Michael Clement

JUIN 2014

Michaël Clément

 
 



Michaël Clément, une passion sans borne pour Simca et Talbot

On n’échappe pas à son destin. Voilà une formule qui sied parfaitement à Michaël Clément. Né en 1974, ce fils de garagiste et concessionnaire de la marque Simca puis Talbot a grandi au milieu de ces véhicules que les moins de 30 ont rarement vu rouler en mode « voiture du quotidien ». Tagora, Horizon, Bagheera, Simca 1100…, ces noms, qui aujourd’hui fleurent bon le passé automobile français, lui évoquent de savoureux souvenirs d’enfance : « Jamais, je n’oublierai ce jour où mon père est venu me chercher à l’école au volant d’une Matra-Simca Bagheera blanche. J’avais 6 ans et je n’étais pas peu fier ! » . Il n’a pas non plus oublié ces posters qui tapissaient les murs de sa chambre, et notamment celui de cette Talbot-Matra Murena 2,2 l S : « Cette voiture qui me faisait rêver, dort désormais dans mon garage ! » .

clement2

On n’échappe pas à son destin. En 1997, un accident cloue six mois dans un fauteuil roulant le père de Michaël : « Dessinateur dans un bureau d’études, j’ai quitté mon employeur pour rejoindre l’affaire familiale et aider mon père. Si je ne suis pas arrivé un terrain inconnu, il m’a fallu apprendre le métier » . Depuis le début des années 90, Gérard Clément a développé, en marge du garage, une activité de revente de pièces mécaniques Simca et Talbot : « Le déclic a eu lieu lors d’un rassemblement international des passionnés de la marque où les pièces que nous avions amenées se sont vendues comme des petits pains. L’engouement suscité nous a surpris » .

Dès lors, de reprises de stocks de garage en rachats de pièces sur des véhicules hors service dits « banque d’organes », le garage Clément va accumuler un formidable trésor de guerre, une véritable caverne d’Ali Baba auprès de laquelle les passionnés de Simca et Talbot, de France et d’Europe, sont certains de trouver leur bonheur. Et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’il joue les Saint-Bernard de la mécanique quand certains collectionneurs se mélangent les pédales dans les productions : « Ma mémoire est sélective. Ne me demandez pas de retenir un prénom, mais pour ce qui de savoir quelle pièce pour tel modèle, telle année, telle finition, je suis imbattable ! ».  Une science utile au moment de poser par téléphone un diagnostic de la panne quand le propriétaire sait tout juste changer une roue…

Installé depuis 2003 à Entrammes, le garage Clément, une institution pour les collectionneurs, les garagistes et les propriétaires de Simca et Talbot, réalise désormais plus de 95 % de son chiffre d’affaires grâce à la revente de pièce détachées « les 5 % restants concernent les activités de carrosserie, entretien et restauration » .

Patron depuis 2010, Michaël Clément a fait de sa passion un métier. Mais il lui reste un rêve. Et ce rêve a forcément la forme d’une Simca « La 8 Sports. Une beauté ! ».