Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Avénières

 
   
 
   

1693  - Interdiction de célébrer des mariages
dans la chapelle de la commanderie de Thévalle

   
   
 
   

Signalé par Jean Mémeint (2006-12-20)

 
   

Référence : registre BMS 1692-1705 (vue 26/251)

 
 

Transcription complète par Monique Ingé, relue par Isabelle Michaut .

 
   
 
 
 

(vue 26 gauche)

Jacques du Boismoté pretre, licentié ès droits et chanoine
prebandé et archidiacre de Passais en l’eglise du Mans
vicaire general et official du (sic) Mayenne, à tous ceux qui ses
presentes veront salut. Comme ainsy soit que procès fut meu
et pendant devant nous

Entre le venerable promoteur de cette cour, demandeur et
acusateur d’une part, et maistre Jacques Gaignard pretre
deservant la chapelle de la commanderie de Thevalle paroisse
d’Avenière deffendeur d’autre part,

Scavoir faisons que veüe la plainte contre luy randüe
le cinq octobre mil six cens quatre vingt un avec
commission par nous adressée à maistre Pierre Bureau pretre
docteur de Sorbonne, curé et doyen de Laval, d’informer contre
ledit Gaignard d’un mariage pretendu clandestin par luy
celebré dans ladite chapelle de la commanderie de Thevalle ;
l’information faite par ledit commissaire les treise et quinze
octobre ensuivant decret d’adjournement personnel decerné
contre ledit acusé avec interdiction de la fonction de ses ordres
du douze novembre ; nostre procès verbal d’interrogatoire et
response dudit Gaignard du vingt sixiesme febvrier dernier,
requeste par luy presantée à ce que son interdiction soit levée
et qu’il soit envoyé, et autres pieces, tout veu et consideré,
avec les conclusions deffinitives données sur le tout par ledit
promoteur du vingt trois décembre dernier de lui signées.

Nous avons et faisons deffence audit acusé de celebrer
aucun mariage dans ladite chapelle de la commanderie de
Thevalle ny ailleurs contre les regles prescrites par les
sainct canons, et pour l’avoir fait, l’avons declaré avoir
encouru les peines portée par le consille de Trante
et estre tombé dans l’irregularité, de laquelle pour estre
relevé il se pourvoira devant Sa Sainteté, luy enjoignons
de denoncer par acte signé de luy à Jullien de Lassys et Marie
Girandier la nullité du mariage pretendu par luy celebré
entr’eux et l’obligation où ils sont de se separer. Sy fait nous

(vue 26 droite)

ordonnons que nostre presente sentence sera inscripte
dans les registres des mariages des eglises
parochialles d’Avenieres et de Montjean, dont l’accusé sera
tenu d’en aporter certificat en bonne forme dans trois mois
à notre greffe. Et pour penitence salutaire luy avont
enjoint de reciter pendant un mois nüe teste et de genoux,
outre son office canonial le psalm Miserere mei Deus et l’oraison
Deus qui proprium, de jeusner les trois premiers vendis [vendredis]
d’après la feste de Pasque prochaine au pain et à l’eau, et de
vivre pandant un mois sous la conduicte dudit sieur
Bureau, doyen de Laval, auquel il sera tenu de rendre conte
de son interrieur tous les huict jours pour recevoir de luy
les advis salutaires sur sa conduicte et y aprendre les
reigles de sa profession. De quoy il sera aussy tenu d’aporter
certificat en bonne forme dans ledit temps des trois mois.
Et l’avons condamné au debourcé dudit promoteur.

Mandant au premier de nos apariteurs ou autre huissier sergent
sergent (mot répété) sur ce requis faire en execution de nostre pressente
sentence tous exploits necessaires de ce faire donnons
pouvoir.

Donné au Mans par nous juge et official susdit le
neufviesme mars mil six cens quatre vingt treize. La
minutte est signée J. Duboismotté avec paraphe.

Enregistré en execution de la susditte sentence par moy curé soubssigné (*) Pillot.
de cette paroisse le vingt sixiesme jour d’octobre mil six cens quatre vingt treize.

(Signature : )
J. Duchesne
curé

(*) Le curé Duchesne a écrit cette phrase sur la même ligne que la signature « Pillot ».

 
   
 
   

1702 – Mariage avec dispense de l’époux

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2007-02-19)

 
   

Référence : registre BMS 1692-1705 (vue 191/251)

 
 

Transcription complète par Monique Ingé..

 
   
 
 
 

Après les fiançailles et publications des bans
par trois dimanches consecutifs sans qu'il se
soit trouvé d'empeschements, et après
avoir veu et lu la dispense obtenue de monseigneur l'eveque
du Mans en datte du treziesme may mil sept cents obtenue
en faveur de Michel Echard pour avoir cy devant epousé
Marie Paquier dont ledit Echard croioit que le mari
etoit mort à l'armée, ce qui ne s'estant trouvé vray
par le retour du mary de laditte Paquier nomé Jean
Daulaine, ledit Echard a obtenu la dispense
à ce requise. En foy de quoy j’ay epousé ledit
Michel Echard et Renée Paumard en presence
de Etienne Echard et Michelle Fournier pere et mere,
de Michel Echard oncle paternel, de Josef Blu beau
frere, et de plusieurs autres du coté de l’epouse,
et de Georges Paumard et de Julienne Foucher
pere et mere, de François et Jeanne les Paumars
frere et sœur du coté de l’epouse. Le vingt septieme
jour de juillet mil sept cent deux. Controlé
à Laval le vingt deuxieme juillet de la mesme année
mil sept cent deux.

(Signatures : )

Estienne Eschard
Michel Eschard
Joseph Belu
Geoge Paumard
François Paumard
Michel Collas
Olivier prestre [qui signe dans d’autres actes voisins : « prestre ind. » (indigne)]

 
   
 
   

1705 – Prêtre tombé dans le verger de son jardin

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2007-03-16).

 
   

Référence : registre BMS 1692 (mars)-1705 (vue 237/251).

 
 

Transcription complète par Philippe Gondard.

 
   
 
 
 

Le dix septiesme de feuvrier mil sept cent cinq decedda Me Thugal
Throu, pretre chappier de la parroisse d'Avenieres, dont le corps
fut trouvé mort dans le chemin, pour y estre tombé du verger
de sa maison qui estoit au dessus. Et le lendemain son corps aia[nt]
esté conduict à l'eglise après les prieres et les suffrages accoustumez
fut inhumé au cimetiere en presence de ses parents et amis assisté
gratuitement par le clergé de nostre eglise dequels ont signé Me
François Olievier pretre sacriste et Me Maurice Bezier aussi
pretre avec moi pretre  curé.

[Pas de signature.]

 
   

1708 – Construction d’un nouvel autel
de la Sainte Vierge

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2005-11-04).

 
   

Référence : registre BMS 1706-1713 (vues 58-59/154).

 
 

Transcription complète (par Françoise Gautier).

 
   
 
 
  (vue 58)

Comme ainsi soite
que l’autel de la Sainte Vierge
que Dieu a toujours voulu de tems
immemorial faire honorer particulierement
dans l’eglise d’Avennieres, fut construit dune façon
qui, quoy quelle semblat asses decente et asses belle
en elle meme, avançoit neanmoins tellement dans la
nef qu’elle nuisoit beaucoup à la symmetrie et
empeschoit que de tout un côté on ne pût voir au chœur
et au maitre autel, dont plusieurs des paroissiens
et d’autres marquoint souvent leur peinne et souhaittoint
qu’on y put remedier, nous Joseph Pouteau prêtre
curé de laditte paroisse après avoir deja taché de
travailler en plusieurs choses à la decoration et à la
commodité de laditte eglise, desirant encore de le faire
pour cet autel, de l’avis de messieurs les habitans
dont plusieurs ont bien voulu y contribuer, mais y etant
specialement aidé du zele et des soins d’Estienne Marie
sieur du Fresne et de Pierre Broul sieur de la Patriere (*)
nous aurions jetté les yeux sur la personne d’honorable
deffunt Sebastien Frin vivant sieur du Coudray non
seulement comme sur un des premiers habitans mais
encore comme un des mieux intentionnés pour notre
eglise et qui donnoit le plus pour cet ouvrage pour
le convier dy mettre la premiere pierre, mais la mort
nous en ayant malheureusement privés dans le tems qu’on
s’y disposoit, nous avons cru ne le pouvoir mieux
representer qu’en priant Mre René Avenneau

(vue 59)

sieur de la Bouchardiere avocat en parlement,
non seulement comme son premier gendre,
mais aussi comme son successeur dans la maison
et dans le zele quil avoit pour notre eglise, d’y
vouloir mettre la premiere pierre gravée par
Francois Vigner tres habile sculpteur et entrepreneur
de cet autel, qu’il y posa avec beaucoup de pieté après
l’invocation du Saint Esprit et les autres ceremonies,
en presence du venerable clergé de notre église
et de grand nombre d’autres personnes le lundy de
la Quinquagesime vingtiesme jour de febvrier mil
sept cent huit. (*) procureurs marguilliers

 
   
 
   

1720 - Double mariage

   
   
 
   

Signalé par Alain Vriens (2008-09-24)

 
   

Référence : registre BMS 1720-1727 (vue 10/172)

 
   
 
 
 

Le père de l’un et la mère de l’autre, veufs, se remarient le même jour que leurs enfants.

Le 24 septembre 1720, Jean Manseau, « employé gardes des gabelles au bois Glamard, originaire de Saint Germain le Guillaume, veuf de Charlotte Anjuere », épouse Marguerite Ménard, veuve de François Guiard.

Le même jour, François Guiard, tissier, fils de défunt François Guiard et de Marguerite Menard épouse Marie Manceau, fille de Jean Manceau, employé, et de défunte Guionne Quarée.

 
   
 
   

1728 – Décès d’un portefaix de La Chapelle-Moche,
tombé malade en allant à la foire de Laval

   
   
 
   

Signalé par Odile Daugy (2007-01-05)

 
   

Référence : registre BMS 1727-1735 (vue 23/303)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

L’an mil sept cent cent vingt huit
le neuvieme jour de mars, deceda au lieu
du Petit Pressoir Pierre Chesnau portefaix de la paroisse
de la Chapelle Moche paroissant agé de cinquante cinq
à soixante ans, lequel Chesnau allant à la foire de Laval
tomba malade dans le chemin qui conduit de cette paroisse
dans le champ de foire. D’où ayant eté transporté dans
la maison dudit Petit Pressoir il y seroit decedé le même
jour sur les quattres heures apres midy. Et le jour suivant
dixieme du present mois son corps a eté inhumé dans
le cimetiere de cette paroisse, assisté du clergé de
notre eglise de, de Nicolas Sophard son cousin et de Jean
L’Abby son voisin qui ont declaré ne sçavoir signer
de ce enquis, tous de laditte paroisse de la Chapelle
Moche.

(Signature : )
J.T. Hardy
curé

 
   
 
   

1772 - Translation de la Vraie-Croix

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2006-07-24)

 
   

Référence : registre BMS 1771-1774 (vue 96)

 
 

Transcription complète par Monique Ingé.

 
   
 
 

Translation
de la
Vraie
Croix

(page gauche)

Le quatrieme jour de juillet mil sept cent soixante
treize, en consequence de la permission accordée par
Mr l'abbé Paillé vicaire general de monseigneur
l'illustrissime et reverendissime eveque du
Mans et son official en datte du neuf juin dernier
signée Paillé vic. gen. et off. d'exposer à la
veneration et adoration du peuple une portion
de la Vraie Croix et des reliques de sainte Agathe
presentées a Mr Sulpice René Chapon, curé
d'Avenières par venerable frere Charles
Jean Matagrin, chevalier de l'ordre de Saint Jean
de Jerusalem. La ceremonie de la premiere
exposition a été faite par Me Etienne Couanier
curé de la Trinité et doyen rural de Laval qui
a chanté une grand messe dans l'eglise de la
ditte paroisse à laquelle ont assisté Mrs Pierre
Beuscher ancien curé d'Ahuillé, Paul Pierre
Lapierre curé de L'Huisserie, Fréderic Leon
Le Breton de Villeneuve curé de Saint Berthevin,
Joseph Charles Caïllon curé de Saint Thugal,
Thomas Le Chauve vicaire de la Trinité,
Sulpice René Chapon curé de cette paroisse,
Julien Le Breton, Joseph Christophe Pierre
Bommier ses vicaires, François Paumard,
Julien François Morin pretres habitués
de cette paroisse et autres soussignés.

(Signatures :)

 

Et. Couanier curé de la Trinité

P. Lapierre

curé de L'Huisserie

F.L. Le Breton de
Villeneuve curé de Saint Berthevin

Beuscher
ancien curé d'Ahuillé

 

J.C. Caillon curé de Saint Thugal

 

S.R. Chapon pretre
curé

T. Le Chauve
pretre
vicaire

F. Charles de Montaudin capucin gardien

 

F. Paumard pretre

 
 

(page droite)

F. Fellorin ptre

 

F. Ignace de La Flèche vicaire des Capucins

 

F.L. A. Morilleau
cordelier conventuel

 

R.L. Moryel clerc tonsuré

 

T. Cormier clerc tonsuré

 

N. Cahoreau clerc tonsuré

 

B. Clement
cordelier

Lebreton pretre vicaire
J. Bommier pretre vicaire

 
   
 
   

an V - Découverte d’une enfant exposée dans la rue

   
   
 
   

Signalé par Archives de la Mayenne (2009-08-08)

 
   

Référence : registre NMD 1794-1798 (an III-an VI) ( vues 206-207/332)

 
 

Transcription complète par Valérie Duroy et Monique Ingé.

 
   
 
 
 

(vue 206 gauche)

Aujourdhuy vingt quatre fructidor an cinquieme de la
republique par devant nous Francois Banastier agent
municipal de la commune d’Aveniere elu pour rediger les
actes de naisances est comparu Julien Loiseau commissair[e]
de police de la premiere section de la commune de
Laval, lequel a declaré à moi François Banastier
qu'ayant eté instruit qu’un enfant etoit exposé
au pied de la croix, demeure du citoyen Lemonnier
Loriere commune d’Aveniere, il s’etoit tremporté sur le
lieu et y avoit redigé le procais verbal dont la teneur
suit. L’an cinq de la republique francaise le vingt quatre
fructidor nous Julien Loiseau commisaire de
Laval sousignée certifion que le susdit jour des
particulliers sont venue à notre domicile nous
donner avie qu’il y avoit un enfant exposé dans
la rue de Riviere. En concequence nous nous y somme[s]
rendu et nous avons apries que s’etoit au pied de
la croix ches le citoyen Lemonnier Loriere.
Nous y avons eté parlant à Louis Paumard
domestique ; il nous a represanté un enfant et
nous a declaré avec Louise Loyant que vers les quatre
heure du matin ils avoients entendu les cris de cet
enfant et qu’ils avoient ouvert leur porte et
que l’enfant etoit attaché à laditte porte ; qu’étta[nt]
embarassé ils avoient vu des particulliers passer
par le chemin qui portoient des provision à la

(vue 206 droite)

ville ; ils les avoient prié de nous en donner
avis afin que sur le champs nous nous y tremportame.
Pour lors nous avons pryé Marguerite Renaud domestique
de visiter l’enfant, de nous dire son sexe, son age
apparent ; ce fait, elle nous a dit qu’il etoit femelle
et naissant. Nous avons ensuite examiné ses vettement :
ils etoit enveloppé de mauvaise guenille de toille
et par dessus un morceau de veille couverte lui
servoit de lingeul ; il avoit la tete envelopé d'un
mauvais béguin de toille et par dessus deux bonnoist
noir ; le plus proche de la tete etoit en sois et l’autre
en lainne. Il etoit couché sur une tres mauvaise
chemise et dans un tres mauvais pannier qui ce
nomme bouriche. Appres lequel nous avons prié la
ditte Marguerite Renaud de le rechaufer, de lui donner
la nouriture et tous les soint que l’humatite (sic) exige
en pareille circonstante (sic) et en payant par qui
de droit et de le garder jusqu'au moment où il
seroit pourvu. Laditte Renaud à promis qu’elle en
auroit soins. De tous ces fais avons fait et redigé le
presant procais verbal dans le domicile dudit
citoyen Lemonnier Loriere commune d’Aveniere
pour par le citoien Lemonnier commissaire du
directoire executif pres la partie rurale du canton
de Laval au terme des lois pourvoir à la subsistance
dudit enfant. Lesdits jours et an que dessus.
L’original signé Loiseau, dapres la lecture

(vue 207 gauche)

de ce procois verbal que ledit Julien Loiseau a decla[ré]
etre conforme à la verite et la represantation qui m’a
eté faite de l’enfant qui y est designé j’ai donné
à cet enfant le nom de Jeanne et j’ai redigé en
vertu des pouvoir qui me sont delegué le presant
acte fait à Avenieres lesdits jour et an que
de l’autre part. Dont acte.

(Signature : )
Banastier
a gens mpl [agent municipal]

 
   
 
   

Triplés

   
   
 
   

1748 - Baptême de triplés (2 garçons, 1 fille)

   
   
 
   

Signalé par 2006-08-21 (Monique Ingé)

 
   

Référence : registre BMS 1747-1749 (vue 57/193)

 
 

Transcription complète par Monique Ingé.

 
   
 
 

Jeanne,
Pierre et
Joseph

Frippier

(page gauche)

Le vingt-unieme janvier mil
sept cent quarante huit ont
etés baptisés par nous prêtre
soussigné trois enfants gemeaux
nés de ce jour sur les deux
heures du matin issus du
legitime mariage de René
Frippier, laboureur, et de Perrine
Faucheux son épouse. La

(page droite)

premiere née a eû pour
parrain Pierre Gougés et pour
marraine Jeanne Fourmont et a eté
nommée Jeanne. Le second né
a eté nommé Pierre et a eû pour
parrain Jacques Duval et pour
marraine Perrine Le Terne. Le
troisieme né a eté nommé Joseph
par Joseph Sigoine et Renée Frippier
soeur desdits enfants. Parrain et
marraine ont signé avec nous.

(Signatures :)
Pierre Gouges
Jeanne Fourmont
S. Chapon, pretre

 
   
 
   

an X - Naissance et décès de triplés (3 garçons)

   
   
 
   

Signalé par Archives de la Mayenne (2009-08-08).

 
   

Référence : registre NMD. 1798-1802 (an VII-an X) (vue 248/331)

 
   
 
 
 

19 frimaire an X - Naissance de René, Jean et Joseph Jupin, né le 17, fils de Joseph Jupin, né le 5 mars 1767, et de Jeanne Jaslier, âgée de 32 ans. Les parents sont mariés il ya environ 7 ans.

Tous trois décèdent le même jour (vue 304/331).

 
   
 
   

Noyades

   
   
 
   

1684 - Noyé dans la Mayenne

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2006-12-05)

 
   

Référence : registre BMS 1678 (mars)-1686 (juillet) (vue 135/169)

 
 

Transcription complète par Monique Ingé.

 
   
 
 
 

Jean Guillois, âgé de vingt trois ans, fils de Jacques Guillois
et de defuncte Françoise Piau demeurant au Haut Etrogné en
cette paroisse, noyé en la riviere proche le moulin du
Gravier a esté retiré du jour d'hier et inhumé en notre
cimetiere par moy curé sousigné de ceans, assisté de
quelques uns de ses parents et amis qui ont declaré ne
sçavoir signer de ce enquis, en presence des témoins sousignés
avec nous ce premier decembre mil six cent quatre vingt
quatre.

(Signatures :)

F. Olivier, pretre ...
Sorin
J. Duchesne, curé

 
   
 
   

1689 – Noyé décédé « par hasard »

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé ( 2007-03-17)

 
   

Référence : registre BMS 1686 (juillet)-1692 (mars) (vue 71/141)

 
  Transcription complète par Monique Ingé.  
   
 
 
 

Alexandre Gabrot, agé de vingt et deux ans, decedé par hasard
trouvé noyé dans la riviere sur cette paroisse a esté inhumé au cimetière
par moy curé soussigné le vingt et sixiesme jour de may mil
six cent quatre vingt neuf en presence de Me Joseph Adam assisté
de mon clergé et en presence de plusieurs de ses amis.

(Signatures : )

M. Le Roy pretre
Joseph Adan
R. Noury
J. Duchesne
curé

 
   
 
   

1721 - Noyade

   
   
 
   

Signalé par Alain Vriens (2008-12-15).

 
   

Référence : registre BMS 1720-1727 (vue 22/172).

 
  Transcription complète.  
   
 
 
 

L'onzieme jour d'avril mil sept cent vingt un, le corps de
René Marseul, noyé le vingt quattre fevrier et retiré de l'eau
le dix avril a eté inhumé dans le cimetiere de cette parroisse par moy
pretre curé soussigné par charité.

(Signature : )

J.T. Hardy pretre curé.

 
   
 
   

1747 - Noyé en se baignant

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2006-08-21).

 
   

Référence : registre BMS 1747-1749 (vue 47/193).

 
  Transcription complète par Monique Ingé.  
   
 
 
 

Le trente un juillet mil sept cent quarante sept,
le corps de défunt Pierre Manchon, garçon tailleur
d'habits agé de vingt deux ans, de la ville d'Ernée, noyé
en se baignant dans la riviere de la Mayenne, a eté (*)
inhumé dans le cimetiere de cette paroisse, assisté du
clergé de nôtre eglise, de ses amys et voisins specialement
de Michel Lavandier son cousin remué de germain
et Jean Rallée son voisin soussignés. (* ) après les suffrages
ordinaires.

(Signatures :)

Michel Lavendier
Jean Ralu
J.T. Hardy, curé

 
   
 
   

1748 - Inhumation d’un noyé

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2006-08-21).

 
   

Référence : registre BMS 1747-1749 (vue 99/193).

 
  Transcription complète par Monique Ingé.  
   
 
 
 

(page gauche)

Ce jourd'huy dimanche quatrieme
jour de fevrier mil sept cent quarante huit,
le corps de Guy Angot en son vivant
menuisier, de la paroisse de Saint Venerand,
agé de quarante cinq ans, trouvé noyé le jour
d'hier en la rivière de la Mayenne, veuf
de Jeanne Loüable, a été après une messe
chantée pour le repos de son ame, inhumé
dans le cimetiere de cette paroisse, assisté
du clergé de nôtre église, de ses parens et
amys spécialement de Philippe Angot
frere, Noël Bellier oncle, Pierre
Dubois cousin germain, François

(page droite)

Lelièvre cousin soussignés.

(Signatures : )
P. Angot | Pierre Dubois
. . .  | Noël Belier
Pierre Poirier | F. Lelivreu (?)
Hardy
curé.

 
   
 
   

1755 - Noyé dans « la riviere du Maine »

   
   
 
   

Signalé par Archives de la Mayenne (2006-12-23).

 
   

Référence : registre BMS 1755-1757 (vue 43/156).

 
  Transcription complète.  
   
 
 
 

Le neuf juin mil sept cent cinquante cinq
a eté inscrite par nous pretre soussigné la
sepulture de Jeanne Logeais qu’on a trouvée
noyée dans la riviere du Maine près
Quëmont agée de quarante un ans, issüe du
legitime mariage de deffunct Jean Logeais,
en son vivant tisserand, et de deffuncte
Jeanne Jollier. Dont le corps a esté inhumé dans
le cimetiere de cette parroisse assisté du clergé,
de ses parents et amis, spécialement de René
et Jean Logeais ses freres, Guillaume Baron
beau frere, lesquels ont declarés ne
sçavoir signer de ce enquis. Rayé un
mot nul, neuf sur interligne.

(Signature : )
S. Chapon pretre vicaire.

 
   
 
   

1758 - Noyade d'une femme anonyme enceinte

   
   
 
   

Signalé par Kévin Daligault (2009-06-29).

 
   

Référence : registre BMS 1758-1760 (vue 35/137).

 
  Transcription complète.  
   
 
 

Sépulture
d’une femme
anonyme.

(page gauche)

Le six may mil sept cent cinquante
huit a eté inscrite par nous pretre curé
soussigné la sepulture d’une femme noyée
dont le corps a été trouvé dans la
reviere de Mayenne par Jean Le Compte

(page droite)

pescheur demeurant en cette parroisse
ledit jour et an que dessus dont
le nom et l’âge nous sont inconnus. Messieurs
les officiers de justice préalablement avertis
de notre part par Jean Rênier sous-sacristain
de peine, se sont transportés ès personnes de
Me Enjubault de la Roche juge criminel
de Laval, Me Le Clerc du Moulin
de la Galloriere avocat fiscal représentant
Me Frin du Guibouttier procureur fiscal,
accompagnés du sieur Pillon commis greffier
et du nommé Chon sergent, de maître
Jean Deschamps de la Bellangerie médecin
du roy. Et François Esnault chirurgien royal
et vérificateur des rapports ayant fait
l’ouverture du cadavre a examiné avec monsieur
le médecin cy-dessus dénommé que laditte
femme noyée pouvoit être enceinte d’environ
six mois. Les formalités duement observées
son corps a eté (après les suffrages ordinaires)
inhumé dans le cimetiere assisté de messieurs
les prêtres de notre eglise soussignés avec nous.

(Signatures :)
J. Baptiste Polé pretre
E. Turpin
J. Chanteloup pretre
Toussai nHamelin pretre
J. Paumard pretre
S.R. Chapon pretre curé.

 
   
 
   

1772 - Inhumation d’un inconnu trouvé noyé
au moulin du Bois-Gamats

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2006-07-22).

 
   

Référence : registre BMS 1771-1774 (vues 69-70).

 
  Transcription complète par Monique Ingé.  
   
 
 

Sépulture
d'un
inconnu

(vue 69)

Le trente mars mil sept cent soixante douze
a été par nous prêtre vicaire soussigné
inhumé dans le cimetierre de cette paroisse le corps

(vue 70)

d'un inconnu tiré de la riviere par le meusnier du moulin
du Boisgamas, après l'ouverture faite par les medecins
et chirurgiens royaux, en presence de Mrs les officiers de la justice
du comté pairie de Laval, et la permission à nous par eux donnée
conformement à leur procès verbal du même jour de lui donner
les honneurs de la sepulture, ce que nous avons fait en presence
de Joseph Collet et de Jacques Besnier qui ont signé
avec nous. Rayé un mot nul.

(Signatures : )

Lebreton prêtre vicaire
Jaques Benier | Joseph Collet
Bommier prêtre vicaire

 
   
 
   

1773 - Sépulture d'un garçon batelier
mort noyé à la porte des Moulins

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2006-07-25).

 
   

Référence : registre BMS 1771-1774 (vue 113/150)

 
  Transcription complète par Monique Ingé.  
   
 
 
 

Le cinq juillet mil sept cent soixante-treize a été
inscrite par nous prêtre curé soussigné la sépulture
de Jacques dont on ignore le surnom, les uns le disent né dans La Chapelle
Craonnoise, les autres de La Chapelle en Brétagne, et avoir exercé la profession
de boullanger. Ledit Jacques parroissoit âgé d'environ vingt-quatre
ans et étoit environ trois mois au service de Pierre Hamelin
en qualité de garçon batellier, lorsqu'il eut le malheur de se
noyer dans la rivière du Maine à la porte des Moulins
d'Avenières. L'acte de sa sepulture a resté en blanc pendant
au moins six mois n'en ayant rétenu que la datte, espérant après
les perquisitions nécessaires que j'en ay fait faire constater le vrai lieu de sa
naissance ; n'ayant pu y réussir, j'ay été obliger de conclure l'acte. Son corps
a été inhumé le cinq juillet après une messe chantée pour le repos de son ame, assisté
spécialement de Pierre Hamelin, maitre battelier du
Lyon d'Angers son maitre battelier du Lyon d'Angers [sic], son maitre,
de Michel Poisson et autres batelliers qui ont déclaré ne scavoir
signer de ce enquis. Rayé un mot nul. Nécessaires en inter-ligne
approuvé.

(Signature : )
 S.R. Chapon pretre curé

 
   
 
   

1837 - Un inconnu trouvé noyé au moulin du Bois-Gamats

   
   
 
   

Signalé par Monique Ingé (2006-06-26).

 
   

Référence : registre NMD 1836-1840 (vue 78/261).

 
  Transcription partielle.  
   
 
 
 

L’an mil huit cent trente sept, aujourd’hui jeudi trois août
à onze heures du matin, (…)
(…) nous ont declaré qu’un individu à eux inconnu, du sexe
masculin, ayant sur lui un chapelet, une tabatiere et un mouchoir marqué
des lettres P.L., a été trouvé mort ce jourd’hui à huit heures du
matin au moulin du Bois Gamatz dite commune d’Avesnières

(…)

 
   
 
 
Haut