Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Ruillé-le-Gravelais

 
   
 
   

1590 - Récompense en cas de perte
du registre paroissial…

   
   
 
   

Signalé par l’abbé Angot (v. 1900).

 
   

Registre BMS 1589-1659 (vue 1/174)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

Qui se present papier trouvera,
à messire René Huchedé prêtre curé de
Ruillié le Gravelays le rendra. Ledit Huchedé
de vin poyera.

 
   
 
   

1688 - Dorure du tabernacle, clôture des fonts baptismaux

   
   
 
   

Signalé par ? (Archives de la Mayenne ?)

 
   

Registre 1687-1688 (vue 11).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
   
 

Du 22e aoust an que dessus fut fait dorer le tabernacle et posé et
achepté l’image de la sainte Vierge par Pierre Bobon, sieur de la Crochinière, procureur
fabricier de ladite église ; et la dorure dudit tabernacle couste un louis
d’or et demy et ladite image 20 l.t. Du mesme temps et par les procureurs a esté faict
la closture des fons baptismaux. Ce fait aujourd’huy iie septembre 1688.

(Signature :)
Despois

(rayé : Bon pour 15 l.t.) la dorure du tabernacle
20 l.t. pour la Vierge

 
   
 
   

1756 - Travaux à la maison de la Prestimonie

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2005-09-19)

 
   

Registre BMS 1747-1757 (vue 140/154)

 
 

Transcription par Françoise Gautier

 
   
 
 
 

En mil sept cent cinquante six
la maison de la Prestimonie appellée
la Mahonniere fut rebatie par les soins du soussigné.
Il n’y avoit qu’une salle et une grange sans cave ni cellier
ny toit à porc ni commodité. Cette même année la salle
fut partagée en trois comme elle est actuellement et la
cheminee mise à l’ame ? de la salle, sallon et cabinet porte vitrée
et jardins partagé en trois portions furent carlés, fait et divisé
et au depend du soussigné vicaire. La grange mise en cuisine ?
bucher escallier et cellier furent faits en partie au cout de
la paroisse. Le toit à porc et les commodités au cout du vicaire
qui en eut une (c?)ote de la paroisse passée devant Pierre Lair notaire
royal par lequel il etoit déchargé des reparations au moyen de
cinq livres qu’il payoit annuellement à la fabrique dudit
Ruillé comme tous les comptes de fabriques rendus feront foy
comme des depenses qui furent faites pour retablir la sudite
maison et une queste que le soussigné fit sur la paroisse pour
aider et une chartée de bled que son predecesseur lui avoit laissé
qui fut vendu soixante douze livres, qu’il laissa pour aider.
Le bois des charpentes fut donné par differends proprietaires
de la paroisse et une partie de l’ardoise charoyé gratis.
Cette maison etoit estimée jadis vingt livres par une declaration
faite par Marc (Macé ?) Despois vicaire devant Jacque Lair notaire royal
à quinze livres pour s’exempter de payer les deximes et trois
ordinaires de messes fondées dessus par semaine. Les vicaires
qui succederont à l’auteur de cette inscription voudront bien se
souvenir de lui en leurs prieres.

(Signé :)
J. Jousse pretre natif
de cette paroisse.

 
   
 
   

1768 - Achat d'une horloge pour la paroisse

   
   
 
   

Signalé par Claire Bourneuf (2007-12-28)

 
   

Registre BMS 1766-1776 (vue 35/155)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

Il paroissoit qu’il ni avoit jamais eu d’horloge en
cette paroisse. En mil sept cent soixante huit le
vingt huit septembre fut placée celle qui est par Michel
Ripault horloger à Villaine la Jugée pour le prix et somme
de trois cent cinquante livres dont moitié lui fut payée
en la placcant et l’autre moitié au bout de l’an de garantie,
comme il etoit porté par l’acte des habitans passé devant
Hiniard notaire à La Gravelle de la même année, donné
[à] Jean Goussé de la Chotardière marguillier, et le marché qui
en fut fait entre le sieur Ripault, maître Jean Goussé prêtre
et vicaire de cette paroisse, et Jean Goussé marguillier. Elle
a eté payé en parti par la quête que le sieur Goussé vicaire
fit par la paroisse dont il en a rendu un compte bien
exact et conforme aux habitants de cette paroisse qui doit être
dans le tresor de cette eglise.

(Signature : )
J. Goussé pretre qui
se recommande aux prieres de ceux qui
voudront se donner la peine de lire cette petite note en
recompense des peines qu’il a eues pour cette entreprise.

 
   
 
   

an VI – Mort saigné par des sangsues

   
   
 
   

Signalé par Jean-Noël Charon (2006-06-26)

 
   

Registre D. 1796-1803 (an V-an XI) (vue 40/182)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

(page gauche)

Aujourd’huy cinquieme jour du mois de floreal l’an sixieme
de la republique françoise une et indivisible à huit heures du
soir par devant moy Pierre d’Hommeaux agent municipal de
la commune de Ruillé, departement de la Mayenne, chargé de rediger les actes de
naissance mairages et decès des citoyens, sont comparus
François Merias laboureur agé de trente ans domicilier dans la
ditte commune de Ruillé et Charle Meignan aussy laboureur
agé de trente six ans demurant dans la commune de la Brulatte
canton de Saint Ouën des Toits même departement, le premier fils de
François Merias, le segond gendre dudit François Merias laboureur
agé de soixante dix ans demeurant dans laditte commune de la

(page droite)

Brulatte epoux de veuve Françoise Courteille
lesquels François Merias et Charle Meignan
m’onts déclaré que ledit François Merias est mort
aujourd’huy à deux heures après midy dans la lande de Ruillé sittué
dans la commune du même nom, de mort subite, qu'il avoit
entré dans une mâre qui est sittué dans laditte lande pour se faire
mordre au sangsüe et qu'après avoir eté picqué dans plusieurs
endroits dans les jambes il s’etoit retiré au bord et contre une
haÿe et après avoir repandüe grande quantité de sang il y est
décédé. D’après cette declaration  je me suis sur le champ
transporté dans laditte lande, je me suis assuré du decès dudit
François Merias et j’en ay dressé le present acte, que François
Merias et Charle Meignan onts declaré ne sçavoir signer. Fait
à la maison commune de Ruillé les jour, mois et an ci dessus.
Quatre mots en interligne aprouvé. (Signature : ) D’Hommeaux
agent municipal

 
   
 
   

1810 – « Tué par le feu du ciel »

   
   
 
   

Signalé par Jean-Noël Charon (2006-04-23)

 
   

Registre NMD 1810-1812 (vue 21/86)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

(vue 21 gauche)

L’an mil huit cent dix le vingt neuf juillet
à neuf heure du matin devant nous Louis Garreau
maire officier de l’etat civil de la commune de
Ruillé le Gravelais canton de Loiron departement
de la Mayenne, sonts comparus le sieur François
Goussé agé de trente ans, tisserand, demeurant à la
Gouapille au bas de ce bourg, et Jean Jegu agé de
quarante huit ans, laboureur, demeurant à
Hureau, beau frere du defunt, lesquels nous onts
declaré que Jacques Rubin agé de cinquante
deux ans né à la Brulatte le trente un janvier
mil sept cent cinquante huit laboureur

(vue 21 droite)

demeurant à la Basse Devilliere epoux de Jeanne Jegu
avoit été tué par le feu du ciel dans un clozeau du
lieu de la Poulaillerie hier vingt six juillet à neuf
heure du matin, et j’ay redigé le present acte après
la visite de la justice de paix de Loiron, et le sieur
Gouyé a signé avec nous, et Jegu a declaré ne sçavoir
signer après que lecture leur en a été faites.

(Signature : )
Goussé
Garreault
maire

 
   
 
   

1810 – Enfant mort noyé

   
   
 
   

Signalé par Jean-Noël Charon (2006-04-23)

 
   

Registre NMD 1810-1812 (vue 21/86)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

L’an mil huit cent dix le vingt neuf juillet à quatre heure
après midy devant nous Louis Garreau maire officier de
l’etat civil de la commune de Ruillé le Gravelais canton
de Loiron departement de la Mayenne, sonts comparus
Noël Broux agé de quarante huit ans et François Hamont
agé de trente deux ans tous les deux laboureurs demeurant
à la Galeuchere, lesquels nous ont declaré avoir trouvé
aujourd’huy à dix heures du matin un enfant mort noyé
dans un douet à une corniere du bois du Parc proche la
Galeuchere, et sur le champ ont avertis la justice de paix
du canton de Loiron et le lendemain trente juillet se sonts
transportés sur le lieu et après avoir examiné l’enfant
ils onts reconnu qu’il etoit du sexe feminin et qu’il y
avoit environ six ou sept semaine qu’il etoit dans
liau (sic) et nous avons redigé le present acte que les temoins
onts declaré ne sçavoir signer après qu’il leur en a
eté fait lecture.

(Signature : )
Garreault
maire

 
   
 
   

1810 – Enregistrement tardif d’un acte de naissance de 1792,
« par oublie et par la cause de la Révolution »

   
   
 
   

Signalé par Jean-Noël Charon ( 2006-04-3)

 
   

Registre NMD 1810-1812 (vue 23/86)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

L’an mil huit cent dix le seize septembre à une heure
après midy par devant nous Louis Garreau maire officier de
l’etat civil de la commune de Ruillé le Gravelais canton de
Loiron departement de la Mayenne, sonts comparus Jacques
Lelardeux agé de cinquante six ans laboureur demeurant
au Domaine en ce bourg, et René Trehard agé de soixante
cinq ans laboureur demeurant en ce bourg, lesquels nous
onts declaré que Gabriel Pierre Palix, fils de feu Gabriel
Palix chaudronniet (*) et de Jénévieve Lelardeux, étoit né en
ce bourg de Ruillé le vingt neuf juin (*) à onze heure du soir
et qu'il n'a été enregistré qu'aujourd'huy par oublie et par
la cause de la Révolution ; et les declarans onts declaré
ne sçavoir signer le present acte après que lecture leur
en a été faites. (*) demeurant en ce bourg (**) mil sept cent
quatre vingt douze.

(Signature :)
Garreault

maire

 
   
 
 
Haut