Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Laval - Hôpitaux

Hôpital Saint-Julien

 
   
 
   

1747 - Procès-verbaux constatant la disparition
puis la réapparition du cadavre d'un soldat mort à l’hôpital,
et acte de décès

   
   
 
   

Signalé par Joël Desnoe (2006-05-20).

 
   

Registre S 1739-1760 (vues 244-246/570).

 
 

Transcription complète (quelques mots douteux en rouge)

 
   
 
 
 

(vue 244)

Copie d’un proces verbal

Le troisieme jour de novembre mil sept
cent quarante sept et trois heures après
midy, nous prestre directeur de l’hostel Dieu
de Laval, ayant eu connoissance que le
nommé Jean Halvairy dit Des Loriers natif
de Vivarest soldat du regiment d'Eu compagnie
de Montagnedé, qui est entré audit hopital
le trente un octobre presente année, auquel nous
avons donné administré les sacremens, y est
decedé le premier novembre et a eté ensuite
transporté dans la chapelle dudit hostel
Dieu nommé de Sepulchre où on a coustume
de deposer les corps de ceux qui meurent à
l’hopital en attendant la sepulture ecclesiastique.
Lorsque nous nous sommes presentés pour
inhumer le corps nous avons été surpris
d'apprendre que ledit corps auroit eté enlevé
furtivement hier sur les sept heures du soir.
Auquel cas nous nous serions tournés

(vue 245 gauche)

vers messieurs les administrateurs dudit hostel
Dieu pour sçavoir si c’est par leur permission
que ledit corps auroit eté enlevé, à quoy
ils nous auroient repondu n’avoir aucunement
eté prevenus dudit enlevement, que s'étant
transportés audit hopital, ils auroient appris
que le sieur Dubuisson medecin de quartier
dudit hotel Dieu auroit engagé les domestiques
de la maison à transporter le corps du
dit deffunt Halvairy de la chapelle sepulchrale
au Jeu de Paulme, leur disant quoyque
contre verité avoir en main une permission
de messieurs les administrateurs, en outre
messieurs les administrateurs nous auroient
declarés qu'un d'eux s'étoit transporté
en la maison du sieur Dubuison et que
ne l'ayant point trouvé mais seulement
madame son epouse il luy auroit declaré
de faire raporter sur le champ le corps
dudit deffunt Halvairy, ce qui ne s'est point
effectué, au contraire ils auroient appris
par le bruit public que le sieur Dubuisson
auroit commencé de faire une

(vue 245 droite)

dissection publique du corps dudit deffunt
Halvairy. Et avons sommé messieurs les
administrateurs de signer leurs reponces,
ce qu’ils ont presentement. En foy de quoy
nous avons dressé notre present proces verbal
pour valloir ce que de raison. Fait en
l’hotel Dieu de Laval le mesme jour et an que
dessus la minute. Signée A. Garnier,
Dufairay pretre, Guitet de la Houllerie, Le Tourneux,
Laborde, A. Duchemin de la Maisonneuve, Mancho[n].

Copie d'autre proces verbal.

Le cinquieme jour de novembre mil sept
cent quarante sept nous prestre directeur des
pauvres de l’hopital Saint Julien de Laval, nous
nous sommes transportés a la porte de la chapelle
sepulchrale de l’hotel Dieu à sept heures du matin
où nous avons trouvé en dehors un cadavre
envelopé dans un drap ensanglanté, ledit
cadavre s'etant trouvé ouvert tant à la teste
qu’à l'extomac et au ventre. Et par respect pour
l'humanité nous l'avons fait porter dans la
dite chapelle sepulchrale dont la porte
etoit auparavant fermée, declarant
neantmoins ne point donner la sepulture
ecclesiastique à ce dit cadavre qu'on ne

(vue 246 gauche)

nous certifie que le deffunt etoit de
religion catholique, n’ayant pu l'apprendre
de ceux qui l’auroient apportés quy se sont
enfuis avant que nous ayons eté avertis.
En foy de quoy nous avons dressé notre
present proces verbal en presence de maitre
François Tourtaud prestre et de René Duchemin
de La Favardière negotiant qui ont signé
avec nous le mesme jour et an que
dessus. La minute signée Tourtaud pretre,
René Duchemin de la Favardiere per avec
paraphe A. Garnier Du Fairay pretre.

(en marge :)

S. de
Jean
Halvairy
dit des
Lauriers

Le sixieme novembre mil sept cent
quarante sept, monsieur Dubuisson medecin
de quartier de l’hotel Dieu nous ayant declaré (*)
que le cadavre qui fust hier exposé sur les
six heures du matin exposé (sic) devant la
chapelle sepulchrale est le corps de Jean
Halvairy qu'il avoit fait enlever le deuxieme
de ce mois, nous prestre directeur de cet
hopital avons inhumé ledit Jean Halvairy
dit Des Loriers agé d'environ trante six ans
natif de Vivarest soldat du regiment

(vue 246 droite)

d'Eu compagnie de Montagnedé, et ce
en presence de Michel Prudhomme et Louis
Guesdon domestiques de la maison qui ont
declaré ne sçavoir signer. (*) en presence de plusieurs
personnes. Rayé un mot nul.

(Signature :)

A. Garnier
du Fairay prestre

 
   
 
   

1780 - Inhumation d’un matelot corsaire hollandais

   
   
 
   

Signalé par Jean Memeint (2006-12-21).

 
   

Registre S. 1776-1781 (vue 39/145).

 
 

Transcription complète

 
   
 
 
 

Le vingt six du mois et an que dessus [mars 1780] a eté par nous
pretre soussigné inhumé au Cimetière Dieu Paulis
Moesich, paroissant agé de trente ou quarante ans
matelot hollandais natif de Rotterdam, debarqué
pour cause de maladie à Brest le 22 février der[nier]
du corsaire Le Prince Noir de Dunkerque, entré ici
le quatorze du courant et decédé d'hyer. Presence
de Jacques Cordé et Henri Bourdais qui ont
dit ne signer.

(Signatures : )

E . Collas du Bignon, pretre ind.

 
   
 
 
Haut