Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Vimarcé

 
   
 
   

1774 - Grêle

   
   
 
   

Signalé par Signalé par Remy Gault (15 août 2004).

 
   

Référence : registre 1770-1789 (vue 64).

 
 

Transcription incomplète. Les fins de ligne sont cachées dans la reliure du registre.

 
   
 

Il est fort dommage qu'arrivé au bas de la page le curé ait coupé court à cette évocation, terminant son texte par un « etc. » très frustrant…

Cette grêle du 4 août 1774 a été signalée également dans les paroisses voisines : Assé-le-Bérenger, Saint-Pierre-sur-Orthe, Voutré, Saint-Georges-sur-Erve.

 
   
 
   

 

Le quatre aoust de cette présente année mil sept cent soixante quatorze nous
avons essuyé une grêle dont l'Histoire fournit peu d'exemples. Notre désastre a été […] [universel ?]
en cette paroisse, à l'exception de quelques seigles qui étoient déjà ramassés, toute notre mo[isson]
a été absolument perdue ; nos maisons toutes decouvertes, nos pommiers et autres arbres fur[ent]
saccagés et brisés. Cet affreux orage commençea à quatre heures après midi, d'abord par la gr[êle]
qui pesoit envais sept à huit onces et ne dura qu'un bon demi quart d'heure, quatre à cinq coups [d’un]
fort tonnerre suivirent de près la chute de la grêle qui a détruit tout le gibier. Etc.

 
 

En marge :

Cette grêle venoit du
couchant à l’orient
par la foncée de Vimarcé.
Notre perte est inestimable
en sa totalité et presque
irreparable.

 
   
 
   

1781 – Inhumation d’urgence
d’une femme tombée d’un guignier

   
   
 
   

Signalé par Joël Desnoe (2007-02-01)

 
   

Référence : BMS 1770-1789 (vue 168/285)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

L'an mil sept cent quatre vingt un le trentième jour de
juin sur les sept à huit heures du matin sont comparus
devant nous curé et vicaire de cette paroisse soussignés
François Turmeau garçon laboureur, Pierre Chauveau domestique
demeurant à la métairie du Coudray, Charles Julien bordager, Jacques
Gauttier garçon domestique et Jacques Richefeu, tous de cette paroisse,
lesquels nous ont requis d'hinnumer dans le cymetiere de cette paroisse
le corps d'Anne Coasnon femme de René Hullot tisserand demeurant
au vilage de la Motte en cette ditte paroisse, qu'ils ont aportés dans
l'église de ce lieu à cet effet et nous ont affirmés la nécessité d'hinnumer
ce dit corps a cause de sa mauvaise odeur vu la putrefaction déjà fort
avancée, et à cet instant ont aussi comparu devant nous dans la sacristie
de cette eglise, Marie et Scolastique Touchard filles demeurant avec leur
mère au vilage d'Origny paroisse de Saint Pierre la Cour, agée de vingt
ans et quinze ans, lesquelles nous ont affirmés que laditte Coasnon
morte est tombée hier sur les sept à huit du matin en leur presence
d'un guignier complanté dans un des champs de la metairie dudit Coudray.
Laditte Marie Touchard et ledit Pierre Chauveau qui arriva a l'instant
de cette chute voulurent relever cette femme tombée sur l'estomach,
à laquelle ils ne trouverent aucune connaissante. Ledit Chauveau
courut aussitost avertir ses maîtres et de là vint aussitôt nous annoncer
l'accident. En conséquence, moi curé soussigné, muni des saintes huiles,
étole et surpli, me transporté aussitost et promptement sur le lieu ; trouvai
sous le guignier laditte Coasnon assise près une chaise et ai remarqué
qu'elle etoit veritablement morte, ce qui fut reconnu pour vrai
par lesdits établis cy dessus qui etoient present avec plusieurs autres.
En consequence des declarations et affirmations desdits etablis qui ont
declarés ne sçavoir signer de ce interpellés en presence du sieur Pierre
Barré et de Jean Minier marrechal de ce bourg. Je soussigné prestre
curé ait inhumée à l'instant le co(r)ps de laditte Coasnon dans le cymetiere
de cette paroisse en presence desdits etablis et autres soussignés avec nous
ledit jour et an que dessus.

(Signatures)

P. Boré
Jean Minier
A. Renard pretre
Touchard
curé

 
   
 
   

1788 – Remarques sur le temps et les récoltes de l'année

   
   
 
   

Signalé par Renée Morvan (2007-04-07)

 
   

Référence : BMS 1770-1789 (vue 271/285)

 
 

Transcription par : Archives de la Mayenne

 
   
 
 
 

Cette année a eté remarquable. L’hiver avoit eté très doux, peu
et petites gelées. L’été pluvieux très peu de bled moitié moins que
l’année precedente, beaucoup de carabins et de bonne qualité.
Le bled à 3 l.t. 5 sols jusqu’au mois de juillet. L’automne très sech[…]
Le froid commença dès la Saint Martin et dura tout le mois de nove[mbre]
et decembre. La rigueur du froid a eté excessif et tel qu’on n’en avoit
jamais eprouvé de mémoire d’homme. Le 30 et 31 decembre
furent les jours les plus rigoureux.
Le froid occasionna à Vimarcé beaucoup de fluxion de poitrine
et de pleuresie. Beaucoup de morts.
Le seigle valut jusqu’à 6 francs, le froment 9 livres.
Les pauvres eurent pour 500 l.t. d’habillements fournis par
Mlle de Clinchamp dame de Vimarcé decedée l’année
precedente, par Mr et Mlle Houdebert et par M. le  curé.

 
   
 
   

1789 - Récit des événéments politiques,
climat, cherté des grains

   
   
 
   

Signalé par Patricia Langevin (21 mars 2004).

 
   

Référence : registre BMS 1770-1789 (vues 284 et 285).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

(vue 284)

L’année 1789 a été celebre par la revolution arrivée en France.
Tenue des Etats généraux ouverts à Versailles le cinq may.
Dispute des trois ordres pour la verification des pouvoirs.
Fermeté du tiers état qui se constitue en assemblée nationale.
Reunion de la noblesse et du clergé aux communes.
Revolution de Paris le 12, 13 et 14 juillet. Prise de la Bastille.
Le gouverneur mis à mort ainsi que le prévôt des marchands,
messieurs Berthier de Sauvigni et Foulon.
La ville de Paris arme trois cents mille hommes. Ce appareil
militaire mit en fuite tous les partisans de l’aristocratie.
Terreur général repandue dans tout le royaume dans le mois
de juillet. Tout le peuple rassemblé sous les armes dans le Maine
le 23 juillet. Le même jour mort tragique et assassinat de
messieurs Cureau et de Montesson son gendre dans la ville de
Ballon où ils furent conduits par les habitans de differentes
paroisses.

Cherté des grains, difficulté d’en avoir, enlevement des bleds
avant la revolution de France de toutes les paroisses qui ne
vouloient pas laisser sortir de grains.
Le sel devenu marchand se vendant publiquement.

(vue 285)

L’hyver de 1788 à 1789 le plus rigoureux de l’on ait [vu].
L’hyver de 1789 à 1790 doux moderé et très pluvieux
jusqu’au mois de janvier 1790.

Le 25 decembre mort de M. Louis Hervé curé de Saint Pierre
la Cour pendant 36 ans.

Retour de demoiselle Rosalie Cocu reclamant la propriete de la terre du [Tertre].
En vertu de deux sentences du Mans elle avoit été mise hors du T[ertre]
par M. Despagnol. Melle Cocu s’etoit introduit au château du Tertre [en]
enfonçant les portes.

 
 
Haut