Guy et Jocelyne Leriget

MAI 2014

Guy et Jocelyne Leriget

 



Arrivé en Mayenne en 1988 pour raisons professionnelles, le couple Guy et Jocelyne Leriget prend rapidement les bonnes roues. De vélo évidemment : « Chez Valéo, j’ai fait la connaissance de Michel Rouland, qui, à l’époque, était très impliqué dans le cyclisme mayennais, à l’OCC Laval et aux Boucles de la Mayenne » . Originaire d’Arrou près de Nogent-le-Rotrou, Guy Leriget n’est pas une lanterne rouge dans le milieu cycliste. Bon coureur amateur de première catégorie, il s’est forgé un solide palmarès de 26 victoires, joli score pour ce coursier « rouleur et bon grimpeur, mais absolument pas sprinter » . Ses victoires et places d’honneur sont aussi un peu celles de Jocelyne, préposée aux bidons et aux encouragements. Les femmes de coureurs cyclistes savent de quoi il est question.

leriget2

Ses premières « Boucles », Guy les suit à moto comme signaleur en 1989. Dans le même temps, il s’investit comme directeur sportif pour l’OCC Laval, puis rejoint les clubs bretons de Pontivy et Dinan. De son côté, Jocelyne change de braquet et prend la présidence de l’OCC Laval en 1999. Elle y reste onze ans durant. L’heure de la retraite n’entame pas leur engagement et leur enthousiasme. Au contraire : « Personnellement, ça me fait oublier que j’aurai 70 ans au mois de janvier prochain » , sourit Guy.

Si le mois de mai est celui du muguet, pour les Leriget, il annonce les prochaines Boucles de la Mayenne. Tête dans le guidon, ce n’est pas le moment de traîner en queue de peloton et de faire de la roue libre. Dans leur maison, ils ne comptent pas les heures passées dans cette pièce transformée en véritable « bureau du cyclisme ». Guy gère la partie technique de la course, réalisation du parcours et sélection des équipes « des vrais casse-têtes à régler, mais de vrais challenges » . De son côté, Jocelyne, présidente des Boucles de 2007 à 2010, s’occupe des hébergements et du « secrétariat de son mari ! » , dit-elle en souriant. Et de toutes ces petites choses chronophages, mais si indispensables pour que les rouages de l’organisation ne cessent de tourner.

Ce qui les motive ? « Se lancer des défis, rendre ce que j’ai reçu quand j’étais coureur, retrouver les copains » , pour Guy. « L’état d’esprit du bénévole, le contact avec les gens, apprendre à connaître les autres » , pour Jocelyne. Et bien sûr une passion sans borne pour le vélo.

Alors, du 5 au 8 juin prochain, Guy et Jocelyne épingleront une nouvelle fois un dossard. Avant de s’échapper pour quelques jours de vacances mérités et revenir affûtés pour l’édition 2015.