Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Quelaines

 
   
 
   

1617 - Écroulement du clocher

   
   
 
   

Signalé par Romain Le Gendre ( 2009-01-24).

 
   

Référence : registre BMS 1616-1625 (vue 100).

 
 

Transcription par Romain Le Gendre.

 
   
 
 
 

Le unziesme jour d'aoust mil six cens dix sept fut
ensepulturé Julian Gerbouin au grand cimetierre
et se jour tomba la plus part du clocher
et eglise de Quelaines.

 
   
 
   

1646 - Sépulture d’un meunier mort en revenant de Nantes

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy ( 2007-01-21).

 
   

Référence : registre BMS 1645-1667 ( vue 3).

 
 

Transcription par Valérie Duroy. Un mot manque.

 
   
 
 
 

Nicollas Bernier meusnyer
à Brault fut ensepulturé
au cemettiere de Sainct Sulpice des Landes en
l'evesché de Nantes où il deccedda s’en revenant de
Nantes où il estoit allé en la compagnie de Jean
Gendry son beau frere et . . . pour achapter quelque
marchandie le septieme jour de mars mil six cents
quarante et six ainsi qu’il nous a apparu par le
certificat de monsieur Gougeon pretre vicaire en ladite
parroisse attesté de François Hiron chirurgien en datte
du septieme mars an susdit ce vingtieme may 1646.

(Signature : )
E. Huneau

 
   
 
   

1617 - Sépulture d’une pauvre passante

   
   
 
   

Signalé par Valérie Duroy ( 2007-01-21).

 
   

Référence : registre BMS 1645-1667 ( vue 7).

 
 

Transcription par Valérie Duroy.

 
   
 
 
 

Jeanne (blanc) pauvre passante qui decedda
à la Petitte Meignannyere fut ensepulturée au
petit cemettiere de ceans par moy curé soubzsigné
ce lundy quatrieme jour de mars 1647.

(Signature : )
E. Hunea

 
   
 
   

1710 - Sépulture d'un pauvre

   
   
 
   

Signalé par Joël Desnoe (2006-04-22)

 
   

Référence : registre BMS 1710-1722 (vue 5)

 
 

Transcription par Joël Desnoe.

 
   
 
 
  Le sixiesme jour d'avril mil sept cent dix a esté par
nous vicaire inhumé dans le petit cimetière un
pauvre decedé a Viesve dont le sournom nous est
inconnu, cependant fils de deffunct Pierre David ; ledit
deffunct aagé comme de vingt ans ou environ.

(Signature : )
Boudier pretre

   
  Vièves est une ferme à Quelaines (Angot, Dictionnaire).
 
   
 
   

1792 - Opinion du curé de Quelaines
sur la mauvaise influence des prêtres réfractaires

   
   
 
   

Signalé par Joël Desnoe (2006-05-13)

 
   

Référence : registre BMS 1788-1792 (vue 96/96)

 
 

Transcription par Joël Desnoe.

 
   
 
 
  Si quelqun (sic) etoit surpris de voir
dans une paroisse aussi considerable
si peu de baptemes dans le courant
d’unne année, qu’il se rappelle pour
lever toute dificulté jusqu’à quel point
on a poussé dans cette comune la
superstition et qu’ils juges des ravages
qu’ont causés les discours seditieux
des prestres refractaires qui ont semé
le chisme et ne cessent encor de le fomenter
par leurs emissaires secrets qui
causent aujourdhui tout le mal.

L'an 1er de la republique francoise
4eme de la liberté, 1er aussi de
l’egalité et de l’abolition de
la royauté.
1792.

Yci une loi sage et respectable
a confié le soin des registres
à d’autres fonctionnaires qu’à ceux
du culte catholique celui qui les
regira desormais portera le nom
d’officier public.

(Signature : )
illisible

Ses fonctions datteront dans cette commune
du 1er janvier 93.

   
 

L’auteur de ces lignes est le curé de Quelaines, Joseph-Jean-Baptiste-René Thoreau, originaire de La Gravelle, élu au mois de novembre 1791, qui clôt ainsi le registre de l’année 1792 :

Horeau, curé de Quelaines
dans la comunion de l’eglize
catholique apostolique et
romainne.

L'abbé Angot (Dictionnaire de la Mayenne) écrit à son sujet: "L'intrus, (...) ne put se faire installer, resta méprisé de tous jusqu'à la Terreur et se maria à Avénières le 25 floréal an II (14 mars 1794).

 
   
 
   

an V - Une exécution sommaire

   
   
 
   

Signalé par Bernard Milliere (2004-11-28)

 
   

Référence : registre NMD 1793-an XI (vues 87-88)

 
 

Transcription par Bernard Milliere.

 
   
 
 
  (vue 87, page gauche)

Aujourd’huy deuxieme jour du mois de
floréal an cinqtieme de la republique
françaize avant midy par devant moy
Yves Desmaires agent municipal de la
commune de Quelaine chargé du bureau
civil de cette paroisse pour dresser les
acte destiné à constater les naisance
et mariage et dessés des citoyens, sont
comparu en la sale commune de Quelaine
le citoyen René Dreux et Jean Queslin,
René Dreux agé de quarante trois ans

(vue 87, page droite)

de la paroisse de Quelaine et Jean Queslin agé
de vingt un an de la paroisse de Quelaine,
lesquel m’ont declaré que la nuit du quatorze
au quinze ventose dernier de l’an quatre il
est venu chez le citoyen Dreux sept à
huit homme harmé connu sous le nom
de chouans qui ont forcé de prendre une
palle et faire une fosse dans un chans
de la metairis de la Grand Verris et que un
des chouans qu’il le gardet a vus comme
il faisait cette fosse il luy a dit que
s’était pour enterrer Pierre Haubois fils
de Jean Haubois et de Françoise Broux
natif de la commune de Quelaine qu’on allet
venir fusillier et au mesme instant il at
vu venir une foulle de chouans et
au mesme instant il at entendu deux coup
de fusil et tranchet accoups de sabre
et au mesme instant il sont venu le rechercher
pour remplir la fosse elle etoit demis
remplis et com etant nuit ce qu’il l’a empesches
de pouvoir dire ce qu’il etoit dans la fosse mais
que tous le monde du canton disais que
c’était ledit Pierre Haubois qui etait
tué par les chouans.
Redigé en vertu des pouvoir qui me sont

(vue 88)

donné le present acte que lesdit tesmoint
ont declaré René Dreux qui signe avec nous
et Jean Queslin qui ne signe. Fait et aresté
à la maison commune de Quelaine ledit
jour et an ce que dessut. Rayé trois mot
nul aprouvé.

(signé)
René Dreux
Desmaires, agent.

 
   
 
 
Haut