Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Saint-Martin-du-Limet

 
   
 
   

1653 - Abjuration d’une « hérétique »
originaire de Normandie

   
   
 
   

Signalé par Pascal Verron (2006-06-03)

 
   

Référence : registre BMS 1633-1674 (vue 47/179)

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 
 

(vue 47)

Aujourd’huy 22 du mois de may 1653 par devant nous Julien Belot
pretre vicaire de Saint Martin de Limet nous a esté presenté une fille
se dit estre normande de nation nommée (blanc)
hereticque de naissance qui ne nous a pû dire le lieu, la paroisse
ny l’evesché mesme d’où elle est issüe, en l’aage de 14 ans.
Et nous a esté presentée par Jean Guillez et Mathurine Gandin sa femme
nos parroissiens chez lesquels elle demeure. Laquelle estant …
de pieté et de devotion, ayant … d’embrasser la vraye foy et
religion, d’abjurer entierement et publicquement son heresie, voulant
faire profession de la foy et religion catholique apostolique et romaine
voulant vitre et mourir en icelle après avoir esté deüement
informé de sa . . .

(transcription à terminer)

 
   
 
   

1653 - Changement de prénom

   
   
 
   

Signalé par Pascal Verron (2006-06-03)

 
   

Référence : registre BMS 1633-1674 (vue 47/179)

 
 

Transcription par Pascal Verron.

 
   
 
 
 

Le mercredi 25 de juin monseigneur d'Angers donnant
confirmation en son palais a changé le nom de R[...]
Rousseau, et donné le nom de Marye.

 
   
 
   

1706 - Traversé d'un coup d'épée

   
   
 
   

Signalé par Patrice Couanne (2008-01-06)

 
   

Référence : registre BMS 1700-1709 (vue 46/65)

 
 

Transcription par Patrice Couanne.

 
   
 
 
 

François Pihoué agé d’environ
cinquante ans habitant de la paroisse
de Saint Julien de Angers y aiant
femme et enfans, a esté travercé
d’un coup d’epee dans nostre paroisse
est decedé le lendemen vingt et cinq
may meme annee et inhumé dans
nostre cimetiere en presence de
Charles Thomas, Jean Colombeau et
plusieurs autres qui n’on seu signer.

(Signature : )
Cadoreau

 
   
 
   

1709-1721 - Froid de l’hiver 1709, guerre et paix (1707-1714),
Bulle Unigenitus (1713), loups (1714), décès de Louis XIV (1715),
système de Law (1720), aurore boréale (?) (1721)

   
   
 
   

Signalé par Denis Huneau (8 février 2004).

 
   

Référence : BMS 1709-1731 (vues 1 et 2)

 
 

Transcription du feuillet 1 par Guy Lutellier.

 
   
 
   
 

(vue 1)

La dificulté qu'on a d'avoir ces petits re[...]
de Chateaugontier dans le tems, et la facilité [...]
les egarer quand ils sont ecrits nous a fait
prendre la resolution d'ecrire tous les bapte[mes]
et les sepultures et les mariages sur ce reg[istre]
que nous commençons en cette presente ann[ee]
1709 au commencement de laquelle il
y a eu un froit si rude que les oiseaux
tomboient morts de tous costés. Les cornilles
et les pies entroint dans les maisons et on
les prenoit facilement avec la main. Il ne
reste presque point de merlle. Les mathematitiens
remarquerent qu'il s'en failloit très peu que le
froit n’alast jusqu’au dernier degré où il puisse
aller. Ce froit ne dura  que trois semennes
et fit mourir les blés et frouments qui valut 4 l.t. mesure d'Angers
le boisseau. Presque tous les noiers moururent la motié de chataigners
. . . pour 1709

Les années suiventes (sic) en 1707 et
en 1708 l'empereur et ses aliés se sont emparés
de tout le pais bas et son venu jusqu'à Lille qu'ils
ont prise en presence de Mr le Duc de Bourgonne
enfan de France. Cette même année toutes les vignes
furent gelée jusqu'au pied qui p. . . terre.
Les jeunes seulement resisterent au froit.

Dans l'année 1714 le paix generalle fut conclue.
Il parut plusieurs loups anragés qui firent
beaucoup de maux. Il y en eut un (à) Angers qui
mordit environ 150 personnes dans le commencement
. . . notre évêque fit . . .
demender à Dieu qu'il . . .
promet dans son mendement un louis . . .
. . . 8 l.t. par tête de loup.

On eut cette meme année l'archeveque de Paris,
celuy de Tours et huict autre eveques refuser

(vue 2)

la Constitution du pape Clément qui portoit
la condemnation de 101 propositions tirées
du Pere Quenel.

Louis 14 roy de France né en 1638
couroné en 1642 est mort le premier septembre
1715 quatre jours devant le jour de sa naisance
prince hureux par l'obeissence de ses sujets, malheureux
par les guerres qu'il a eues toute sa vie avec ses voisins.
On assure qu'il est beaucoup plus mort de monde
à son service qu'il n’en a laissé dans le roiaume
en mourant. Requiescat in pace.

En l'année 1720 Mr le regent du roiaume
avec un Anglois nomé Lauus etablirent
une banque où ils promettoient la
rente au denier cinquieme, tout le monde
fut assé dupe pour y porter leur argent
et on fut paié du fond et de la rente en
billets ce qui ruina presque tout le roiaume,
les etrangers firent une infinité de ces
billets et enleverent par là toutes nos
marchandises. Une vache de cent ving
livres n'étoit pas des plus belles, on vit
les écus de trois livres monter à quinze
livres. Touts ceux qui navoist du bien qu’en
contrats furent rembourcés par ces billets
et par là reduits à la dernières des
gens de 20, de 30 mil livres de rentes se
virent à l’aumone, il y en eut plusieurs
qui se donèrent le coup de la mort de
desespoir.

Au comencement de l’année 1721 on vit
plusieurs fenomennes du coté du nord,
c’etoit une clarté qui paroissoit comme
si le soleil eut voulu se lever de ce coté
là, il y en eut un le premier de mars
qui me fit peur il paroissoit comme
dans le quard de l’orison du coté du
[…] nord sortier comme des flames de
feu qui venoient se terminer sur […]
Vous eussiez dit que ce fut Arès qui eussent
jettés ces flames avec impetuosité.

 
   
 
 
Haut