Retour

Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

La Cropte

 
   
 
   

1691 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (11 août 2004)

 
   

Référence : registre BMS. 1690-1691 (vue 8)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

La grosse
cloche

 Le cinquiesme jour de juillet mil six cent quatre vingt
onze a esté beniste la grosse cloche de cette
parroisse de la Cropte par venerable et discret monsieur?
Jean Senault pretre curé de Nostre Dame de Sablé
en vertu de commission de monseigneur l’evesque du
Mans en datte du (blanc) audit an, et a esté
nommée Catherinne par messire Gabriel de Chalus
commandeur de Fresnay et honorable femme
Anne Raison dame de la Guibertiere ès presences de
Me François Raison pretre curé dudit la Cropte et
Me René Tribondeau pretre sacriste dudit la Cropte.

(Signatures )

Gabriel de Chalus comandeur de Frenay
Anne Raison | F. Raison
R. Tribondeau | … Roulle…
… Ruffé pretre | R. Gaultier |G. Raison
R. Chanteau | … Gaudin
(et dans la marge : )
J. Senaul

 
   
 
   

1725 - Découverte et inhumation d’un noyé

   
   
 
   

Signalé par Guillaume Kalb (2013-01-06)

 
   

Référence : BMS 1706-1729 (vue 113D/139)

 
 

Transcription par Guillaume Kalb

 
   
 
 
 

Le vingt deuxiesme fevrier susdit an [1725] nous pretre deservant
la cure de la Cropte soussigné, à la requisition de Jacquine
Escuyer femme de feue Pierre Boisguion, de Pierre et Jacquine
Boisguion enfans dudit deffunt, sommes transportez avec les
tesmoins cy après nommez au rifour du moulin de
Vauveron où nous avons trouvé le corps dudit deffunt Pierre
Boisguion aagé de soixante six ans ou environ chez (?) Jean
Gontier meulnier audit moulin de Vauveron, Urban Roy et
Joseph Cholet tesmoins nous ont declaré que la nuit
du vendredy au samedy de l’Epifanie sixieme jour de janvier
du susdit an, ledit Pierre Boisguion revenant de la
journée dudit moulin de Vauveron auroit par accident
tombé dans ledit rifour et qu’après l’avoir pesché sans
pouvoir trouver son corps il auroit demeuré dans l’eau
jusqu’au jour 22e fevrier ; ce que nous avons jugé
veritable par la corruption de son corps qui estoit à
demy pourye ; et comme estant certain qu’il estoit
cretien et faisoit profession de la foi catholicque,
apostolicque et romaine nous l’avons fait transporter
sur le mur du simetiere de l’eglize dudit la Cropte
et apres l’avons inhumé au grand simetiere de ladite
eglize en presence de ladite Jacquine Escuier, femme
dudit deffunt, Pierre et Jullienne Boisguyon et desdits
tesmoins cy-dessuë denommez et de plusieurs autres
qui nous ont declaré ne signer fors les soussignez.
Gloses : deux mots ; raié : deux mots nuls.

(Signatures)
P. Boisguiyon
J. Gontier

D. Hutrel
 
   
 
   

an III – Inhumation de deux hommes
morts dans l’attaque contre la garde municipale
par « des selerats de chouans »

   
   
 
   

Signalé par Jean Mémeint (2007-02-05)

 
   

Référence : NMD 1793-an VII (vues 92-94/201)

 
 

Transcription par Guillaume Kalb.

 
   
 
 

 

Deces de
Louis
Viot
du 28
brumaire
l’an 3me

(vue 92 page droite)

Aujourd'hui vingt neuf
brumaire l’an troisième de la
republique française une et indivisible
neuf heure du matin, par devant
moy Anthoine Louis Pommier officier
public membre du conseil général de la municipalité
de la commune de la Cropte district d'Evron
departement de la Mayenne, elu par deliberation
du vingt huit octobre mil sept cent quatre vingt
douse (vieux stille) pour recevoir les actes destinés
à constater l'etat civil des citoyens en confermité
de la loy du vingt septembre de la mesme année
et de l'article premier de la loy du sept frimaire
dernier, est comparu dans la maison commune
le citoyen René Coignard membre du conseil général
et officier de police de cette municipalité,
lequel m'a declaré que Loüis Viot agé de quarante
huit ans, tisserand en le bourg, est mort dans
l'ataque qui a été faitte par des selerats de chouans
le jour d'hier sur les trois heure du soir où il a eté
fait une fusillade de leur part de plus de cent
cinquante coups de fusil contre la garde de cette
commune qui etoit de vingt hommes tant dans
le clocher de la ci devant eglise que du petit
cimetiere y joignant, dans lesquels il avoit eté
fait des fortresses pour la surreté de cette commune
où nos citoyens de la garde etoient retranché
et se sont battus contre les chouans qui etoient
au nombre d’environ cent cinquante, bien armés,
desquels on a tué leur lieutenant et leur
capitaine grievement blessé, qu'ils onts fait
emporté et plusieurs autres blessés ; ils se sont
battus jusqu’avec des pierres qu'ils se jettoient
de part et et d’autre par sur les fortresses ; et dans le
facheux assault le dit Loüis Viot qui se batoit
vaillament a eté tué à travers la fortresses d’un
coup de fusil qui lui a rompu la testes et fait
sortir la cervelle dont il est tombé mort sans

(vue 93.page gauche)

aucun signe de vie à costé de ces
camarades ; en presences de tous les citoyens
qui ont signé le proces verbal que ledit
René Coignard officier de police m'a remis,
ledit proces verbal en datte du jour d’hier
et autres qui ne savent signer; d'apres cette
declaration et le proces verbal de l'officier
de police signés René Coignard officier de
police, Nail maire, M. Thuillier officier
municipal, Le Royer, Bouvier capitaine,
René Bergere, M. Le Mesle, François Plassais,
Joseph Hayer, Jasques Eveillard, Belenje ?,
Jean Robineau, François Bourdais, F. Gonneray,
Jasques Fertray, j'é dressé le present acte en
presences des René Bergere sergen agé de
vingt neuf ans, Anthoine Nail maire,
agé de cinquante sept ans, et Michel
Thuillier officier municipal agé de cinquante
sept ans, temoints domicillies dans cette
commune, lesquels onts signés avec moy. Fait
en la maison commune à la Cropte lesdits jour,
mois et an que dessus.

(Signatures)
 René Coignard officier
de police
A.L. Pommier
officier public

   

Deces de
René
Geslin
du 28
brumaire
l’an 3me

Delivré
copie du
present à
la veuve
Geslin
pour

L’an troisième de la republique française
une et indivisible, le vingt neufvieme jour
du mois de brumaire dix heures du matin ;
par devant moy Anthoine Loüis Pommier
officier public membre du conseil général de la
municipalité de la commune de la Cropte
district d'Evron departement de la Mayenne,
elu par deliberation du vingt huit octobre
mil sept cent quatre vingt douze (vieux stylle)
pour recevoir les actes destinés à constater
l'etat civil des citoyens en confermité de la Loi
du vingt septembre de la mesme année et de
l'article premier de la loi du sept frimaire

 

 

faire
enregistrer
à Chemré.

 

(vue 93, page droite)

dernier, est comparu dans la
maison commune le citoyen René
Coignard membre du conseil général (rayé: de
la municipalité) et officier de police de cette
municipalité, lequel m'a declaré que René
Geslin, laboureur au lieu de la Motte en la
commune de Chemré, est mort pendant l'ataque
qui a eté faitte dans cette commune par des
selerats de chouans le jour d’hier sur les trois
heures du soir où il a eté soutenu une fusillade
de leur part de plus de cent cinquante coups
de fusil contre la garde de cette commune
qui etoit de vingt hommes, tant dans le
clocher de la ci devant eglise que du petit
cimetiere y joignant, dans lesquels il avait eté
fait des fortresses pour la surreté de cette
commune où nos citoyens de la garde etoient
retranchés et se sont batus contre les chouans
qui etoient au nombre d’environ cent cinquante
bien armés ; desquels on a tué leur lieutenant
blessé grievement leur capilaine, qu'ils onts
fait  emporter, et plusieurs autres blessés ;
ils se sont batus jusqu’avec des pierres qu'il
se jettoient de part et d’autres par sur les
fortresses ; et pendant le facheux assault les
chouans onts rencontré ledit René Geslin,
agé de quarante huit ans ou environ, qui
etoit venu dans notre bourg pour amener
une taurre chez son maitre ; lequel n’avoit
aucunes armes ni baston ; ils l’ont pris et
mené à un bout du bourg sur le chemin
de Ballée. Là il l’ont fusillié et tué, et le coup
lui a porté à l’estomac ainsi que nous l'avons
reconnus; etant mort sans aucun signe de vie.
auquel coup de fusil le feu c'est communiqué
en les vetemens, ce qui a été vû et reconnus

(vu 94 page gauche)

par nous d’après les renseignemens à nous
donné par plusieurs personnes qui l'ont
vu fusiller et tuer. A laquelle visite du
cadavre etoient présents avec nous les citoyens
Jasques Eveillard serger, âgé de quarante cinq
ans, Mathurin Le Mesle serger agé de quarante
ans, et plusieurs autres avec nous soussignés
fort ceux qui ne le savent. Temoints tous de
cette commune, qui ont signé le proces
verbal que ledit Coignard officier de police
m'a remis en datte du jour d’hier. D’après
cette declaration et ledit proces verbal de
l'officier de police signé Jasques Eveillard,
Mathurin Le Mesle et J. Bouvier capitaine de
la garde nationalle, et René Coignard officier
de police, j'é dressé le present acte que lesdits
que les dits (sic) Eveillard, Le Mesle, Bouvier et
Coignard officier de police onts signés avec
moy. Fait et arreté en la maison commune
à la Cropte les jour, mois et an que dessus. Trois
mots rayés nuls.

(Signatures)
René Coignard officier de police
J. Bouvier
capitainne
A.L. Pommier
officier public

 
   
 
 
Haut