Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Montourtier

 
   
 
   

1682 - Fonte et bénédiction de la petite cloche

   
   
 
   

Signalé par Eric Hercent (2009-05-23)

 
   

Registre BMS 1680-1689 (vue 27)

 
 

Transcription par Eric Hercent.

 
   
 
 

Benediction
de la petite
cloche

En l’année 1682 le premier jour de juin fut
fondue la petite cloche de nostre eglisse et le
vingt et quattre dudit mois fut beniste par nous
curé dudit lieu suivant le pouvoir que nous en
avoit addressé monsieur le grand vicaire en
l’absence de monseignieur en datte du 18 juin de la
ditte mesme année ; et fut beniste en l’honneur de
saint Henry par monsieur Dargerie conseillier
du roy à l’election de Maienne et damoisselle
Renée Lefeubvre. Faict ce 24 juin dudit mois et an
que dessus.

(Signature)

Reverdy

 
   
 
   

1689 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Suzanne Metairie (2006-07-26)

 
   

Registre BMS 1680-1689 (vue 86/88)

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 
 

Le vingt et septiesme jour de septembre mil
six cent quatre vingt neuf fut par nous
Mre Pierre Reverdy pretre et curé
de Montourtier soubsigné et ès presences
de Mres Jean Lebourdais, François Lesne vicaire
Jean Mottier pretres damoiselle Renée
Margueritte de la Porte, fillie de Mr le
president de Forge et de plusieurs autres.
Faict les ceremonies benediction de nostre
grosse cloche. Monseignieur l’illustrissime
et reverendissime evesque du Mans
nous  aiant bien voulu addresser la comission
pour cet affaire et a esté nommé par Mr
Mre Valentin de la Porte conseillier
du roy president commisaire examinateur
en l’eslectio net grenier à sel
de la ville de Laval et dame
Renée Le Maigangn son
espouse (*) et laquelle cloche a esté
chiffrée par (croix ?) … datte
cent soixante et neuf pour

(page droite)

mil six cent quattre ving neuf
et ce fait et aresté le
jour et an que dessus. Glose soixante
et approuvée rature trois mots nuls.
Glose : grenier. (*) Marie Eslisabet.

(Signatures)

Valentin de la Porte
Renée Le Maignan
Renée Marguertie
dela Porte
N. …

… pretre 1689
Pelletier
… de la Porte
Pierre Paul de la Porte
… Hardy

 
   
 
   

1719 - Inhumation d’un centenaire

   
   
 
   

Signalé par Anne-Marie Correia (2010-11-06)

 
   

Registre BMS 1710–1720 (vue 90/97)

 
 

Transcription par Anne-Marie Correia

 
   
 
 
 

Michel Cosson agé de cent ans ou environ est décédé le 2
decembre 1719 et a esté inhumé le lendemain dans le cimetiere
de cette paroisse par nous Robert pretre curé.

(Signature)
P[ierre] Robert

 
   
 
   

1731 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2005-06-05) et Valérie Duroy (2007-08-12)

 
   

Registre BMS 1731-1739 (vue 6/105 )

 
 

Transcription par Françoise Gautier et Valérie Duroy

 
   
 
 

Benediction
de la grosse cloche

Le second aoust mil sept cent trente
un, la grosse cloche de cette eglise a
ete benize par nous pretre curé de Martigné
doyen de Sablé, en vertu de commission
de Mrs les grands vicaires de monseigneur
l’illustrissime et reverandissime eveque du
Mans, a esté nommée Marie Louise par
haut et puissant seigneur messire Louis
Poivet de la Bliniere seigneur fondateur
de cette paroisse et autres lieux et damoiselle
Marie Louise Poyvet de la Bliniere
parain et maraine representés par Mre
Toussaint Hervé agent de monsieur de la
Bliniere et notaire royal, et damoiselle
Marie Jeanne Noury epouse de Mathurin
Pattier marchand. Soussignés avec nous

(Signatures)
Renaudin d.c. [doyen curé]
T. Hervé
Marie Jeanne Noury

 
   
 
   

1764 - Noyade d'un inconnu

   
   
 
   

Signalé par Joël Desnoe (2009-05-10)

 
   

Registre BMS 1760-1769 (vues 65-66/163)

 
 

Transcription par Joël Desnoe

 
   
 
 
 

(vue 65)

L'onzieme jour dudit mois et an [avril 1764] a eté par nous prêtre
curé sousigné inhumé dans le cimetiere de cette paroisse le corps dun
homme agé environ quarante cinq ans dont le nom
et le païs nous est inconnu et qui a eté trouvé noyé
dans l'étang du chateau de Bourgon. En presence de

(vue 66)

de François Mieslet sacriste et Michel Delanos
tixsier qui ont signé avec nous. (*) de cette paroisse : approuvé.

(Signatures)

M. Delanos
F. Mieslet
Bance

 
   
 
   

1767 - Bénédiction de la seconde cloche

   
   
 
   

Signalé par Joël Desnoe (2009-05-10)

 
   

Registre BMS 1760-1769 (vue 127/163)

 
 

Transcription par Joël Desnoe

 
   
 
 

Benediction
de
la seconde cloche
de Montourtier

Le vingtieme jour d'octobre mil sept cent soixante sept en vertu de
la commission à nous adressée par monseigneur l'illustrissime et
reverendissime evêque du Mans en datte du vingt trois septembre dernier
signée Glandeves vicaire general et plus bas par ordonnance de Monseigneur,
nous curé et doyen rural d'Evron soussigné avons beni la seconde cloche
de cette paroisse, laquelle a été nommée Genevieve Elizabeth par le sieur
Nicolas Agard et dame Elizabeth Denise Boüttin son épouse,
comme procureurs de messire Claude Gedeon Denis du Mets chevallier
comte de Rosnay president à la chambre des comtes, honoraire du parlement
de Paris, seigneur de Bourgon et autres lieux, et de dame Genevieve Pouyvet de la Bliniere son épouse, en présence des soussignés. Un mot raturé nul.

(Signatures)

J. Menochet
Lieut. Primault
C.L. Primault
Primault curé de Montourtier
C. Tuault pretre
Le Motheux curé doyen d'Evron

 
   
 
   

1768 - Mission

   
   
 
   

Signalé par : abbé Angot, "Dictionnaire de la Mayenne" (recherche : 2011-03-02)

 
   

Registre BMS 1760-1769 (vue 151/163)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

Mission

Le vingt cinquième jour de decembre mil sept cent soixante huit, à la
requisition et priere du soussigné, messieurs Voisin, Rambour, Tillier et
Raimbault, prêtres de la congregation de la mission du Mans, ont commencé
leurs exercices de mission dans l'eglise de cette paroisse et le vingt deuxième
jour de janvier 1769 ils en ont fait la clotûre par la communion des enfants.
Glose : 1769, approuvée.

(Signature)

Primault curé de Montourtier

 
   
 
   

1768 - Grêle

   
   
 
   

Signalé par : abbé Angot, "Dictionnaire de la Mayenne" (recherche : 2011-03-02)

 
   

Registre BMS 1760-1769 (vue 151/163)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 

Gresle

Le douzième septembre 1768 sur les quatre heures du matin il s'eleva une
tempeste causée par l'orage qui fut suivie d'une abondance de gresle d'une grosseur
si extraordinaire que chacun croioit être à sa derniere heure et qui frustra
l'esperance de tous les habitans, qui se promettoient une recolte de carabin des plus
grandes ; la perte causée par ce fleau fut estimée par les experts qui se transporter[ent]
sur les terains à douze mille livres. On trouvoit de toutes parts du gibier mort.

 
   
 
   

1785 – Don d’un tableau pour le grand autel

   
   
 
   

Signalé par Renée Polizzi (2009-02-11)

 
   

Registre BMS 1780/1787 (vue 113/149)

 
 

Transcription complète

 
   
 
 
 

L’an mil sept cent quatre vingt cinq maître
François Closier, avocat aux conseils
du roy demeurant à Paris, et damme
Victoire Le Nicolais, epouse de
messire Julien Louis Le Nicolais
de Clinchamps, ont fait present du
beau tableau qui est au grand autel.

Signé P.J. [Pierre Joseph] Vidis
curé de Montourtier

 
   
 
   

an VII – Enquête sur la naissance d’un enfant trouvé

   
   
 
   

Signalé par Bernard et Danièle Portier (2003-12-08)

 
   

Registre N. 1793-an XI (vues 91-93)

 
 

Transcription par Bernard et Danièle Portier

 
   
 
 

Naissance de
Rosalie
Dufrêne

Aujourd’huy premier prairial l’an sept de la republique
française une et indivisible.
Devant moy Joseph Pattier agent municipal de cette
commune de Montourtier canton de Ouen des Oyes departement
de la Mayenne chargé de dresser les actes de naissance et
deces des citoyens est comparu Julien Courcelle juge de paix
du canton de Ouen des Oyes lequel asisté de Louis Bibron greffier
dudit juge de paix et Jean Margerie garde champetre de cette
commune de Montourtier tesmoins aiant l’age requis par
la loy, domiciliers de cette commune lequel m’a declaré
qu’aiant ete instruit qu’un enfant  etait
expose dans le village de la Butte des Frenes

(vue 92 page gauche)

il s’etait transporté sur le lieu et y avoit redigé le proces verbal
dont la teneur suit.

Du treize floreal de l’an sept de la republique  française une et
indivisible à l’heure du soleil levant

Nous Julien Courcelle juge de paix et officier de police judiciaire
du canton de Ouen des Oyes demeurant à Bourgon commune de Montourtier

Sur ce que vient de nous raporter la femme Jean Hubert garde
forestier demeurant au lieu de la Butte des Frenes en la forest de Bourgon
commune de Montourtier que cette nuit il a été exposé un enfant
à la porte de son etable, que au point du jour elle l’a entendu crier
et etant sortie de sa maison elle a vu cet enfant enveloppé de
guenilles qui ne l’empechoient pas d’etre nud.

Cette femme tres pauvres ayant son mari grabataire depuis
quelques temps chargée de cinq enfant en bas âge craignant aller
encore être chargée de l’enfant exposé nous a dit qu’elle n’avoit pas
voulu le ramasser de peur de se compromettre mais qu’elle avoit mis
ses enfant à le garder dans la crainte qu’il ne lui arrive du mal.

Sur cet exposé nous juge de paix et officier de police judiciaire
considérant que un enfant exposé de la sorte auroit pu mourir
de froit etc. avons dit à la femme Hubert de se hater d’aller secourir
cet enfant le rechauffer et lui faire ce qu’elle pourroit tant par
humanité que par devoir attendu que nous sommes membres les uns
des autres comme republicains françois, que nous allions dans
l’instant nous y transporter et agir en consequence suivant notre
ministere qu’elle n’avoit rien à craindre d’autant qu’elle ne feroit
que du bien à cet enfant  et que d’ailleurs la nation devoit se
charger de cet enfant exposé d’après qu’elle s’en etoit expliquée en
divert temps en abolissant les droits seigneuriaux etc.
Et nous juge de paix susdit accompagné de Louis Bibron notre
greffier ordinaire et encore de citoyen Jean Margerie garde champetre
de la commune de Montourtier demeurant dans laditte commune nous
étant transporté audit lieu de la Butte des Frenes en la foret de Bourgon
situé ditte commune de Montourtier et y arrivant sur
les six heures du matin ledit jour treize foreal avons
tournoyés autour de la maison et des batimens et fait inspection
avant d’entrer en la maison et y étant entré y avons
trouvé laditte femme de Jean Hubert qui tenoit l’enfant
en question auprès du feu elle nous a dit qu’elle venoit
de le laver et de l’envelopper avec ses linges ; elle nous a
montré les mauvais drapeaux dans quoi il avoit été exposé
la tête vers le fumier près de son étable ledit enfant nous a bien
paru fraîchement né c’étoit une fille qui par la force de son
cri semble bien être née à son terme.

(vue 92 page droite)

A l’instant nous officier cy
dessus avons fait une perquisition exacte dans la maison chambre à coté
dans le grenier dans les étables toit à porcs dans le
chenils entouré de murs ainsi que dans le jardin et dans tous les
les environs de laditte maison et n’ayant trouvé aucune indice ni
trace qui indique qu’une femme fut accouchée ni dans et aux
environs de laditte maison et dans laditte maison il ni avoit
que laditte femme Hubert qui ne pouvoit être suspectée d’être la mère
dudit enfant exposé ni autre femme ou fille que ces cinq enfants dont
le plus vieu est de l’âge de treize ans et ledit Hubert dans son lit très
malade et du tout nous sommes très assuré.

D’après quoy avons demandé à ladite femme Hubert si elle ne
pouvoit trouver dans le canton une nourice pour l’enfant ; elle a
repondu qu’elle n’en connaissoit point pour le moment à ce moyen nous
l’avons engagée ainsi que son mari de vouloir bien se charger de l’enfant
exposé au moins pour un peu de temps en attendant que la nation
y ait pourvu ce que nous allions mettre et comme de fait nous mettons
à la requête du commissaire du directoire exécutif près l’administration
municipale de ce canton quoique dans ce moment laditte administration
soit desorganisée et que ledit commissaire ait absenté le canton depuis
quelque temps cependant disons que le tout doit être aux frais de la
nation le gouvernement republiquain toujours juste equitable et
bienfaisant ne peut abandonner aucuns de ses membres quoi qu’il
en soit ainsi que ce malheureux enfant engendré et enfanté par
des monstres de nature humaine.

Laditte femme Hubert et son mari nous ont dit qu’ils consentaient
à nos instances et pour le compte de la nation accepter de garder
l’enfant exposé d’en prendre soin de la nourrir et soigner comme
leur propres enfant au moyen que nous leur avancerions la somme
de six francs pour avoir des langes et ce dont il est besoin pour sa
couverture etc. en attendant que la nation y pourvoira d’une
autre maniere et aux charges d’être indemnisé de tous les frais
et depens ainsi que de droit et raison sans cependant
s’engager à le garder pour un temps precix c’est dire qu’il le
rendront à la nation toutes fois et quantes.

Nous juge de paix et officier de police considerant que
l’acception (sic) et les demandes dudit Hubert et femme etoient
justes et honnêtes avons avancé la somme de six francs aux
compte de la nation laquelle somme a été reçue par laditte
femme Hubert qui s’est chargée de l’employ et en justifier

(vue 93, page gauche)

toutes fois et quantes et après lecture du contenu au present
proces-verbal ledit Hubert a declaré ne pouvoir signer à cause de sa
foiblesse etant au lit tres malade et laditte femme Hubert a declaré
ne savoir signer ni ecrire de ce enquis.

Ensuitte nous susdits officiers sommes alles par differents vilages
Champoux, la Dauliere, la Couliere et la Chilonniere, le Clos Blanchard
en faisant toutes les informations recherches et perquisitions
possibles à l’effet de decouvrir les auteurs du flagrant delit en question
sans neanmoins en avori trouvé trace et etant arrivés au
bourg de Montourtier avons depeché le citoyen Gauche commis
pieton de la municipalité vers le citoyen Louis Pattier ancien agent
de laditte commune de Montourtier et vers les officiers municipaux
de la Basouge des Alleux et de Commer comme etant les plus proches
du lieu où est arrivé le delit avec avis et injonction de notre part
de faire faire les perquisitions necessaires dans leur commune à
l’effet de decouvrir autant qu’il est possible la mere de l’enfant exposé
et autres personnes qui pourroient en quelques maniere que ce soit
y avoir participé et en rendre compte à justice à ce qu’ils n’en ignorent.

Dont et du tout en avons dressé le present proces verbal commencé
sur les lieux et continué par où nous avons passé et arresté
au bourg de Montourtier sur une feuille de papier non timbré de
nous signée à chaque page en assistance de Louis Bibron notre
greffier et Jean Margerie garde champetre demeurant commune
de Montourtier L. Bibron greffier Courcelle juge de paix.

D’après la lecture de ce proces verbal que Louis Bibron et Jean
Margerie ont declaré être conforme à la verité et la representation
qui m’a été faitte de l’enfant qui y est designé j’ay donné à cet
enfant le nom de Rosalie Dufraine et j’ay redigé
le present acte que Julien Courcelle juge de paix Jean Margerie
et Louis Bibron ont signé avec moy.

Fait et arrêté les jours mois et an cy dessus.

(Signatures )

J. Pattier
agent

Courcelle
juge de paix

L. Bibron
greffier

 
   
 
 
Haut