Isabelle et Hervé Royer

JUILLET-AOUT 2014

Isabelle et Hervé Royer

 
 



Isabelle et Hervé Royer, agriculteurs audacieux 

Sur la route de la « Maison Royer », lieu-dit « Montigné », entre Quelaines Saint-Gault et Bouessay, des joueurs de swin-golf entament leur partie. En continuant vers les bâtiments de la ferme, de jeunes canards nichés dans l’herbe de leur enclos profitent du soleil. Bienvenue chez Isabelle et Hervé Royer, exploitants agricoles de leur état, mais dont la trajectoire professionnelle a rarement emprunté les chemins d’une agriculture conventionnelle.
 

royer2

Enfants du pays, « De Saint-Gault » , précise Isabelle, « Et moi, de Quelaines » , ajoute Hervé, leur premier pari audacieux remonte à trente ans : « Avec l’apparition des quotas laitiers, l’idée d’une activité complémentaire a vite germé. Pourquoi nous ne produirions pas du foie gras de canard que nous vendrions à la ferme ! »  Les commentaires sont teintés de scepticisme. À Noël 1984, les premières ventes sont pourtant prometteuses et les quinze premiers canards s’invitent sur les tables de fête. Isabelle rejoint son mari en 1987, « après avoir abandonné l’idée d’être infirmière » . Aujourd’hui, la production annuelle s’établit à 1 000 canards (foie gras, magrets, confits, terrines…).
Pionniers, les époux Royer le sont une nouvelle fois en 1992, étant les premiers en Mayenne à adhérer à « Bienvenue à la ferme », un réseau qui promeut les circuits courts et la vente directe : « Ce contact avec le consommateur est primordial. Nous envisageons l’agriculture ainsi » , souligne Isabelle Royer, présidente du réseau.
 
En 1994, nouveau challenge atypique avec l’aménagement d’un swin-golf de 8 hectares : « Au début, l’activité devait divertir les clients de la ferme auberge tenue par mes parents. Mais rapidement, des personnes sont venues exprès pour le jeu », se souvient Hervé Royer. « N ous l’avons vendu en 2012, car il devenait difficile de mener de front nos activités » .
 
Ne jamais manquer d’idée, telle pourrait être la devise d’Isabelle et Hervé Royer : « Pourtant, on n’a rien inventé ! On a juste eu une oreille attentive pour appliquer de bonnes idées, sans objectif démesuré, et vivre notre métier autrement » , soulignent les époux. Une bonne idée, comme l’association Drive fermier 53 pour laquelle ils s’investissent depuis peu, aux côtés de 17 autres producteurs locaux : « Il s’agit d’un site internet où l’on vend nos spécialités. Les clients retirent leur commande à la Maison des agriculteurs à Laval » , précise Isabelle Royer, présidente de l’association.
 
Mais un dernier challenge, pas le plus simple, se profile déjà à l’horizon. « Dans 10 ou 15 ans, l’heure de la retraite sonnera. Nous aimerions réussir cette transmission pour que rien ne s’arrête avec notre départ »  ! À bon entendeur…

 

 
>> Plus d'infos : http://www.maisonroyer-53.com