Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Saint-Martin-de-Villenglose
(ancienne commune réunie à Saint-Denis-d'Anjou)

 
   
 
   

1633 - Noyade

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2010-11-18)

 
   

Registre BMS 1631-1705 (vue 20)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 
 

Le vingt et cinquiesme jour de octobre mil six cents
trente et troys environ sur les troys heures Pierre Maubert
serviteur de monsr Jehan de Saint Denis se noya
au rüisseu (sic) de Thaleze voulant aller à Saint Denis d’Anjou.
Le corps fut trouvé une heure apres et mins à terre
puis levé par messireThomas Chaillé, aporté par ses
hommes en l’eglize et le lendemain 26 dudit moys et an
par moy curé de Saint Martin de Villengloze ensepulturé
dans nostre cymetiere. Le pauvre garcon avoit esté à
ma messe ce jour là et dist Jesus plusieurs foys tombant en
l’eau.

 
   
 
   

1715 - Soldat mort à Haguenau
lors de la guerre de succession d'Espagne
(lettre du curé de Champigné au curé de Chemiré sur Sarthe)

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2010-11-18)

 
   

Registre BMS 1706-1768 (vues 44-49/226)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 
 

(vue 44)

 Monsieur

Pour reponse à l'honneur de la vôtre, je vous diray
que Joseph Le Lievre garçon tixier dans ma paroisse et y
travaillant depuis quelque temps, m'a declaré qu'estant soldat
dans le regiment de monseigneur le Dauphin et la compagnie
de Monsieur Despres du nom l'Angevin ; Louis Bruneau son
amy et son camarade de jeunesse, etant né en la meme
paroisse qui est Chastelain, aussy soldat dans le meme regiment
[et] la compagnie de la Vau, du nom de la Liberté, tomba
malade au siege de Landau où leur regiment etoit en 1713 ;
qu'il fut transporté dans l'hopital de Vicembourg et de là
en celuy de Haguenau à cause de la trop grande
quantité de malades qu'il y avoit à Vicembourg, et qu'il
mourut vers la fin du mois de septembre 1713 ; et qu'il en
appri la mort par les sergents de la compagnie
la Vau, et meme qu'il vit son habit entre les mains d'un
des sergents de laditte compagnie ; il m'a dit aussy que

(vue 45 page gauche)

que ledit Bruneau etoit un homme qui pouvoit avoir
trante ans ou environ, ayant cinq pieds deux poulces
de hauteur, grosse chevelure, poil brun chastain. Voila,
Monsieur, ce que j'ay appris dudit Le Lievre. Je profite
sil vous plaist de cette occasion pour vous assurer que
je suis avec toutte la consideration et esprit,

Monsieur,

Votre très humble et très
obeissant serviteur.

(Signature)

…Gilles (?)
curé de Champigné

A Champigné
le 9e may 1715  

(vue 46 page droite)

Deposition
du sieur René de la Piqueraie Monnier
de la parroisse Saint Denis d'Anjou
caporal du regiment Dauphin
qui est le meme que celuy de Loüis
Bruneau dit la Liberté du 14e may
1714

Ledit Bruneau dit la Liberté agé d’environ
30 ans, de plus de 5 pieds de hauteur fort
poil brun chatain, gros et d'un estommac
fort elevé un peu asmatique, etant tombé
malade à Weissembourg vers le commencement
de septembre, fut transporté avec plusieurs
autres malades de l’armée à Haguenau
où etoit l’hopital de laditte armee ;
et environ quinze jours après, le regiment
ayant passé audit Haguenau on
apprit la mort dudit Bruneau dit
la Liberté. Ledit sieur de la Piqueraie
m’a ajouté que si j'avois besoin de confirmation
il y avoit encore une autre personne de
la parroisse Saint Denis d'Anjou qui etoit soldat
dans le meme regiment et qui avoit
aussi connoissance de la mort dudit
Bruneau dit la Liberté. Et pour

(vue 47 page gauche)

que foy soit aioutée à laditte declaration
ledit sieur de la Piqueraie l’a signée à
Chemiré sur Sarthe lesdits jour et an
que de l’autre part devant nous pretre
curé dudit Chemiré sousigné.

(Signatures)

René Le Monnier sieur de la Piqueres
de Bourgon

(vue 48 page droite)

Monsieur mon très honoré confrere

Sur ce que ma asseuré Brossay que vous trouveries
bon que je parlasse à Mr l’abbé Le Govello
touchant l'affaire d'Anne Cellier veuve
Loüis Bruneau, j’en ay conferé avec luy et
suivant son ordre fait l’enquete cy jointe,
de laquelle mondit sieur Le Govello permet
laditte Anne de se remarier. Je compte d’aller
[…]ment gouter à votre vin et vous
asseurer que j’ay l’honneur d’etre avec

Monsieur,
  
Votre très humble et très
obeissant serviteur.

(Signature)
de Bourgon

(vue 49 page gauche)
(adresse du destinataire de la lettre)

Monsieur

Monsieur le curé de
Chemiré sur Sarthe
à  Chemiré

 
   
 
   

1721 - Bénédiction de la croix de la mission

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2010-11-18)

 
   

Registre BMS 1706-1768 (vue 63/226)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

Benediction
de
la croix
de la
mission

Le dix septieme jour de decembre 1721 les R.P.P. Dutot et Lescoduc (?),
jesuittes missionneres, ont plantés la croix du Caroir qui est au bout du
jardin du presbiteres apres neuf jours de mission. La benediction en a eté
faitte par nous curé soussigné en vertu de la permission de monseign[eur]
l'eveque d'Angers, lequel a accordé quarente jours d’indulgences a toutes
les fois qu’on ira y dire devant cinq fois le pater noster et cinq fois l'ave maria. Le bois dont
elle est faitte a eté donne par Mr de Saint Martin.
Deux mot entre lignes vallent.

(Signature)

P. Gehere
curé de Saint Martin Villeng[lose]

 
   
 
   

1722 - Autorisation d’exposer le Saint-Sacrement

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2010-11-18)

 
   

Registre BMS 1706-1768 (vue 64/226)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

Permission
d’exposer
le tres saint
sacrement
les jours
de l’Assomption
et de Saint
Martin

Le ving et trois septembre mil sept cent ving et deux, monsieur
Le Gouvello, vicaire general de monseigneur l’evéque d'Angers, nous
a accordé la permission d’exposer le saint sacrement dez le matin
et a l’issüe des vespres donner la benediction les jours de l'Assomption de la
sainte vierge quinzieme jour du mois d'aoust et le jour feste de
saint Martin patron de cette paroisse, et ce à perpetuité.

(Signature)

P. Gehere
curé de Saint Martin Villenglose

 
   
 
   

1726 - Fonte et bénédiction de la petite cloche

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2010-11-18)

 
   

Registre BMS 1706-1768 (vue 70/226)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

Benediction
de la petitte
cloche

 

Le tresieme jour de janvier mil sept cent ving et six a été faite
la benediction de la petitte cloche de cette esglise, laquelle avoit eté
fondüe le vendredy precedent onzieme jour dudit mois par Me de
la Rigueur et Aubry, fondeurs lorains. Elle a esté nommée Jeanne
Julÿe par messire Jean Baptiste
Menage, chevalier seigneur de la Moriniere et de Coulon et par
dame Julÿe d'Houliere epouse de messyre Honoré Hyacinthe de
la Lande, chevalier seigneur de cette paroisse ; Me François Godivier estant
procureur de fabrice. Rature trois mots nuls
Un mot entre lignes vault.

(Signature)
P. Gehere
curé de Saint Martin Villenglose

 
   
 
   

1734 - Inhumation d’une mère
et de ses jumeaux nouveau-nés

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2010-11-18)

 
   

Registre BMS 1706-1768 (vue 96/226)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

S. de
Jeanne
Joüin femme
d’Urbain
Courtabessy

B. et S.
de 2 enfans
de Courtabessy

Le vingt et huitiesme jour du mois de
decembre mil sept cens trente et quatre, a esté
inhumé dans le cimetiere de cette eglise
par nous soussigné, le corps de Jeanne Joüin
âgée de vingt et neuf ans environ, morte d'hyer,
femme de Urbain Courtabessy metayer au
Bois Morin. Et en mesme temps ont esté aussi
inhumés dans ledit cimetiere les corps de deux
enfans jumeaux, filles desdits Courtabessy et Joüin,
nés le vingt et six du courant au soir, baptizés
en naissant et morts un moment après. Les susdites
sepultures faites en presence dudit Urbain Courtabessy,
d'André Joüin pere de la deffunte et de plusieurs
autres qui ont declaré ne sçavoir signer.

(Signature)
Geillard
curé

 
   
 
   

1780 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy (2010-11-18)

 
   

Registre BMS 1769-1792 (vue 46/100)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

Benediction
de
cloche

Le 23 novembre 1780 a eté faite la
benediction de la grosse cloche nomée
Martine par Mr de Saint Martin et
Me Heliand de Morton.

 
   
 
 
Haut