Manet

AVRIL 2014

Cassandre Manet

 



Cassandre Manet, comédienne et ambassadrice mayennaise

manet2

Être une petite fille et jouer dans l’enceinte du château de Sainte-Suzanne attisent forcément votre imaginaire qui, à cet âge-là, vous emmène parfois très loin. Mais autant qu’elle s’en souvienne, ce n’est pas à l’abri des remparts ou dans l’ancienne boulangerie médiévale habitée par ses parents - son père était guide au château -, que Cassandre Manet a voulu devenir actrice : « J’ai toujours aimé les arts, mais la peinture et l’écriture m’attiraient plus » , précise-t-elle. Après un déménagement à Bouère, ce n’est pas à Château-Gontier qu’elle poursuit sa scolarité, mais à Laval, au lycée Douanier-Rousseau, « car l’établissement proposait une option “théâtre” » , précise la jeune femme.

manet1

Animés par Dany Porché, professeur de français, ces cours de théâtre pluridisciplinaires (masque, danse, chant…) vont la toucher au cœur : « Je dois beaucoup à Dany Porché et elle n’imagine sans doute pas à quel point elle a compté pour moi. C’est elle qui a perçu ma sensibilité artistique et m’a conseillée de poursuivre dans cette voie » . Sans en parler à ses parents, Cassandre tente une audition au cours Florent, qu’elle satisfait. Suivent trois années de cursus qui s’achèvent en apothéose par l’obtention du prix Horstig : « À l’issue de cette représentation, en compagnie des meilleurs élèves, plusieurs agences m’ont contactée » , se souvient-elle. Parmi elles, l’agence Élisabeth Simpson grâce à laquelle elle intègre, à 22 ans, le casting de la série télévisée de TF1 « Cordier, juge et flic » : « Je jouais Lara, la nièce du Commissaire Cordier joué par Pierre Mondy » . Un rôle récurrent endossé durant cinq saisons, à raison de 4 à 5 épisodes par an. En parallèle, elle multiplie les expériences de théâtre, courts-métrages, doublages…

En 2011, le réalisateur Franck Guérin l’appelle pour un long métrage « One o One » : « Je m’étais installée à Sainte-Suzanne, pour souffler quelque temps, et paradoxalement on ne m’a jamais autant appelée. Le réalisateur a repéré sur internet une photo prise à Sainte-Suzanne, sur les bords de l’Erve, où j’apparais sans maquillage, très naturelle, une photo qui correspondait à son personnage » . Un nouveau projet de long-métrage se concrétisera en 2015 : « Un second rôle féminin dans un film du réalisateur Stéphane Rybojad » .

Marraine « heureuse et émue »  des Reflets du cinéma 2014, Cassandre Manet revient avec toujours autant de plaisir en Mayenne, elle, la Parisienne depuis 14 ans : « J ’aime son côté pur et libre. D’ailleurs lorsque j’évoque mon département, on me dit souvent que je pourrais travailler à l’office de tourisme mayennais ! »