Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Saint-Loup-du-Gast

 
   
 
   

1630 - Assassinat

   
   
 
   

Signalé par Annie Canduro (2010-06-29)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 67/86)

 
 

Transcription par Annie Canduro

 
   
 
 

 

Le treziesme du mois de novembre 1630 fut
inhumé Nicolas Riviere, lequel a esté tué
et assasiné auprès de son logis. La sepulture
faicte par messire Estienne Moriceau pretre.

 
   
 
   

1632 - Centenaire

   
   
 
   

Signalé par Annie Canduro (2010-06-29) et Marie-Roberte Mathieu (2010-11-27)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 67/86)

 
 

Transcription par Annie Canduro

 
   
 
 

 

Le 20 janvier 1632 fut inhumé audit cimetiere
Gilles Jarry aagé de plus de cent dix ans.
Ladite sepulture faite par messire Pierre de
Latouche curé assisté des autres eclésiastiques.

 
   
 
   

1633 - Legs d’un pré pour une messe

   
   
 
   

Signalé par Thérèse Coudurier (16 octobre 2003) et Annie Canduro (2010-06-29)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 68/86)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Sepulture
Moriceau
pretre

Le XXVI jour de septembre 1633 fut inhumé
en l'eglise de ceans missire Estienne
Moriceau pretre lequel par testament
ordonna estre celebré tous les ans le jour
et feste de saint Estienne un service jusques
à vingt ans et a affecté le pré de la Lande.
La sépulture faicte par missire Pierre de la Touche
pretre curé de ceste paroisse.

 
   
 
   

1633 - Legs au plat des Trépassés

   
   
 
   

Signalé par Thérèse Coudurier (16 octobre 2003) et Annie Canduro (2010-06-29)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 68/86)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Sepulture
Ernault
pretre

Le XI jour de decembre [1633] deceda missire Jacques
Ernault pretre aagé de viron soixante dix ans.
Et fut le lendemain inhumé au cimetiere
de ceans. Lequel a laissé et par heritage
à perpetuitté au plat des Trépassés de ceans
un pré comme il se contient appellé le pré de
la Martinière, à la charge de faire un serv[ice]
pour luy tous les ans le premier jour
de may ledit testament passé par Bour[…]
notaire royal. Requiescat in pace.

Plus il donne soixante livres tornois pour
aider à faire une cloche pourveu qu’elle soit fait[e?]

dans trente ans.

 
   
 
   

1634 - Inhumation à Laval d’un capucin

   
   
 
   

Signalé par Thérèse Coudurier (16 octobre 2003) et Annie Canduro (2010-06-29)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 68/86)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Sepulture
de la
Touche
capucin

 

Le 20 jour de septembre 1634 le venérable
père Emmanuel de la Tousche pretre capucin
natif de ceste paroisse homme très docte en lang[ues]
latine, grecque, hebraïque, siriacque et autres
ayant porté l'habit de saint François 30 ans
et bataillé courageusement a payé le tribut [à la ?]
nature pour recevoir la coronne de gloire [et ?]
a été inhumé aux Capucins à Laval le
21 dudit moys et an. Requiescat in pace.

 
   
 
   

1637 - Baptême d'une enfant trouvée

   
   
 
   

Signalé par Valerie Duroy (25 mai 2004).

 
   

Référence : registre BMS 1627-1667 (vue 14).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
B.
Gilette
dont
surnom
inconnue

Le trentiesme jour de septembre
matin l’on a trouvé une petite fille
peut estre aagee de viron un moys
exposée sur le petit autel qui est
à la porte de ceste eglise sans au[cune]
marque ny escriteau sinon un p[etit]
papier blanc qui vouloit signif[ier]
selon la meileure opinion qu’elle
n’estoit baptisee, si bien que
ne pouvant sçavoir d'où elle est[oit]
apportée nous l'avons baptis[ée]
(soubz condition) et le vingt cinq[iesme]
jour d’octobre audit an 1637 nous l[ui]
avons administré les ceremonie et[. . .]
les huilles du baptesme et a esté nom[mée]
Gillette par François Taupin et Gillette Bign[on].

 
   
 
   

1636 - Décès de François Espinay, sieur du Bignon,
"bienfaiteur de ceste paroisse"

   
   
 
   

Signalé par Marie-Roberte Mathieu (2010-11-27)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 69/86)

 
 

Transcription par Marie-Roberte Mathieu

 
   
 
 

 

Le 21 de mars 1636 jour du vendredy sainct deceda
au Mans honorable homme François Espinay sieur du
Bignon conseiller du roy esleu en l'eslection du Maine
au Mans bienfaiteur de ceste paroisse. Et fut inh[umé]
le jour suyvant dans l’eglise de (blanc).

 
   
 
   

1639 – Mort de la « cangraine »
après être tombé d’un arbre

   
   
 
   

Signalé par "jeannine.robert3" (2007-07-13)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 69/86)

 
 

Transcription par "jeannine.robert3"

 
   
 
 

 

Le 29 octobre 1639 fut inhumé au cimetiere
de ceans François Rouziere de la Monnerie
qui est mort de la cheute d'un chesne ayant
les deux jambes rompues, en l'une desquelles
[s'est] trouvé la cangraine si bien qu'il est decedé
[peu] de temps après. La sépulture faicte [par]
[le] vicaire souz signé.

(Signature : )
Delatousche

 
   
 
   

1640 – Nouvelle grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-08-09)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 17/86)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

 

Le mardy ferier de pasque 10 jour
d'avril 1640 furent baptisee par moy
François de la Tousche pretre vicaire de ceans
deux filles de Nicolas Bouré et de
Françoise Nezan sa femme ; une nommée
Catherine par René Bouré et Catherine
Dumans, l'autre Anne par Jean
Dumans et Anne Cruchet. Et fut le
premier baptesme où l'on sonna
la grosse cloche qui estoit montee
dans le clocher du Jeudi Sainct
jaçoit qu’elle fust faicte du moys
de septembre 1639. 

 

jaçoit : quoique, bien que.

 
   
 
   

1640 - Décès à cause de la contagion

   
   
 
   

Signalé par Thérèse Coudurier (11 octobre 2003).

 
   

Référence : registre BMS 1627/1667 (vues 70-71).

 
 

Transcription à terminer.

 
   
 
 
 

(vue 70)

Le 17 jour de juillet 1640 Pierre Pichot le jeune
est décédé de contagion au lieu de Cordouen
comme ses 3 enfans auparavant luy ; sa femme
a eu la peste et n'en est pas morte et a fait nettoyer
la maison huict jours après par un appellé Jean
Tarriere qui a nettoyé les logis à Michel Desvaux
à la Houdelière la semaine précédente.

(vue 71)

En ceste annee 1641 monsieur de Lisle
ayant mené avec soy plusieurs garçons
de ceste paroisse à la guerre il en est
mort troys au moys de novembre et
decembre, sçavoir René Desvaux, Jean
Moriceau et Michel Dumans lequel
s'en revenant et (sic) mort de la dyssenterie
en la ville de Narbonne, les deux
autres de mesme maladie en la plaine
de Roussillon. Requiescant in pace

 
   
 
   

1641 – Trois jeunes gens morts à la guerre d’Espagne

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-01-15)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 71/86)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

 

En ceste annee 1641 Monsr de Lisle
ayant mené avec soy plusieurs garçons
de ceste paroisse à la guerre, il en est
mort troys au moys de novembre et
decembre, sçavoir René Desvaux, Jean
Moriceau et Michel Dumans, lequel
s’en revenant et mort de la dissenterie
en la ville de Narbonne, les deux
autres de mesme maladie en la plaine
de Roussillon. Requiescant in pace.

 

Paul de l'Ile-du-Gast, que ses parents s'étaient presque ruinés à entretenir d'équipages à l'armée, à racheter plusieurs fois de captivité, dut garder avec lui au château ses neuf soeurs, qu'il nourrissait et gratifiait de 33 écus par an. Il épousa à Saumur, le 23 octobre 1616, Catherine de Jaucourt, fille de Jean de J. et de Marthe de Mornay. D'après le rapport de Colbert, il fut tué avec son frère à la bataille de Rocroy, en 1642 (Angot, Dictionnaire de la Mayenne).

 
   
 
   

1642 – Tenue des registres :
pas de sépultures pour l’année 1642

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-01-15)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 71/86)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Nota.

En l’année 1642 Me Michel Siron pretre fut
vicaire soubs Mr de la Bataillere curé, lequel
n’a laissé aucun registre des inhumations qu’il
a faictes en ladite année. Ensuivent celles
qui ont esté faictes par moy vicaire soubsigné.

[pas de signature]

 
   
 
   

1645 – Décès subit

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-01-15)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 72/86)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

 

Le 30 de mars 1645 fut inhumé au saint
cimetiere de ceans le corps de Marie
Vendage decedée subitement à la croix
de Fannayere (?) en alant à l'eglise de Saint Loup.

 
   
 
   

1648 – Inhumation d’une femme originaire du diocèse de Laon
faisant le pèlerinage de Saint-Meen

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-01-15)

 
   

Registre BMS 1627-1686 (vue 73/86)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

 

Le 27e febvrier 1648 fust inhumé au
cimetiere de cette parroisse le corps de Gillette
Genaudeau fille Jacques Genaudeau et Julianne
Husson habitans de la ville de Saint Marcou
diocese de Laon pelerins à M. saint Meen
sur le certificat de M. Jean Ayme grand
vicaire de Mre Philibert de Brichanteau
evesque dudit lieu.

 
   
 
   

1651-1652 - Sépultures et legs pieux

   
   
 
   

Signalé par Thérèse Coudurier (16 octobre 2003).

 
   

Référence : registre BMS 1627-1667 (vue 76).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

(page gauche)

Le 3e jour de may 1651 mourut Michel
Bareau et fust son corps le lendemain inhumé
au cimetierre de cette paroisse. Il a laissé
par son testament passé par devant Jean
Bouré quatre vingt francs pour avoir un
ciboire d'argent doré et vingt escus pour avoir
une chasuble. Requiescat in pace.

(page droite)

Le 24e jour de janvier 1652 mourut
Renée Le Roy et fust son corps le lendemain
inhumé dans la chapelle de notre église. Elle a
laissé par son testament passé par devant
Esnault dix escus pour un chandelier devant la
Vierge. Requiescat in pace

 
   
 
   

1677 - Exercice d’écriture

   
   
 
   

Signalé par Thérèse Coudurier (2003-10-13), Jean-Paul Manquest (7 décembre 2003) et Valerie Duroy (25 janvier 2004).

 
   

Référence : registre BMS 1627-1668 (vue 83).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

(texte cancellé)

Pour voir si on a . . .
Pour voir si . . .

Comment un garson doit parler au
père de son aman et après l’avoir
salué voilà comme il doit dire :
je vous prit d’exuser (sic) la liberté que
je prends de venir dans votre maison
pour vous declarer le grand desir
que j’ai d’epouser votre fille et
comme je vous ai fait connoitre
ce que mon cœur desire obligez
moi de me dire si c’est votre volonté
et votre bon plaisir.

Response du pere de son amante
tout p. . . et autre chose.

 
   
 
   

1697 - Inhumation d’un noyé

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-08-17)

 
   

Registre BMS 1687-1707 (vue 54/132)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

 

(page gauche)

Le second novembre 1697 fut inhumé par moy
soussigné vicaire de Saint Loup le corps de Pierre Du Roy de
la paroisse du Pas, lequel a esté trouvé noyé
après les grandes eaux, au cimetiere de ceste

(page droite)

paroisse de Saint loup ès presences de
maistres Mathurin Halé et François Ernault, pretres
de Saint Loup, d'Ernier Du Roy, de Jean Colin et de Michel
Colin, touts deux cousins du defunt, Ernier Du Roy son
oncle, touts trois du Pas.

(Signatures)


J. Colin
M. Colin
M. Halé
F. Ernault …
J. Letoré pretre

 
   
 
   

1702 – Légitimation « sous le drap nuptial »

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-08-09)

 
   

Registre BMS 1687-1707 (vue 90/132)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

 

Ce vingt et un octobre 1702, veu le controole des bans de mariage entre
Joseph Barabé et Magdelaine Espinay par J. Grosset commis à Lassay en
date du 15 aoust de la susdite année, j’ay curé de ceans soussigné
donné la benediction nuptiale à Joseph Barrabé et à Magdelaine
Espinay, et l'on a mis sous le drap nuptial à l'eglise le petit Joseph
Barabé leur fils commun que j’ay baptisé cy devant et qui a esté legitimé
ensuite par le contract de mariage de ses sudtis pere et mere, ès presence
de Jean Barabé, frère, de René Pillais, beau frere et de Magdelaine
Barabé soeur propre du costé du marié, et du costé de la mariée Jean
Espinay et Renée Gaultier ses pere et mere, et Marie Espinay soeur propre
de la susdite mariée, tesmoins requis Mtre Marin Letoré sous-diacre et
Mathurin Le Roy de Lauduisière, touts sont d'icy et ne signent fors le
susdit sous-diacre et Estienne Le Gras d'icy pris encore pour tesmoin. Une
syllabe rayée, nulle.

(Signatures : )
Letoré
E. Le Gras
R. Chaillou

 
   
 
   

1737 - Mort violente

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2007-08-17)

 
   

Registre BMS 1728-1747 (vue 65/157)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

 

Ce neuf mars 1737 est decedé François Bansard marchand agé de
cinquante ans ou viron, et le meme jour vizité par la justice de Lassay
qui après l'ouverture du corps a remarqué qu’il etoit mort de
mort violente ; et ordonné qu’il seroit inhumé ce qui a eté faict le lende-
main par nous cure soussigné en presence de Paul Bansard son fils,
Margueritte Bansard sa fille, Margueritte Hale, belle mere du deffunt, et
René, Louis, Michel, Pierre les Moriceaux, beaux freres maternels, et
Charles et René les Mauguits, cousins germains paternels, et François
Du Tertre, beau frère maternel du deffunt, et de plusieurs autres ses parens et amis.
En interligne : maternel.

(Signatures)

Paul Bansard
René Moriceau
Loüis Moriceau
Michel Moriceau
Pierre Moriceau
F. Du Tertre
C. Mauguit
R. Mauguit
F. Deschamps
curé

 
   
 
   

1756 - Procès au sujet du presbytère

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (5 juin 2005).

 
   

Référence : registre BMS 1748-1763 (vue 95/168).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

(page gauche)

En 1746 fut demoli l'ancien presbitere qui etoit situé
à l’entrée du jardin vers le pavé environné de douves
et construit le nouveau où il est actuellement. Le
procès pour les reparations fut jugé au parlement en
1749 : l’arrêt condamnoit les habitans aux 2 tiers du
presbitere et de tout le temporel. Un arrêt du conseil
le reforma et dechargea les habitans des reparations
du temporel et obligea les heritiers de plusieurs curés au
tiers du presbitere et à tout le temporel. Le procès avoit
duré 44 ans. Je me suis donné des mouvemens infinis
pour consommer cette affaire. Il fallut passer par je
ne sai combien de tribunaux. L’affaire fut portée au
Mans, à Laval, à Tours, au Conseil, à la maîtrise des
eaux et forets. J’avais pour adversaires les habitans internes
et externes, prodigieux nombre d’heritiers de plusieurs curés.
Il fallut un vote de repartition. 84 pieds de chenes
furent delivrés sur le temporel au profit des habitans,
qui ne furent pas absolument maltraités dans cette
affaire. Je fîs mettre au rabais des reparations par
un va nud pieds et je m’en chargeai pour 5 000 l.t.
pour le presbitere, grange, chœur et tous les
batiments, il m’en coûta plus 10 000 l.t.

(page droite)

en faux frais et au moins mille ecus du mien pour
les reparations. Que de pieces, que de voyages, que de nuits sans
dormir au milieu de tous ces embarras. En tout cela, j’ai cherché
à faire le bien de la chose. Pour recompense de mes peines
je demande à mes successeurs le suffrage de leurs prieres.

(Signé)
Ponthaul

 
   
 
   

1766-1767 - Reconstruction de l’autel

   
   
 
   

Signalé par Michel Niaux (2006-11-22)

 
   

Registre 1764-1778 (vue 41/182)

 
 

Transcription complète (quelques mots manquent)

 
   
 
 

 

En 1766 fut faite la contretable du maitre autel.
Il n’y avoit que de mauvais gradins et un très pauvre
tabernacle qui ne valloient pas 24 s. Mr le curé
et les habitans qui gemoissoit de voir un autel si
miserable contribuerent de bonne grace à la
construction de la contretable. Mr le curé nourit
tous les ouvriers et chartiers, fit deux quetes
dans la paroisse ; il y reccuillit environ 300 l.t.
La fabrique fournit le reste. Pour la sculpture
il en couta et pour les statües de saint Loup et saint Gilles
environ 200 l.t. ; c’etoit bon marché. Le sculpteur Mr.
Turgeot de Mortrée proche Argentan etoit nouri.
Il y a entré 10 ou 12 vieilles poutres et quantité de […]
. .  .de lisle fournit le bois pour le pere eternel et […]
deux statües.

En 1767 l’autel fut doré. Il en a couté 500 l.t.
sans parler de la nourriture du doreur chez Mr le curé ;
il eut 200 l.t. pour sa main. Il y a entré 60 livrets  […]
Ces 500 l.t. sont provenues du testament de mademoi[selle]
Catherine de Lisle, d’une eminente pieté, dame de
Chantrigné, Saint Fraimbault et de Saint Loup qui
legua ces 500 l.t. pour decorer l’eglise. Dieu soit à jam[ais]
glorifié pour la consommation de cet ouvrage si indispen|sable.]

Les petits autels furent faits et dorés quelques années
auparavant le maitre autel.

La chaire, le pupitre et le couloir de la sacristie et
l’horloge furent faits en 1752.

Le dais est un present de mademoisselle de Lisle cy des[sus.]

 
   
 
   

1778 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Michel Savalle (17 octobre 2005)

 
   

Référence : registre BMS. 1764-1778 (vu 71/82).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
Bénédiction
de la
cloche

Le trente un août mil sept cens soixante neuf
notre grosse cloche qui pese sept cens vingt quatre
livres poids de seize onces a été nommée Augustine
Louise ; parrein messire Charles Louis de Bauregard
haut et puissant seigneur du Frêne et des
seigneuries de Champeon, Poullay et Montreuil,
lieutenant des marechaux de France pour la
province du Perche ; marraine dame Renée
Augustine de Juigné epouse de messire Pierre d’Heliand
haut et puissant seigneur baron d’Ingrande et d’Azé
seigneur et dame de cette paroisse, d’Ampoigné,
Chantrigné, de Saint Fraimbault de Prieres et autres
paroisses soussignés.
Et elle a été benie par nous curé de cette
paroisse soussigné en presence de damoiselle Marie Françoise
de Bauregard, de damoiselle Louise Anselme d’Héliand
d’Azé et de messire Augustin Pierre d’Helliand de
Chambellay et autres soussignés.

(Signatures : )

de Juigné | d’An - - -
de Beauregard | de Beauregard | d’Heiliand d’Azé
Jeanne Ponthault | d’Heilliand de Chambellay
Augustin Sénéchal prêtre | Ponthault curé de Saint Loup

 
   
 
   

1780 - Délaissement par le curé de Saint-Loup
d’une maison pour servir de logement à une maîtresse d'école

   
   
 
   

Signalé par Michel Niaux (2006-11-26)

 
   

Registre BMS 1779-1786 (vues 33-35/120)

 
 

Pas de transcription.

 
   
 
 

 

Copie d'un acte notarié du 9 janvier 1780, par René-François Oger, notaire royal à Chantrigné.

 
   
 
   

1787 - Baptême et inhumation d’un enfant
né par césarienne de sa mère morte

   
   
 
   

Signalé par Marie-Hélène Bénazet (2006-11-14)

 
   

Registre BMS 1787-1792 (vue 11/90)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

 

(page gauche)

Le corps de Marguerite Huignard decedée hier
aux Ruës à l’age de vingt six ans ou viron a
été inhumé dans le cimetiere par nous vicaire
soussigné le vingt trois decembre mil sept cent
quare vingt sept en presence d’Antoine Bordeau
son mari soussigné et de Michel Bordeau son
beau-frère qui a declaré ne savoir signer. Rayé
deux sillabes nulles, six et sept en interligne : approuvé.

(Signatures )
Antoinne Bordeau
Grandin

(page droite)

Le corps d’un enfant mâle du mariage
d’Antoine Bordeau et de Marguerite Huignard decedé
hier aux Ruës (Vues ?) a été inhumé dans le cimetiere par
nous vicaire soussigné ce vingt trois decembre mil
sept cens quatre vingt sept en presence de sondit pere
et de Pierre Halé sacriste soussignés.

(Signatures )
An. Bordeau
Pi. Hâlé
Grandin

Et nous curé soussigné avons fait comparoitre
devant nous les cy-dessous denommés qui ont declaré
ce qui suit en presence de nous curé et de Pierre Halé
pere et de Perre Halé fils soussignés.

Loüise Ribai veuve Charbonnier sage femme en cette
parroisse authorisée de Mr l'intendant a declaré que
plus de six heures après la mort de la mere elle
l'avoit ouverte, qu'elle en avoit tiré un enfant male
bien formé agé de cinq mois ou environ, qu'il etoit bien
vermeil, qu'en ayant coupé le cordon qui etoit dur
il en avoit rejailli du sang assez haut et en quantité,
qu'elle etoit persuadée qu'il etoit vivant quoiqu'il ne donnât
pas d'autres signes de vie, et qu'elle l'avoit baptisés, que
peu de tems après il avoit pali et passé mort.

François Benard qui parut alors a attesté qu'il avoit
vu rejaillir du sang le cordon coupé.

Françoise Allard et Renée Bayer filles qui furent apellées
ont aussi declaré que l'enfant tiré du corps de ladite Huygnard
etoit vermeil et qu'elles avoient vu rejaillir du sang
après que ladite Ribai eut coupé le cordon et ils ont
tous persisté dans leurs dires et declarations pour servir
et valloir ce que de raison.

(Signatures )
P. Halle | Pi. Hâlé
Ponthault curé de Saint Loup.

 
   
 
   

an XIII - Essai de plume

   
   
 
   

Signalé par Roland-Emile Seigneur (13 juin 2005).

 
   

Référence : registre NMD 1802-1804 (vue 135).

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 
 

(Dernier feuillet du cahier des actes de l’an XIII.)

Jésus Christ s’étant trouvé
un jour environné de beaucoup de monde entra dans
une barque et s’éloignant du bord il s’y assit
et enseigna de là tout le peuple. L’instruisant
par un grand nombre de parabole il dit à (sic)
dans celle du semeur et que laboureur semant (sic)
son bled une partie de semance tomba
hos du camp (sic) dans chemin et qui - - -
et fut foulé.

 
   
 
   

1807 - Conscription

   
   
 
   

Signalé par Marie-Hélène Bénazet (2006-11-14)

 
   

Registre BMS 1787-1792 (vue 12/90)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

 

Année terrible au (sic) la
conscription de 1807.
Tout le monde
en tremble de voir
une paraille
afaire mais enfin
j'y suis au hasard.

 
   
 
 
Haut