JESSICA TARRIÈRE-ANNE

Décembre 2016

JESSICA TARRIÈRE-ANNE

Elle a plus d'un moteur dans sa vie



Comment peut-on relier la lecture du magazine « Femme Actuelle » à la course automobile ? À première vue, rien ne réunit les deux sujets. Et pourtant… Les explications de Jessica : « Alors en Angleterre, où je travaillais comme serveuse, ma maman m’a inscrite à jeu-concours organisé par l’hebdomadaire féminin. L’enjeu était de taille, puisque le vainqueur remportait le droit de disputer une saison de kart cross lors du Trophée Andros ».

Jess a 23 ans et la compétition automobile la renvoie plutôt à des souvenirs d’enfance : « J’aimais les sports mécaniques, mais ce n’était pas une passion. À cette époque-là, ce sont les voyages qui m’intéressaient ». À ce stade, il est essentiel de rappeler que son père, Gustave, fut un illustre pilote automobile, champion de France de rallycross, et co-créateurs du circuit Forget avec son ami Maurice Forget : « J’ai des souvenirs très forts de lui à Mayenne devant son public. J’ai toujours baigné dans ce milieu-là ».
Si la jeune femme n’est pas obnubilée à l’idée de s’installer dans un siège baquet de voiture de course, elle tente tout de même le concours. Et se donne les moyens de le remporter : « Ce fut une aventure excitante. Malheureusement, même si j’ai fait partie des 10 pilotes sélectionnées, puis des deux finalistes, je termine 2e ». Plus à l’aise sur la glace et derrière son volant, Jess fut moins inspirée à l’oral : « On devait passer devant un jury composé d’Alain Prost notamment et exprimer en public ses motivations. Je n’ai pas su convaincre ». L’échec sera vite avalé et, de façon indépendante, grâce au soutien de partenaires privés, elle financera une saison au Trophée Andros lors de l’hiver 2004/2005. Une première expérience enrichissante.
Mais à vrai dire, ce n’est pas la glace qui fait fondre la pilote mayennaise, mais bien la terre et le bitume poussiéreux des circuits de rallycross. Elle y fait des débuts prometteurs en 2005 en division 4 au volant d’une Citroën Saxo. Les deux années suivantes, elle évolue sur une Honda Civic R en division 2, une parenthèse enchantée. Les compétitions s’enchaînent, les titres de championne de France s’empilent (elle a décroché un 4e titre en 2016). Elle goûte à différentes catégories. Donne du fil à retordre aux garçons : « Quel plaisir de leur mettre la pilule de temps à autre ! », lâche-t-elle avec un grand sourire. Une femme dans un monde masculin ? « J’ai entendu quelques réflexions ici et là, mais ça n’a jamais été très loin. Mon patronyme m’a aidé ! Aujourd’hui, les filles sont bien accueillies ».

En couple avec Emmanuel Anne, pilote de rallycross rencontré sur les circuits, maman de deux jeunes enfants, la pilote de l’écurie Océan Mayenne s’est assagie au volant : « La rage de couper la ligne en tête est toujours omniprésente, mais je suis moins
tête brûlée qu’avant ».
À 34 ans, Jessica Tarrière-Anne consacre une grande partie de son temps libre au rallycross : « Entre les compétitions, les essais, la recherche de partenaires, la saison creuse n’existe pas pour une structure comme la nôtre ».
Une passion qui l’a conduite à prendre une décision professionnelle décisive. En effet, si à son retour en France, Jessica fut animatrice au centre socioculturel de Bagnoles-de-l’Orne, depuis avril dernier, elle a rejoint le garage tenu par son mari à Ambrièresles- Vallées : « Je vends des voitures d’occasion et m’occupe de secrétariat et comptabilité. C’est inédit pour moi, mais le choix de me rapprocher de mon mari et mes enfants fut comme une évidence ».
Une passion dévorante, une vie de famille bien remplie, un métier à apprendre, la vie de la jeune femme est « propulsée » par de nombreux moteurs, tous indispensables à son épanouissement. Malgré tout, il lui reste encore du temps pour défendre des causes lui tenant à coeur, comme la lutte contre le cancer du sein : « Octobre rose, dont je porte les couleurs et pour laquelle je fus marraine des Foulées le 16 octobre dernier à Laval, en est une ». Un autre moteur en quelque sorte.