Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Lassay

 
   
 
   

1644 - Bénédiction des cloches
de l'église de la paroisse de Saint Fraimbault

   
   
 
   

Signalé par Joël Boudier (28 juin 2004).

 
   

Référence : registre 1636-1650 (vue 61).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le sixiesme jour d’aoust mil six [cent] quarante quatre
les cloches de ceste eglize de Saint Fraimbault
de Lassay ont esté fondues et la benediction
d’icelles a esté faicte par moy Eustache Thoumin
pretre curé de ceste dicte paroesse de Saint-Fraimbault
et ont esté nommées sçavir (sic) la grosse cloche
Marie par haut et puissant seigneur Jehan
de Madallian seigneur de Montaleure et de ceste
terre de Lassay parrain et par damoiselle Gillette
de la Tousche femme de Claude du Mesnil
escuyer seigneur de la Fuye. Et la petite a
esté nommée Fraimbault par ledict
seigneur de la Fuye parain et par damoiselle
Françoise Lefaucheur femme de noble
homme Marc Legoué bailly dudict
Lassay le jour et an que dessus par
moy curé susdict sousigné.

(Signé : )
Thoumin
1644

 
   
 
   

1686 - Baptême de deux "Turques hongroises"

   
   
 
   

Ce double acte de baptême a été enregistré deux fois dans le registre de Lassay.

 
   

Référence : registre BMS 1669-1691 (vues 217 et 230/314).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
   

Signalé par Nicole Breau (2007-01-04).

 
 

(vue 217)

Le 3e octobre 1686 ont esté baptisée deux Turques
hongroises apellées Mina la mere et la fille delivrée et
sauvée par Mr le marquis de Lassay du siege
(interligne :) et envoyée en France
et sac de Neuhausel. La mere agée environ
vingt sept ans nommée par hault et puissant
seigneur messire Armand de Madallian de Lesparre marquis
de Lassay Armande Marie ; la mareine
dame Renée Tancrel. Et la fille aagée environ
sept ans nommée Marie Margueritte par
Me Clement de Quelqjeu du Courdray
juge general au marquisat de Lassay ;
mareine demoiselle Marguerite Miré ; par
nous curé.

(Signatures : )
le marquis de Lassay
Tanquerel
Du Couldray
M. Mirey
Chesnea

 
   
 
   

Signalé par : Thérèse Coudurier (2003-09-20).

 
 

(vue 230)

Le 3e octobre 1686 ont esté baptisée
deux Turques sauvées par monsieur
le marquis de Lassay du siège et
saccagement de Neuhausel en Hongrie.
La mère aagée environ 27 ans et
nommée par hault et puissant seigneur
messire Armand de Madaillian marquis
de Lassay Armande Marie, sa maraine
dame Renée Tancrel. La fille aagée
environ de sept ans nommée Marie
Margueritte par Me Clément Quelqjeu
sieur du Coudray juge général au marquisat
de Lassay, marraine demoiselle Margueritte Mire[y] ;
par nous curé. Signé Chesneau.

 
   
 
   

1692 - Bénédiction de deux cloches

   
   
 
   

Signalé par : Thérèse Coudurier (18 septembre 2003).

 
   

Référence : registre BMS. 1692-1715 (vue 12).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

(vue 12 page gauche)

Le 19e octobre 1692 ont esté benites en la
chapelle de Lassay les deux grosses
cloches des eglises paroissialles de Saint
Fraimbault de Lassay et chapelle de
Nostre Dame du Rocher dudit Lassay
par venerable et discret messire (blanc)
(blanc) Du Boysmotté pretre curé de la
chapelle Moche et doyen de Passays
suivant la commission à luy adressée
par monsieur le grand vicaire de monseigneur.

(vue 12 page droite)

Et ont esté lesdittes
cloches nommée
sçavoir celle de Saint Fraimbault
Marie Armande et celle dudit Lassay
Madgelaine Armande par hault et
puissant seigneur messire Armand de
Madallian de Lesparre chevallier
seigneur marquis de Lassay et par
dame Marie Magdelaine de
Madallian de Lesparre abbesse du
couvent des dames relligieuses dudit
Lassay. Et ont signé le marquis de
Lassay sœur Marie Magdelaine de
Magdallian de Lesparre abbesse de
Lassay et noble personne (blanc)
(blanc).

(Signé)
Chesneau

 
   
 
   

1701 - Vent violent

   
   
 
   

Signalé par : Thérèse Coudurier (20 septembre 2003).

 
   

Référence : registre BMS 1692-1715 (vue 131)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le second jour de fevrier mil sept cent un feste de
la purification à l'issuë de la messe de paroisse s'esleva
un vent si impetueux qu'il abbatit et precipita ma
grange dimeresse de fond en comble celle de Niord,
de Thubeuf, Melleray et plusieurs autres, deracina tous
les plus gros chesnes fouteaux et chastaigniers,
rompit et renversa les arbres fruictiers, fit un tort
considerable sur les bâtimens, enleva la moitié
des couvertures des deux tours du château de Lassay
qui regardent le nort-oüest, en porta une dans l'estang
et l'autre l'enleva par dessus les autres tours et
la porta sur le boyle, fist mille choses semblables
partout où il passa. En conséquence de ce malheur
public fut faite une ordonnance de police portant
deffenses à toutes personnes d'en profitter en volant
les branches, le bardeau, ardoises, chevrons enfin
de toucher à rien sous peine d'une pistolle d'amende.
J'ai ecrit icy cet accident ad memoriam rei et
comme l'ayant veu.

(Signé)
Chesneau

 
 

Dans le Bas-Maine, le "boile" ("bouèle", écrit Beszard) était la cour extérieure (enclose) d'un château.
C'était le cas à Lassay, où, dit l'abbé Angot, la chapelle de N.-D. du Rocher était "séparée du château par la cour du boile" et quelques maisons. A la Révolution, c'est sur la place du Boile à Lassay que plusieurs bibliothèques et fonds d'archives des communautés religieuses furent brûlées.

 
   
 
 
1703 - Bénédiction de la cloche de la chapelle du Rocher
 
   
 
   

Signalé par Jean Magnier (8 avril 2005).

 
   

Référence : registre BMS. 1692-1715 (vue 165/394).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
  Aujourd'huy quatorzieme jour de may mil sept cents
trois a été fait la benediction de la cloche de la chappelle
de Nostre Dame du Rocher de Lassay, par venerable et discret
Me Louis Bottu licentié ès droits curé de Chantrigné le
doyen de Lassay, en consequence de la commission à luy adressée par
reverendissime et illustrissime Louis de Montenard de Lavergne
evesque du Mans en dabte du 8e may 1703. Ladite cloche nommée
Marie Julie Armande Françoise par Me François Thoumin
sieur du Bouillon advocat fiscal au siege de Lassay et damoiselle Marie Hamon epouse de Me Mathieu Dutertre procureur fiscal audit Lassay
en presence de discret Me René Chesneau prestre curé de Saint
Fraimbault dudit Lassay, ledit jour et an que dessus.

(Signatures :)

Marie Hamon
F. Thoumin
Dutertre
Bottu
R. Chesneau
Le Baillif
procureur de fabrice

 
   
 
   

1705 - « Vent furieux »

   
   
 
   

Signalé par : Thérèse Coudurier (20 septembre 2003).

 
   

Référence : registre BMS 1692-1715 (vue 216)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le trentième jour de decembre mil sept
cent cinq sur les deux heures du matin s'éleva
un vent furieux sud-öest au quart de sud qui
continüa toujours en augmentant jusque sur les
huict heures en sorte qu'il renversa tout ou en partie
quantité d'eglises ; celles de Mayenne, d’Ernée, de
Donfront en Passays en furent tres endommagées, grand
nombre de maisons et granges culbutées, et comme
les jours precedens les pluyes continüelles avoient
grandement amoli les terres les arbres fruictiers
furent pour la pluspart arrachez ou renversez
ce qui rencherit considérablement le prix des cidres.
Les plus gros chesnes et les fouteaux les mieux
empattez furent également mis par terre. Cette
tempeste se fit sentir au Mans et abbatit le jeu
de St Pierre qui par sa chutte ecrasa Armand-René
de Salcedes ecuyer sieur de Monville jeune homme
âgé de dix sept ans de cette paroisse aisné de sa maison.
Enfin cet orage furieux qui dura six heures entieres
fist incomparablement plus de desordres que celui
du second fevrier mil sept cent deux dont j'ay fait
mention dans le registre de l'année. Par nous curé

(Signé)
Chesneau

 
   
 
 
1706 - Baptême d’un nouveau-né exposé sous les halles
 
   
 
   

Signalé par Jean Magnier (8 avril 2005).

 
   

Référence : registre BMS. 1692-1715 (vue 227/394).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
  (page gauche)

Aujourd'huy cinquiême aoust mil sept cent six
a esté exposée soubs les halles de Lassay une fille
agée environ de dix mois et comme on n'a point
trouvé de marque qui justifiast qu'elle eust
été baptisée nous avons estimé devoir le faire

(page droite)

soubs condition. Elle a esté nommée
Louise-Renée, son parain venerable et discret
Me Louis Chaignon pretre, marraine Renée
Briere par nous curé soussigné.

(Signatures : )

E. Chaignon
Chesneau

 
   
 
 
1707 - Contagion de dysenterie
 
   
 
   

Signalé par Jean Magnier (8 avril 2005).

 
   

Référence : registre BMS. 1692-1715 (vue 257/394).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Cette année mil sept cent sept est remarquable
par la dissenterie contagieuse qui fist mourir en
cette seule paroisse prez de cent personnes plus que
l'ordinaire des autres années. Les trois estés derniers
avoient été très chauds et secs et les hivers sans
gelées ni froidures. on ne peut dire que les fruits
nous ayent causez cette maladie parce que jamais
il n'en fut si peu en ces cantons icy où ils manquerent
absolument. Ce mal commencea dez les derniers jours
du mois d'aoust et n'a point fini en cette paroisse que
vers le vingtieme decembre. Je dis dans cette paroisse
car il continuë encor dans les voisinnes. Presque
tous ceux qui en ont été attaquez en sont morts
et très peu en sont echapez ; quelques-uns n'ont duré
que deux jours, et ordinairement ne passoient pas
le huictieme. Rien ne leur passoit l'estomach, il leur
prenoit un hoquet, avec des coliques effroyables qui
les emportoient, leur corps paroissoit noir ou vergenté
après leur mort ; dans les vomissemens presque tous
jettoient des vers. Comme le bas Anjou, la haute Bretagne
et le bas Mayne etoient affligez de cette facheuse
maladie par dessus les autres provinces sa majesté
qui en fut informée voulut bien nous assister, et faire
preparer des remèdes qui nous furent envoyez par
le canal de ses intendans, Mayenne en eut six cent
prises pour son distrait qui furent distribuez gratis
aux pauvres, l'on donnoit deux sachets à chaque
malade, l'un etoit rempli de poudre rougeatre dont la
composition etoit de coral, de perles et d’yeux d’ecrevisse
pulverizez ; l'autre etoit une poudre blanche tirant sur
le vert, et c'etoit au rapport des medecins de l'épikékoüa[...] [sic sans doute pour ipécacuana]

 
   
 
   

1710 - Inhumation de Julie de Bourbon,
fille du prince de Condé

   
   
 
   

Signalé par : Thérèse Coudurier (16 octobre 2003).

 
   

Référence : registre BMS 1692-1715 (vue 299).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le dix huitieme mars mil sept cent dix a été inhumé dans
le choeur des dames religieuses benedictinnes de Lassay
par nous curé de Saint Fraimbault le corps de haute et
puissante dame Julie de Bourbon fille légitimée de très
haut et très puissant Jules de Bourbon prince de Condé
epouse de messire Armand de Madallian de Lespare marquis
de Lassay lieutenant de roy en ses provinces de haute et
basse Bresse, Valromé et Gex, âgée de trente cinq ans
ou viron décédée le lundi dixieme du courant sur la
paroisse de Saint Sulpice de Paris, ledit corps à nous présenté
par Me (blanc) Gava prêtre habitué en ladite
église de Saint Sulpice et député par le sieur curé de ladite
église pour l'accompagné à Lassay, ladite inhumation faite
dans le susdit monastere avec la permission par écrit de
monseigneur l'illustrissime et reverendissime évêque du
Mans adressée à la dame supérieure.

(Signé)
Chesnaut

 
   
 
   

1727 - Bénédiction de trois cloches

   
   
 
   

Signalé par : Thérèse Coudurier (18 septembre 2003).

 
   

Référence : registre BMS. 1721-1739 (vue 123).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le 14 may 1727 ont été beniste trois cloches de la chapelle de Notre Dame
du Rocher, de la ville de Lassay, la premiere nommée par monsieur le marquis de
Lassay et madame la comtesse de Lassay, representés par maître Mathieu Duterte
l’aîné, procureur fiscal au siège dudit Lassay, et demoiselle Veronique Dutertre
qui l’ont nommée Marie Armande Reine Veronique ; la seconde par monsieur le
comte de Lassay et mademoiselle, representés par maître Mathieu Dutertre le
jeune, conseiller du roy et son procureur au siège du grenier à sel dudit Lassay, et
dame Anne Turmeau, epouse de maître Jean Piete sieur de Monfoucaut president
au siege dudit grenier, qui l’ont nommée Leonne Adelaïde Anne Jeanne ; pour la
troisième par Mathieu Caquia et Jeanne Dutertre, qui l’ont nommée Jeanne par
discret maître Michel Bouvier, curé de La Baroche Gondouin, doïen dudit Lassay
en consequence de la commission à nous adressée par monseigneur l’evesque du Mans
en presence de maître Guillaume de Launey, pretre curé de Saint Fraimbault du
dit Lassay, signé Anne Turmeau du Tertre, du Tertre avec paraphe, Veronique Dutertre,
Delauney, et plus bas M. Bouvier aussi avec paraphe.

 
   
 
 
Haut