractivité et de développement, le projet « Espace Mayenne » manifeste évidemment le dynamisme sportif, économique et culturel perceptible sur le territoire, au service duquel il sera en premier lieu affecté. Et qui dit « multi-activités » dit multiples partenaires, dont le concours a permis de tracer les contours de cet espace commun : le Comité départemental olympique et sportif, la région Pays de la Loire, l’État (CNDS), la Ville et l’Agglomération de Laval (futur gestionnaire), ainsi que la CCI.

Plus de 4 500 m2, près de 4 500 places

Bénéficiant de nombreuses années de recul sur ce type de conception et d’une expérience reconnue (notamment Brest Arena), les architectes grenoblois Isabel Hérault et Yves Arnod, ont dessiné un bâtiment (multi)fonctionnel, conçu pour allier performance technique et maîtrise des coûts (en investissement comme en fonctionnement). Accessible par une esplanade au sud, un hall spacieux distribue trois espaces. Les chiffres de capacité reflètent en premier lieu les dimensions exceptionnelles de ce projet départemental. Jusqu’à 4 474 places assises dans la salle de sport principale en configuration boxe (3 252 places pour le handball) et 4 312 entrées possibles en mode concert avec gradins et parterre ! Le terrain de sport secondaire flanqué d’un mur d’escaladede niveau international, présente lui aussi une double jauge : 2 000 spectateurs pour des compétitions d’escalade ou 800 pour des sports de balle intérieurs. Enfin, la partie sud du bâtiment fournira à tous les organisateurs de congrès et réunions plénières un outil remarquable. La salle des congrès, en amphithéâtre, compte 500 places, dont 300 sur gradins amovibles !

Un équipement scénographique, acoustique et audiovisuel exemplaire

Cette capacité d’adaptation aux rendez-vous événementiels de différentes natures est renforcée par la présence de trois salons de réception ou réunion, flexibles et modulables, de l’autre côté du hall. Ils serviront également à la réception des VIP, à la billetterie et à l’accueil pour les grands rendez-vous sportifs et culturels, autant d’atouts pratiques qui s’ajoutent à la batterie de vestiaires et locaux techniques prévus au centre du dispositif. L’usage mixte de la salle principale permettra la tenue de grands spectacles, tandis que la pratique sportive se poursuivra sur le terrain secondaire. Les standards de conversion de l’équipement ont été revus, pour éviter le montage de la scène sur la petite largeur du terrain. La modularité des gradins nord, sur la longueur du terrain, permet une configuration unique, pour davantage de confort et de proximité, avec 1 274 places en balcon, face à la scène. Deux jauges permettent de s’adapter, à grande ou moyenne échelle : 4 232 places au total, 2 948 places balcon fermé. Au confort s’ajouteront les sensations, dans un « coquille » high-tech, au niveau d’équipement scénographique, acoustique et audiovisuel exemplaire.

Vélodrome et escalade : identité et défi !

Un vélodrome bien entendu… Les exploits du pistard mayennais François Pervis, septuple champion du monde, l’ont rendu incontournable ! À l’ombre de la grande référence nationale : Saint-Quentinen- Yvelines, la boucle mayennaise présentera de sérieux arguments : 75 km/h de vitesse potentielle, sur 250 mètres de piste, accessible par un tunnel relié aux parkings techniques et aux vestiaires, mais aussi un anneau intérieur d’échauffement… Cette montée en gamme stoppera la fuite actuelle de talents mayennais et attirera des compétitions de niveau national. Le niveau international et la dimension du défi émergent donc avec l’élévation d’un mur d’escalade à l’ouest de la salle de sport secondaire. Un choix stratégique, placé sous le signe de l’audace ! Avec les Jeux Olympiques 2024 en ligne de mire et la création prochaine d’un pôle d’excellence « grimpeurs » en Pays de la Loire, ce mur de niveau international (16,5 m de hauteur et 51 m de longueur) formera un nouveau pôle d’attractivité, lié à une discipline qui monte en puissance. Un dispositif conçu d’un rideau préservera les grimpeurs des parasites visuels et sonores, en cas d’usage simultané avec le terrain de sport secondaire. Mais s’il est rabattu, un champ de vision est ouvert pour un potentiel de 2 000 spectateurs, assis en gradins et sur le plateau de sport.

Les futurs usagers dans les starting-blocks…

La perspective de voir éclore cet ensemble place évidemment les futurs utilisateurs dans les meilleures dispositions. L’enthousiasme de l’entité départementale fait écho à celui de la Fédération française de montagne et d’escalade, assistante à maîtrise d’ouvrage sur la partie escalade :
« C’est une opportunité incroyable de poursuivre ici le développement de cette activité. Bloc, vitesse et difficulté… ce mur permet de pratiquer les trois disciplines qui forment le combiné retenu pour les JO de Tokyo. En attirant les athlètes et les compétitions de haut niveau, nous créerons une émulation bénéfique autant pour notre discipline que pour le territoire », explique Bernard Chaillou, conseiller technique fédéral. Même engouement du côté de Laval Cyclisme. Le président Patrick Omasson se réjouit : « Le cyclisme sur piste est un axe de développement important pour le club, alors que l’avenir de la pratique sur route est compromis par de nombreux freins (technique et sécurité). Il ouvre l’accès, pour les familles et les sportifs, à un espace sécurisé, gage de spectacle et de performance sportive ». Et retour enfin dans l’enceinte de la salle multi-activités, que les clubs sportifs et professionnels du spectacle ont hâte d’investir. Le milieu économique également, qui évoque un choix éclairé, «alors que les équipements de même nature, apanage des grands centres régionaux, sont saturés». Pour Julien Elie, de la CCI, il apparaît évident qu’ «Espace Mayenne va favoriser l’émergence d’un tourisme d’affaires». Les salons professionnels de grande envergure, comme les événements sportifs et culturels, auront des répercussions sur l’activité économique, hôtellerie et restauration en tête.