Retour

Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Forcé

 
   
 
 

1656 - Bénédiction d’une cloche

 
 
 
 

Signalé par Françoise Gautier (2007-06-07)

 
 

Référence : BMS 1617-1698 (vue 29/240)

 
 

Transcription complète.

 
   

Le mardy dix huictiesme jour de juillet 1656 fut faicte
la benediction de la cloche de Forcé et en fut marainne madame
de Birague et parain son filz monsieur le comte et elle fut
montée le lundy ensuivant vingtiesme jour du meme moys
et eut le nom de Magdelaine.

 
   
 
   

1686-1689 – Conversion au catholicisme
du marquis du Bordage, seigneur de la paroisse

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2005-03-13).

 
   

Référence : BMS 1617-1698 (vue 183/240).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Le 6e octobre 1686 nous avons chanté le
Te Deum à l’issüe des vespres de la paroisse en
réjouisance de la conversion à la foy catholique
de messire René de Monbourcher marquis du Bordage
seigneur de cette paroisse, ensuite de quoy nous avons
eté processionnellement allumer un feu au bout du pont
du côté de la Carterie. Fait ledit jour et an que
dessus.

(Signature :)
Voisot curé

Le dimanche 19 octobre 1689, madame la
marquise femme de mondit seigneur le marquis
de l’illustre maison de la Moussaïe entra pour la
premiere fois dans notre eglise accompagnée de monsieur
le chevalier du Landreau commandeur de Théval.
Chacun l’y vit avec plaisir assister à la sainte messe.
Le susdit sieur curé l’alla recevoir en cérémonie dans
le cimetiere où il eut l’honneur de luy faire
compliment.

 
   
 
   

1770 - Recette du cirage anglais

   
   
 
   

Signalé par Françoise Maréchal (14 janvier 2004).

 
   

Référence : tables 1609-an XIII (vue 1).

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 

Sirage anglais

8 once de noir d’ivoire 200 ___ onces de suire
blanc ou canonade. Bien mêler, vercer ensuite sur le
melange une bouteille de biere avec de lait, bien mele
pendant 5 minutes avec une cuiller de bois
Ajouter pour 2 sols d’huile de vitriol et meler encore
pendant 5 minutes.

Quand on mel le vitriol il ___
___
à cause de la mauvaise odeur.

Si le sirage est trop epais on peut y ajouter
de la biere ou de l’eau ou meme du vinaigre.

 
   
 
   

1770 - Liste des curés de la paroisse de Forcé

   
   
 
   

Signalé par Françoise Maréchal (14 janvier 2004).

 
   

Référence : tables 1609-an XIII (vue 2).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
Noms
de M.M. les curés de cette paroisse
 
 
 
Decedés
furent cur[és]
Pierre Chardon le 4 fevrier 1616 33 ans
Guillaume Gaudin 5 mai 1649 1
Guilleaume Aoustin 21 décembre 1650 12
Jean Chambrun 13 mars 1662 22
Jacques Tarot 5 mai 1684 44
Pierre Martin de la Crolliere 1 janvier 1728 12
André Corbin 3 juillet 1740 14
Michel Girault de la Motte 3 août 1754 11
Pierre Gougeard 11 mai 1763
 

François Pierre Boyvier né à Savigné l'Evêque
près le Mans le 29 novembre 1736

Quisquis eris nostri post me conductor ovilis
Anima pro nobis vota benigne dato.

(Signé :)
Boyvier

 
   
 
   

1770 - « Annecdotes » (1609-1819)

   
   
 
   

Signalé par Françoise Maréchal (14 janvier 2004).

 
   

Référence : tables 1609-an XIII (vues 3-5).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Annecdotes
relatives à cette paroisse

 
 
(vue 3)
 

Les registres de cette paroisse commencent l’année 1609
Il fut beni une cloche dite la grosse en septembre 1651
Il n’y a qu’une cloche cette année 1784 benie le 7 septembre 1655
Profession de foi. Registre de 1676
Abjuration de Mr de Monbourcher. Registre de 1686
Translation des reliques de saint Placide martir en 1691
Le presbitère fut reconstruit par les habitants en 1736
La Mazure fut erigée en blanchirie de toilles en 1768
La terre de Poligné fut affermée 20 000 l.t. en 1769
Les decimes pour cette paroisse étoient de 36 l.t. en 1769
La grande route de Laval à Melay et le pont achevé en 1770
Le nombre des habitants en 1765 étoit de 180 il est par
l'établissement de la Mazure de 240 d'age a communier en 1770
Le seigle valut le boisseau pesant 34 livres 4 l.t. 10
le froment 6 l.t. en 1771
Le soleil pour le Saint Sacrement et l'exposition nous
furent donnés par Mr Le Meignan et Mlle sa sœur en 1771
Une chappe et la chasuble de damars de differentes

 
(vue 4 page gauche)
 
couleurs nous furent données par demoiselle Delile en 1771
La construction des bans en l'eglise fut faitte 1771
La custode pour porter le Saint Sacrement et les Saintes Huilles 1771
Les messes à basse voix furent fixées à 12 s. par le tarif 1775
La deffence d'inhumer en l'eglise excepté les curés
et les seigneurs est du 10 mars 1776
Les habitans de cette paroisse étoient taxés pour
taille et capitation et autres impositions à 1761 l.t. et
avoient 20 minots de sel à 58 l.t. 18 s. le minot en 1777
Mr Le Clerc de la Jubertiere et Mme Renée Le Gay
son epouse acheterent la seigneurie de cette paroisse
à laquelle sont unies les metairies des Mottes, de
la Courtillerie, de la Mauditiere et de la Maugerais
pour la somme de 70 000 l.t. Elle dependoit de la terre
de Poligné qui fut alors vendue en onze lots separés
qui tous alloient à 600 000 l.t. Mr de la Jubertiere
alors fameux negociant demeuroit à sa blanchirie
de la Mazure et la faisoit aller, cet acquiest fut fait en 1780.
Le seigneur evêque du Mans messire Gaspard Fraçois (sic)
Jouffroi de Gonssans approuva à L'Huisserie en
le cours de ses visites épiscopales la fundation des
bénédictions les premiers dimanches de chaque mois et en
plusieurs fêtes designées, ainsi que celle de la priere
du soir faite en Carême, ce fut le 8 juin 1780
 
(vue 4 droite)
 

Ledit seigneur evêque donna la confirmation aux
habitans de cette paroisse qui se trouverent au
nombre de 80. Ce fut à Entrammes le 13 juin 1780

La dissenterie qui fut une maladie épidemique
nous enleva trente personne de tout age et sexe. Ce
fleau commença en le mois de septembre et finit sur cette
paroisse en janvier 1780
Le Roi accorda les medecins et les remedes, Mr de
la Jubertiere donna la viande necessaire au bouillon
des pauvres, dans le fort du mal 40, 50 livres par semaine.

L'établissement d'une retraite de huit jour dans
le seminaire du Mans où quatre-vingt curés pris
au nombre de deux ou trois en chaque doyenné sont
invités chaque année par une lettre du seigneur evêque,
ouverte après la quinzaine de Pasques, _ _ _ de l'an 1780

D'après le Compte rendu au Roi par Mr Necker
directeur général des finances au mois de janvier 1781
les revenus du roiaume montent à 264,154,000 l.t.
et les dépences à 253,954,000
Les revenus excedent les depences de 10,200,000

La bénédiction de la cloche pesant trois cents
soixante dix livres est du 27 août. Registre 1782
Cest la seule que nous ayons.

 
(vue 5)
 

Le 30 août 1819 a etée benite une cloche
pesant 388 livres. Monsieur Leclerc de la
Jubertière et mademoiselle Jacquot ont eté
parrain et marraine et ont payé toutte la
depence qu'a exigé la réfonte de cette cloche
qui fut cassée (blanc) au passage des
Trapistes qui sortoient de la Douillere pour se
rendre à leur monastaire du Port Ringeard.

 
 
 
   
 
   

1770 - Présentation des tables

   
   
 
   

Signalé par Françoise Maréchal (14 janvier 2004).

 
   

Référence : tables 1609-an XIII (vue 6).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Table

Contenant les noms inscrits en les actes des
baptêmes, mariages, sepultures inserés en
les registres de cette paroisse de Forcé, dressé
en 1770.

En y travaillant nous nous sommes uniquement
attachés à l’ordre qui y est établi, sans vouloir
pour une plus grande regularité mettre en leur
rang quelques dates interposées, ce qui occasi-
onneroit plus d’embaras pour en extraire
les copies qu’on en delivrera.

À Forcé ce 6 mai 1770.

(Signé)
Boyrier curé
de Forcé.

P.S. : il eut été fâcheux que l’on eut ignoré le nom de l'auteur.
Cette table est vraiment un chef d'œuvre et peut être regardée
comme le dernier effort de l'esprit humain.

 
   
 
 

1691 et 1766 - Translation des reliques de saint Placide

 
 
 
 

Signalé par Marcel Laurent (2009-07-30)
et, pour l’acte de 1766,
par Valerie Duroy (2007-08-16)

 
 

Référence : BMS 1617-1698 (vue 215/240)

 
 

Transcription complète par Marc Bonnans et Valery Duroy.

 
 
 
 

 

Translation
[d]es reliques de
[sain]t Placide
martir en
cette eglise
le 11 mai 1691
Voiez l’an 1766 (*)

[(*)] Vous y verrez
l’extrait de
l’acte.

(Signature : )

Boyer curé

(En marge : )

 

 
   
 
 

Référence : BMS 1761-1770 (vues 37-39/71)

 
 
 
   

(vue 37)

Des reliques de saint Placide martir

La tradition nous avoit instruit en arrivant
ici en qualité de curé l'année derniere, de ce dont

(vue 38)

(page gauche)

fait foi l'acte déposé au fond du reliquiaire où sont
les précieuses reliques de saint Placide martir que possede
cette eglise de Forcé. Pour le constater nous en avons
fait l'ouverture en présence de Mtre Jacques Dalibard
prêtre vicaire en cette paroisse aujourd'hui ce vingt-deux
avril mil sept cent soixante et six et nous avons extrait
dudit acte l'abregé qui suit.

Le vingt septieme jour d'avril mil six cent quatre
vingt onze Mtre Pierre Martin de la Crolliere curé
de Forcé mit en main de Mtre Pierre Bureau prêtre
docteur de Sorbonne curé et doyen de Laval, en assistan[ce]
de Mtre Joseph Morin prêtre souschantre de l'eglise
de la Trinité dudit Laval, une commission à lui addressée
de la part de Mgr Louis de Lavergne Monthenard de
Tressan evêque du Mans scellée du seau de ses armes
en cire rouge en datte du vingt-quatrième mars de la
susditte année, qui portoit de verifier et visiter un
reliquaire que lui avoit donné, ainsi que le dit sieur
curé l'annonce par sa requête, le pere Placide de Laval
capucin de la province de Bretagne, qui l'avoit reçu de
frere Joseph Eusanius Patricius Aquitanus de l'ordre
des hermites de saint Augustin evêque de Porphire, suivant
son rescrit signé le dix neufieme mars mil six cent
quatre vingt dix f. Joseph Episcopus porphiriensis.

L'ouverture s'en fit devant François Davazé et Gui Pich[ot]

(page droite)

maîtres chirurgiens audit Laval qui una-
nimement reconnurent que lesdits ossemens
étoient de corps humain et une partie de la
cuisse, ainsi que l'annonçoit le rescrit qui
designoit le nom sancti Placidi Martiris. Ils furent
mis en la châsse où ils sont actuellement et
la translation s'en fit en cette eglise le treize
du mois de mai suivant avec la solemnité
prescrite par ledit Sgr evêque du Mans,
à laquelle concoururent la croix levée Mrs
les curés d'Entremmes, Parné, Bonchamps
et Louvigné conformément à laditte commission
qui ajoutoit le pouvoir d'exposer à la vénération
des fideles lesdites reliques de saint Placide
martir et qui ordonnoit que toutes les années
le second dimanche du mois de mai on feroit
memoire en cette eglise dudit saint martir et
de la translation de sesdittes reliques.

Ledit acte est signé P. Bureau, Martin
de la Crolliere Jô. Morin prêtre, F. Davazé,
G. Pichot avec paraphe et scellé du seau des
armes dudit sieur Bureau en son presbitere
les susdits jour et an.

Nous avons cru devoir relater sur ce
regître le fidele abregé ayant parcouru ceux
du temps de Mr de la Crolliere sans avoir 

(vue 39)

reconnu qu'il en ait fait aucune mention, afin d'obvier
à l'oubli où pourroient tomber par quelque accident les
prétieuses reliques dont nous sommes aujourd'hui
possesseurs avec grande satisfaction et édification. Dieu
veille que ce soit éternellement pour sa gloire, l'honneur
du saint martir et la bénédiction de cette paroisse.

(Signatures : )
Dalibard prestre
Boyere curé de Forcé

 
   
 
 

Référence : Tables 1609-an XIII (vue 53/98)

 
 
 
   

Translation des reliques de saint Placide 11 mai [1691].
Voir
le regître
de l’année
1766

 
   
 
 

Référence : Tables 1609-an XIII (vue 81/98)

 
 
 
   

Acte de reliques de saint Placide mart. 27 avril [1766].

 
   
 
 

1751 - Noyade

 
 
 
 

Signalé par Valerie Duroy (2007-08-16)

 
 

Référence : BMS 1751-1760 (vue 6/55)

 
 

Transcription complète.

 
 
 
   

Le dix sept mars mil sept cent cinquante un le corps
de François Portier agé d’environ vingt cinq ans
qui se noya dimanche dernier dans la riviere de For[cé]
en la passant et qui en fut retiré hier, a eté inhumé
cejourd’huy dans le cymetiere de laditte paroisse [de]
Forcé par nous vicaire soussigné en presence de Jacqu[es]
Potier demeurant en la paroisse de Vage, beau frere du
defunt, de Julien Besnier demeurant en la paroisse
de Sauge, cousin germain du deffunt, de Julien et
François les Hestiaus, tesmoins qui ont tous declaré ne
scavoir signer de ce enquis. (Signature :) Gehard Landemaine (?) vicaire.

 
   
 
   

1779 –  Exemption de publier les bans de mariage,
la future épouse étant une enfant abandonnée

   
   
 
   

Signalé par Jean Memeint (2007-06-08) et Valérie Duroy (2007-08-16)

 
   

Référence : BMS  1771-1780 (vues 74 à 76 /98)

 
 

Transcription par Valerie Duroy

 
   
 
 
 

(vue 74)

Le quatre decembre
mil sept cent soixante dix neuf
devant nous Emery Jean Hardy de
la Cherbonnerie conseiller du roy, lieutenant
général et particulier, assesseur criminel au siege
royal des exemts par appel et pour les cas royaux
du comté, ressort et election de Laval, en présence du
procureur du roy, et en assistance de maitre Jean
André Tellot notaire royal, notre greffier en chef,
a comparu Suzanne dite Jardin, laquelle nous a dit qu'elle
n'a jamais connu ses pere et mere et que son état est
incertain ; que suivant les informations qu'elle a faites
de son état, elle a été baptisée en l'église de Changé
le trois mars mil sept cent cinquante cinq sous le
nom de Suzanne, fille d'une femme passante, qui
déclara que son mary se nommait René Martin et
qu'elle se nommait Marie Le Roy, tous les deux
de la paroisse de Saint Maurille de Tours ; que ce
fait est constaté par son acte baptistaire qu'elle a
représenté ; que cette soi disante Marie Le Roy, dix
jours après ses couches faites dans ladite paroisse
de Changé, enleva ladite comparante, en disant
qu'elle s'en retournait dans son païs ; mais en passant
par cette ville de Laval, ladite soi disante Marie
Le Roy, au lieu d'emporter son enfant, l'exposa

(vue 75 page gauche)

dans la cour de l'hotel Dieu de cette ville [le]
quatorze dudit mois de mars, prit la fuite, sa[ns]
qu'on ait pu savoir ni découvrir le lieu de sa dem[eure].
La comparante ayant été ainsi trouvée dans la c[our]
dudit hotel Dieu, le directeur jugea à propos d[e]
baptiser cet enfant sous le doute le quinze dud[it]
mois de mars, de maniere qu'elle se trouve bap[tisée]
une seconde fois, sous les noms d'Anne Françoise
suivant l'extrait baptistaire qu'elle a pareillement re[présenté]
dudit jour quinze mars mil sept cent cinquante cinq.
Qu'après ce second baptême elle fut portée en nou[rrice]
en la paroisse de Bonchamps, ou elle a resté un [an]
et ensuite fut transportée dans la maison d'Etienne [Jardin]
journalier où elle a été élevée jusqu'à l'âge de vingt [deux ans].

Que quelque recherche quelle ait pu faire de [ses]
prétendus pere et mere, notamment dans la paro[isse]
de Saint Maurille de Tours elle n'a pu découvrir l[e lieu ?]
de leur naissance et de leur mariage, ce qui la f[ait]
présumer qu'elle est fille illegitime de pere et mere […]
Qu'étant sur le point de contracter mariage a[vec]
René Poisson garçon lavandier, demeurant dans la pa[roisse]
de Forcé, ou elle demeure pareillement depuis trois a[ns]
le sieur curé de ladite paroisse leur fait des diff[icultés]
relativement à l'incertutude de l'état d'elle comp[arante,]
pour quoi nous a requis de vouloir bien l'autori[ser]
passer outre à la publication des bans et célébr[ation]
de son mariage avec ledit Poisson ; et pour con[…]
les faits par elle ci dessus avancées, elle a fait comp[araitre]

(vue 75 page droite)

quatre personnes qui en ont connaissance ; et a déclaré
ne savoir signer.

Sont aussi comparus Etienne Persigan tisserand, âgé
de soixante ans, Jean Meslet tisserand âgé de quarante
un an, Jean Simon tisserand âgé de trente cinq ans,
Joseph Morinniere tisserand âgé de trente quatre ans,
demeurants tous paroisse de la Trinité. Lesquels après
serment par eux prêté de dire vérité, nous ont dit avoir
parfaite connaissance que ladite Suzanne dite Jardin a été
baptisée en la paroisse de Changé, y est née au lieu et
métairie de la Cotentiniere dans le mois de mars mil sept
cent cinquante cinq, que c'est elle même qui a été exposée
dans la cour de l'hotel Dieu de cette ville, et qu'elle
a été baptisée une seconde fois sous condition ; qu'elle
a été en nourice l'espace d'un an dans la paroisse de
Bonchamps, qu'après ce tems elle a été élevée jusqu'à
l'âge de vingt deux ans dans la maison de défunt
Etienne Jardin et de défunte Anne Mechineau sa
femme, qu'ils étaient ses plus proches voisins et
qu'ils ne l'ont point perdue de vue jusqu'à l'âge de
vingt deux ans où elle est allé dans la paroisse de
Forcé qu'elle habite depuis trois ans ; que d'ailleurs le
mariage qu'elle est sur le point de contracter avec le
nommé René Poisson est un parti sortable pour elle.
Et ont signé, à l'exception dudit Etienne Persigan qui
a déclaré ne savoir signer. La minute signée Jean
Meslet, Jean Simon et Joseph Moriniere.

Nous decernons acte aux parties de leurs

(vue 76 page gauche)

comparutions, dires, requisitions et déclaratio[ns]
ouï sur ce le procureur du roy, avons de son con[sentement]
autorisé et autorisons ladite Suzanne dite Jardin [âgée]
de vingt quatre ans révolus, demeurante paroisse [de]
Forcé, vû l'incertitude de son état et l'impossibi[lité]
où elle se trouve de pouvoir trouver et découvrir [ses]
pere et mere, à passer outre au mariage qu'elle est [sur]
le point de contracter avec le nommé René Po[isson]
garçon lavandier, pourvu toutes fois que ledit […]
ait le consentement de ses pere et mere, tuteur
curateur. En conséquence disons que le sieur curé [de]
Forcé et tous autres seront contraints par to[utes]
voies dues et raisonnables de leur donner la bén[édiction]
nuptiale, après que lesdits contractants auront sa[tisfait ?]
aux autres formalités requises par les canons et
les ordonnances. Mandant etc. Donné au […]
Laval en notre chambre du conseil par nous […]
susdit, lesdits jour et an que dessus. Et ont l[…]
procureur du roi et notre greffier signé av[ec]
nous. La minute signée Hardy de La Cherbo[nnerie,]
R. Gaultier, Tellot. Reçu sur la minute pour les tro[…]
huit sols pour livre des epices et vacations vingt un
sol ; signé Champroux.

(Signature)
Tellot

vacations : trois livres
procureur du roi : deux livres
greffe : deux livres
formule : cinq sols

 
   
 
 

1780 – Fondation de la bénédiction du Saint Sacrement

 
 
 
 

Signalé par Jean Memeint (2007-06-08)

 
 

Référence : BMS  1771-1780 (vue 98/98)

 
 

Transcription complète.

 
 
 
 

Fondation
[d]e la bénédiction
[du] Saint Sacrement
[en] cette église le
[…] dimanche de
[cha]que mois et en
[plu]sieurs fêtes, ainsi
[que] de la priere
[le] soir les jours de
[Ca]rême.

(Dans la marge de la dernière page des actes de 1781.)

 
   
 
 

1782 - Sépulture d’une donatrice

 
 
 
 

Signalé par Valerie Duroy (2007-08-16)

 
 

Référence : BMS 1781-1792 (vue 19/110)

 
 

Transcription complète.

 
 
 
 

Renée Jeanne
Meignan.
Elle a contribué à
la fondation de la
bénédiction du Saint
Sacrement le premier
dimanche de chaque
mois et en plusieurs
fêtes, ainsi qu’à
la priere du soir
le Carême (sic) en donnant
cent vingt livres
le 10 octobre 1780.

Le cinquieme jour d’août mil sept cent quatre vingt deux j[’ai]
curé d’Entrammes soussigné inhumé en le cimetiere de cette eglise de Forcé le co[rps]
de demoiselle Renée Jeanne Meignan fille agée de quatre vingt deux
ans decedée en ce bourg d’hier née en cette paroisse, à la sep[ulture]
de laquelle ont assisté le sieur Etienne Le Tessier marchand, de
Janne Le Tessier, Anne Le Tessier, Jeanne Bouiller epouse de
André Le Tessier marchand, de cette paroisse, le sieur François
Bouiller marchand, de celle d’Entrammes, en presence de [M.]
le curé de Forcé, lesquels ont signé avec nous.

(Signatures : )

Poyrier curé de Forcé
Etienne Le Tessier
Anne Le Tessier
Jeanne Boullier

« Le » rayé mot nul.
Interligne : « Jeanne » approuvé et « Entrammes » et « de Forcé ».

B. Boullier curé d’Entrammes.

 
   
 
 
Haut