Redouly

NOVEMBRE 2014

Sophie Redouly

 
 



Sophie Redouly, une vétérinaire devenue romancière

livre

Quand Sophie Redouly nous reçoit chez elle, au coin du feu, dans une maison aux poutres apparentes qui fleure bon la campagne anglaise, on imagine aisément les lieux servir de décor à une prochaine scène de roman. Nourrie dès son plus jeune âge aux histoires d’Agatha Christie, Sophie Redouly s’est mise à l’écriture il y a dix ans, avec la parution d’un premier roman policier, « Les Yeux du tigre ». « J’avais très envie d’écrire, de raconter une histoire policière, dont le postulat de départ serait un crime et où se mêleraient des personnages inspirés de séries anglaises que j’affectionne particulièrement » , raconte la romancière, native de Suède.
 
Plus Inspecteur Barnaby qu’Esprits criminels, Hercule Poirot que The Mentalist, « Mais je suis aussi fan de James Bond, de l’inspecteur Harry et Les Tontons flingueurs est mon film culte ! » , voilà qui rétablit les choses, Sophie Redouly donne à ses personnages des âmes complexes : « À tel point qu’ils réussissent quelquefois à me manipuler ! »  Enigmes à tiroirs, impasses et rebondissements, Sophie Redouly ne cède cependant pas à l’excès de fantaisie : « Les histoires que j’invente sont ancrées dans la réalité » . Si elle ne s’inspire pas directement de l’actualité fait-diversière, la romancière met un point d’honneur à ne pas s’égarer dans les méandres de son imagination : « J’ai toujours eu d’excellentes collaborations avec la police judiciaire d’Angers et le commissariat de Laval pour qu’ils m’expliquent, par le détail, leur travail d’investigation, les techniques employées. Tout ce que j’écris est plausible et vérifié » .

 

redouly2

La romancière aime situer ses romans autour du monde hippique comme dans « Meurtre à l’hippodrome », sorti en 2010, ayant pour toile de fond la piste de Bellevue-la-Forêt à Laval. Rien d’étonnant à cela. En effet, Sophie Redouly fut, dans une autre vie, docteur vétérinaire : « Nous avons quitté la Normandie, où j’ai passé mon enfance, pour créer avec mon mari une clinique vétérinaire équine à Louvigné. J’ai exercé auprès de lui pendant 20 ans » . Aujourd’hui, si elle ne soigne plus les équidés, sa passion des chevaux a pris une autre forme : « Je suis propriétaire et éleveuse de yearlings » . Sophie Redouly connaît donc bien Deauville et ses dessous. C’est dans cette ville huppée de la Côte fleurie, et pendant les prestigieuses ventes de pur-sang, qu’elle a d’ailleurs situé son dernier roman paru l’année dernière. La jeune flic Florence Mordoc et le lieutenant lavallois Roze ont deux cadavres sur les bras. Manipulations génétiques, coups bas politiques et magouilles financières sont au menu de ce macabre festin où « Les dessous de Deauville », titre du roman, les plus inattendus, voire sordides, sont révélés…