Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Soulgé-le-Bruant

 

   
 
   

1638 - Fonte et bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par : Archives de la Mayenne (4 décembre 2005)

 
   

Référence : registre BMS 1637-1680 (vue 7/231)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
  (page gauche)
Grosse cloche

Le mercredy 7me juillet apprès midy l’an 1638 fut fond[ue]
nostre grosse cloche pesant 560 livres par Maturin Co[uret]
de Cherancé, lequel la diminua de 102 d’autant que lad[ite]
cloche estant cassée laquelle luy fut livrée pesoit en son […]
662 livres et luy fut accordé pour la fascon quarante li[vres]
tournoys à la charge qu’il porteroit le deschet du met[al]
et que l’on le (sic) fourniroit de boys charbon suif sire chanvre savon terre.

   
  (page droite)
Grosse cloche

Marie
Le dimanche unsiesme jour du moys de juillet sur le mydy
l’an mil six cens trante huict fut beniste par nous Jan
Gaudin pretre et curé nostre grosse cloche pesant 560 livres de metal
où furent priez assister par le general de la paroisse messire
Charles d’Aché baron de Loré filz de messire Galoys d’Aché et de dame
Renée du Bellay nos seignieurs terriens et damoiselle Marie de la
Chappelle espouze de noble Loys de Vallory lesquelz ont donné pour
nom à nostre dicte cloche Marie.

(Signé : )
J. Gaudin.

   
 
   
 
   

1645 - Passage de l'évêque du Mans

   
   
 
   

Signalé par : Archives de la Mayenne (1979).

 
   

Référence : registre BMS 1637-1680 (vues 66-67/231)

 
  Publié dans La Mayenne, archéologie, histoire, no 1, 1979, p. 53-54 (« Passage de l'évêque du Mans à Soulgé-le-Bruant en 1645 », par Joël Surcouf)  
 

Transcription complète.

 
   
 
 

(vue 65)

Le lundy quinsiesme iour de may l'an mil six cent quarante et
cinq arriva de Laval dans le bourg ou ville de Soulgé sur les nœuf
heures du matin monseigneur l'evesque du Mans nommé Emery Marc,
accompagné de plusieurs curés à cheval, descendit de son carrosse et
entra dans la noble maison de la Chaire, y prist ses habits pontificaux
et allerent recevoir les clergés de Soulgé, de Vages et de Saint Georges et
de la Chappelle Rainsouain, lesquels avoint eu le mandement de se
treuver à Soulgé ce jour là pour y amener leurs processions et
recevoir le saint sacrement de confirmation. A iceluy monseigneur
l'evesque du Mans fut presentée l'estolle, le fertoir et la croix
par venerable et discret maistre Jacques Le Censier, curé dudict
Soulgé, qui après une profonde inclination et genuflexion prononça
ces paroles : « Monseigneur, nous ne sommes pas dignes que vous
entriés en un lieu si chetif comme le nostre. Pourtant que vostre
volonté soit faicte et que le tour tourne et revienne à la gloire
de Dieu ». Entrerent dans l'eglise les bannières et croix, prestres
et curés des susdites parroisses revestus. Fut chanté par
le curé de Soulgé Te Deum laudamus et Veni Creator,

(vue 66)

les cloches sonantes et tous les cierges estant allumés, et dist le
mesme curé les versets et oraison. Celebra la messe un des
ausmosniers de monseigneur l’evesque, où il assista dans le
banc du chœur. Après la messe prescha un père capucin.
Alla disner monseigneur l'evesque avec toute sa cour ches
monsieur de Valori dans la maison seigneuriale de la Motthe.
Dans le bois d'icelle maison il donna le saint chresme sur
l'après disner à tous ceux qui voulurent le recevoir. Le
mardy, mercredy, jeudy, vendredy suivans vindrent
chasque jour trois ou quatres processions dans l'eglise de
Soulgé, et toutes jusques au nombre de dix huict des
parroisses circonvoisines. Et chasques desdicts jours, quand
les processions estoint arrivées, prescha l'un des deux
pères capucins qui accompagnoint mondict seigneur. Et
toutes les après disnées fut donné le saint sacrement de
confirmation dans la grande allée du bois de la Motthe
à tous ceux qui estoint venus pour le recevoir. Le
samedy d'après au matin se treuvèrent à la noble maison
de la Motthe plusieurs curés et prestres, d'où sortit
monseigneur l’evesque et alla disner à Monteclair.
D'où après le disner il alla à Brulon et à l'entrée
de la lande de Charnie monsieur le doyen de Saint
Seneré harangua et monsieur le curé de Soulgé fist
son adieu par ces paroles : « Monseigneur, excusés
la hardiesse que nous avons prinse de venir jusques
icy avec vous ». Et après plusieurs profondes reverences
faictes par messieurs les curés de Vages, Saint Georges, Saint
Liger, Saint Christophle et plusieurs aultres, chacun s'en
retourna dans sa maison

 
       
   

1656 - Jubilé

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (5 juin 2005) et par Isabelle Michaut (2 décembre 2005)

 
   

Référence : registre BMS 1637-1680 (vue 48/231).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
Pasque
jubilé
universel

1656

Dimanche second jour d’apvril et premier dimanche
de la Passion fut ouvert le jubilé universel
en l’an comme est cy dessus, donné par
nostre sainct pere le pape Alexandre VII
et fut clos le dimanche de Pasque. Il luy a (sic)
eu 448 communians.

(Signé :)
R. Guitter

Le 8ieme jour de mars 1658, je suis arivé
à Sougé et y ai commencé ma residence.

 
   
 
   

1656 - Quatrain

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (5 juin 2005) et par Isabelle Michaut (2 décembre 2005)

 
   

Référence : registre BMS 1637-1680 (vue 48/231).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

Considerant le bonheur eternel
C’est un plaisir que l’on sent en soy mesme.
Considerant le malheur eternel
Au mesme instant la couleur devient blesme.

 
   
 
   

1672 - Fonte et bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (5 juin 2005).

 
   

Référence : registre BMS 1637-1680 (vue 186/231).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le sixiesme jour d’apvril mil six cens soixante et douze,
fut fondu la grosse cloche de l’eglise de cette paroisse par Me
Jean Bayard demeurant au Mans. Le dimanche dixiesme dudit
mois, la benediction en fut faicte (*) par moy curé soubsigné.
Furent parein et mareine de la ceremonie Christophle
Bustier le jeune et Renée Cressant fille de Pierre
Cressant et de Renée Panard.

(en marge : )
(*) en l’honneur
de la très saincte
Vierge


(Signé :)
J. Louvet

 
   
 
 
Haut