Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Montjean

 
   
 
   

1646 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Archives de la Mayenne (26 mars 2005).

 
   

Référence : registre 1620-1655 (vue 190/242).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le jeudy huictiesme jour de novembre l’an
mil six cens quarancte six fut beniste la grosse
cloche de ceste paroisse par moy Jacques Bidault
pretre bachelier en Sorbonne curé de ceste paroisse
vivant tres hault tres illustre et puissant
seigneur monseigneur Henry duc de la Tremouille
et de Touars pair de France prince de Talmont
comte de Laval Venon etc. vicomte de Rennes
marquis d’Espinay baron de Vitré etc. chastelan
de Montjan ceste paroisse et seigneur fondateur
de ceste eglise et a esté nommée Henry Guy
par Joachin de Goserand escuier sieur de
Pommiers gouverneur et capitaine dudict
Montjan et escuier de monseigneur et
damoiselle Marie de Taillis fille de Magdelon
de Taillis escuier sieur de la Lanfraierre
parain et maraine presentz les soubzsignés
et auttres.

(Nombreuses signatures)

 
   
 
   

1657 - "Année du grand rhume"

   
   
 
   

Signalé par Renée Polizzi (2009-04-24)

 
   

Référence : MS 1640-1669 (vue 107)

 
 

Transcription par Marie-Hélène Bénazet et Valérie Duroy

 
   
 
 
Annee du grand
rheume et fievre
a la mode mal de
gorge et coste
grande mortalité.

Jean Tehard mary de Fleurie Jeha(o?)llier dem(euran)t a
la haulte Gesberdiere et y decedé de maladie
a este ensepulturé au petit cimetiere de Monjean
ce neufiesme jour de janvier mil six cent
cinquante sept

   
 

Le curé donne dans tous les actes quelques indices sur la cause du décès, généralement "maladie" ; on trouve aussi "maladie corporelle" (vue 109 en haut à droite) "decedé en sa couche" (vue 112, 2e acte page de droite) (Marie-Hélène Bénazet).

 
   
 
   

1659 – Vent et orage

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2008-02-05)

 
   

Référence : MS 1640-1669 (vue 64/131)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

L’an mil six cent cinquante et neuf le mercredy des quatre
temps de la Penthecoste quatriesme de juin sur les deux
à trois heures après midi, se fist deux tourbillons de vents
l'un à Barillé parroisse de Meral là où il renversa une chesnaie
fort spatieuse ; l'autre tourbillon alla à Vitré et emporta la
moitié du clocher de Saint Martin et fist aultre degast.

De plus le jeudy douziesme jour de juin audit an 1659 jour
du sacre sur les unze heures du soir jusques au matin se fist
une continuation d’esclairs et tonnerres speciallement vers ledit
Vitré qui espouventa fort ladite ville.

 
   
 
   

1660 - Réhabilitation du cimetière

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2006-03-20).

 
   

Référence : registre MS 1640-1669 (vue 116/131).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Nota que

Le petit cemetiere de Monjean ayant esté
interdit par la mort casuelle de Renée
Gauvain femme de Jean Grippon le jeune,
frappée par inadvertance d’un coup de
pistolet, le neufiesme jour du mois
d’aoust mil six cent soixante, a esté
rehabilité et rebeny par venerable et
discret missire Nicolas Martin pretre prieur
curé dudit Monjean, le dimanche premier
du mois de decembre cinquiesme jour du[dit]
mois suivant, le pouvoir à luy donné de
monsieur l’official du Mans en dabte
du vingt cinquiesme novembre mil six
cent soixante.

 
   
 
   

1663 – Première messe

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2008-01-15).

 
   

Référence : MS 1640-1669 (vue 52/131)

 
 

Transcription par Jean Faucheux.

 
   
 
 
 

+
Nota que

Missire Nicolas Pyrré pretre celebra solemnellement sa
premiere messe en l’eglise de Montjean le
dimanche quinziesme jour du moys d’apvril mil six cent
soixante trois ès presences des missire Nicolas Martin prieur
curé dudit Montjean, de missire Pierre Le Monnier pretre
sacriste, de missire François Faurays pretre chappelain de
la Marre, de missire Pierre Béausse pretre, de missire
Jean Maingot pretre, lesdits Beausse et Maingot de la
parroesse de Beaulieu.

(Signatures :)

Le Monnier
N. Pyré

 
   
 
   

1705 - Tempête

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2005-06-05)
et Valérie Duroy (2007-01-16).

 
   

Référence : registre BMS 1692-1705 (vue 103/104).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
Nota

Par mon sing
en marge
René Le Breton
curé de
Montjean

que le trentiesme jour de decembre de la
presante année mil sept cent cinq sur
les quatre à cinq heures du matin après unne
petite pluye il fist unne si grande tampeste
que de vie d’homme on n’avoit jamais entendu
parler de rien de semblable. Les maisons furent
renversées par les toits, le clocher brisé, les
vitraux de l’eglise enfoncés et brisés ; près
de deux mil arbres fruitiers devissés (?) et renversés
sur la paroisse qui a souffert une perte de
plus de dix mil escus par cette avanture.
Ceux qui liroit cecy dans l’avenir a[uront ?]
poenne à le croire s’il n’etoit certifié.
 
   
 
   

1822-1827 - Chronique annuelle

   
   
 
   

Signalé par Jean-Michel Malfettes (22 mars 2005).

 
   

Référence : registre NMD. 1820-1829 (vues 77, 134, 164,199, 231 et 291).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

L'année 1822

 
 

vue 77 [après la table annuelle de 1822]

Ceux à venir après nous pourons voir par s’est [ces] ecrits
chose les plus remarquable de cette année, savoir que
l’année dernière l’iver fut comme un prétant [printemps] ; il n’y us pas
de classe [glace] pour porter des canne ; et le printant de cette
année ainsi que l’été ont étez baucoup cheaux sourtout à
la Saint Jean ; car sinont qu’il vint de la pluis dans le commence-
ment du mois de juillet tout auroit cheschez [séché] les grains
[…]aurais pas plus prendre de grains même que les blé n’ont
pas été bons il étoient ménus comme de la pille.

L’ivert de cette année a été beaucoup dur pendant 6 semennes
depuis la Notre Damme dès avant jusqu’à la Saint Julien
il a fait froit bien dur mais il n’a pas tombé de naige que
ver la fins de la froit.

[Ont ?] a us une retraite qui a durez 10 jour qui a commencé
[à] la Saint Julien a vépres par un sermont de la par de
monsieur le curé de Cossé ; et tous les jour nous avions
messe et vépre et sermons 3 fois le jour ; et on a planté
une belle croix dans le petit cimetière le 4 février 1823.
Certifiez par nous Jean Noël Lemonnier greffier du
maire de Montjean
le 15 février 1823.

(Signature : )
Lemonnier (avec paraphe)

 
 

 

 
 

L'année 1824

 
 

vue 134 (avant la table annuelle de 1824)

Ceux à venir après nous pourons voir par ces ecrit chose
les plus remarquable de cette année, savoir que l’automne a été
beaucoup moulliez ainsis que l’hivert aussi ; et meme aussi la fint
de l’été de manière qu’il y a us plusieurs laboureurs qui non pas p[u]
faires toutes leurs patterie de froment ; et le carabin a été pour
ainsi dire presque perdu dans les champs et meme ne faisoit
que de très mauvais paint qu’on avoit peinne à manger ; il etoit
une année en n’abondance en grains, pailles, foins, et cidre
mais les laboureures ont us beaucoup de peinne à la recolter
vue que la pluie etoit presque toujours continuantes et en tomba[it]
pour ainsi dire tous les jours ; et à la Toussaint les laboureurs
non pas du faire leurs encemancé ; il y en a us qui ont attendu
jusqu’au avant de Noel coryant mieux faires qu’à la Toussai[nt]
mais sa été la meme chose ; car la pluie et le temps nebuleux
a toujours continuez jusqu’au jour de la datte de la presante remar[que].
enfins je ne saurais assé vous detailler combien cette année
etoit en abondances si les laboureurs avoient pus la recolter
comme il faut car je le repete encorre il etoit une année d’abon-
dances surtout en blé, forment, carabin et fruits mais il y en a
us beaucoup de perdu ; et encorre les laboureurs ont eus beaucoup
de mal et de peinnes. Fait et arreté le 15 janvier 1825.

(Signature : )
Lemonnier (avec paraphe)

 
     
 

L'année 1825

 
 

vue 164 (après la table annuelle de 1825)

Ceux à venir après nous pouront voir par ces
ecrit chose les plus remarquable qui sont arrivés
dans la presante année de 1825 : savoir qu’il a fait
une si grande challeur que de vie d’homme ont n’an navoit
vue une samblable surtotu au mois de juillet, il fis aussi
chaut dès le printampts et une checheresse (sic) de bien 2 mois.
il fis aussi une grande challeur ver la fin du mois d’aoust
et le commencement du mois de septembre ; mais la
plus grande ce fut celle qui arriva depuis ver la
Saint Jean jusque ver la fin du mois de juillet ; car
sans trop en marquer je le repete il faisoit si grand
chaux que tout chechoit (sic) et bruloit dans les champs
prés et jardaints et les hommes avoient grande
peinne à resister au soleil sur le haut du jour.
La presante année a été beaucoup à heure en sorte
que la recoltes aurait ete terminez à la méz oux
sinonts qu’il vint un peux de puis [pluie] au commencément
du mois d’aoust ; il n’a pas été une grand abbondance
de grains mais ils onts été bien excellant mais beau-
coup cher ; il valloit 4 l.t. 10 sols et jusqu’à cent sols le
boisseau de froment ; il n’a été aucun fruit sisenet (sic) des
chataignes et un peux de gland. Le presant contenus
cy dessu à Montjean le 20 janvier 1826.

(Signature : )
Jean Noel Lemonnier (avec paraphe)
segretaire

 
     
 

L'année 1826

 
 

vue 199 (avant la table annuelle de 1826)

Ceux à venir après nous pouront voir p[ar]
ses ecrits choses les plus remarquables qu[i]
sont arrivés pendant laditte année 1826 […]
que laditte année a été une année de graces […]
d’abondances en tout mais surtout en grains [de]
toutes especes, en sorte que beaucoup de cultivat[eurs]
en n’ont recoltés moitiés plus qu’à l’ordinaires ; […]
a été beaucoup de fruits ; et nous avons us un jubillé q[ui]
a durés 6 mois et 3 mois de prolongation raport[…]
récolte ; l’hiver assé favorable ainsi que l’été mais
beaucoup chaut. Fait par moi soussigné le 20 du [mois]
de janvier 1827 jour Saint Fabien et Sebastien […]
qu’en ce jour il fait grand froit.

(Signature : )
Lemonnier (avec paraphe)

 
     
 
1827 - Bénédiction de la petite cloche
 
  vue 231 (après la table annuelle de 1827)

Le vingt six du mois de septembre audit an mil huit ce[nt]
vingt sept à l’heure de midi fut benite la petite cloche d[e]
cette commune par monsieur Bouvier grand vicaire de mon-
seigneur l’evêque du Mans ; elle a été nommée Louis Marie
par monsieur Moraint, Louis Blotais sieur de la Lanfrière
de la Chetelerie demeurant ville de Laval et par mademoiselle
Louiset Berset femme de monsieur Leclercs de Beaulieu péres d[e]
France demeurant aussi ville de Laval, furent presant à la gra[nde]
serimonie tous les messieurs pretres d’ausenvironts (sic) au moins
vingt ou vingt cinq et plusieurs abbés et deux demoiselle de mon[sieur]
Morain Blotais, deux demoiselles de monsieur Leclercs de Beaulieu,
monsieur d’Argentré oncle de madame de Beaulieu et monsieur
et madamme de l’Oresse et monsieur Joseph Bodinier
pretre curé de cette commune qui presidoit à la grande solanité
vivant et remarcable messieur Mathurin Hemmelin sieur du
Coudré marguillé et membre du conseil municipal, René Hemme […]
sieur de la Guicherie tresordier (sic) des biens des pauvres, Louis Gueri[f]
sieur de la Brochardière demeurant au bourg, adjoint du maire
Pierre Accarie sieur de la Prechardière marguilier, Louis Lesmesle
sieur de Lepinglerie, marguilier et conseiller municipal, Jacques Lemonnier sieur de la Lande
marguillier et membres du conseil municipal, Louis Pierre Dositt[é]
Taillandier sieur de la Bergerie, madamme veuve Taillandier à[…]
Rochereau, madamme veuve Jean Hemmelin, du bourg, madamme ve[uve]
Taillandier, à la Blanchardière, veuve du maire, et les soussignés
avec mois Jean Noël Lemonnier [signature et paraphe]. Ont peut voir […]
dans les enciens registres que la grosse cloche a été benite le jeudi huit
novembre 1646.

(Signature)
J. Laporte
maire

 
   
 
 
Haut