Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Château-Gontier

 
   
 
   

1794 - Constat de décès de 53 habitants de Château-Gontier
morts en Vendée lors de la déroute du 19 septembre 1794

   
   
 
   

Signalé par Patrick Oger (2004-01-03)

 
   

Registre BMS. D. 1793-1794 (vues 44-51/78).

 
 

Transcription par Valérie Duroy.

 
   
 
 

 

Vingt un juin
1794
La présente
enquête
constate le
décès de
cinquante-trois
citoyens

(vue 44)

Le troisieme jour de messidor l’an second de la republique
françoise une et indivisible à une heure après midi.

Devant moi Mathurin René Thoré officier public et
municipal de la commune de Château-Gonthier chef lieu de
district département de la Mayenne verbalement autorisé le
trente germinal dernier par le Republicain françois de
Sablé représentant du peuple à dresser l’acte ci-après et
dans la forme qui suit.

 

Quartier
du
Temple

Ont comparu les citoyens Alexandre Gaulthier ancien officier
d’infanterie, officier municipal de cette commune, chef et
commandant du bataillon de Château-Gonthier à la Vendée, agé
de soixante ans, François Le Tessier agé de trente ans, Jean
Bodinier, agé de quarante deux ans, maître d’écriture et notable de
cette commune, Simon Genvray, armurier, de cette
commune, agé de vingt-six ans, Francois Chevron, marchand,
agé de trente huit ans, et Jaques Angot, ancien cordonnier,
agé de soixante deux ans, tous demeurants en cette commune,
quartier du temple, lesquels m’ont declaré que Louis Jeannot
musicien organiste de l’eglise Saint Jean de cette commune, né à
Vatan, ci-devant Berry, agé de cinquante-trois ans, fils de
defnt Sylvain Jeannot, jardinier, et de defunte Marie
Martizac, époux de Jeanne Marie Bertrand, Jean

lesquels m’ont declaré que Louis Jeannot
musicien organiste de l’eglise Saint Jean de cette commune, né à
Vatan, ci-devant Berry, agé de cinquante-trois ans, fils de
defnt Sylvain Jeannot, jardinier, et de defunte Marie
Martizac, époux de Jeanne Marie Bertrand, Jean

(vue 45 page gauche)

Denouault, sergent, né en cette commune, agé de trente deux ans, epoux
de Michelle Bourdelet et fils de Jean Denouault, sarger, agé de
soixante-quatre ans, et de Jeanne Croissant agéé de soixante-cinq ans ;
Julien Tiriau, journalier, né à Courveille, agé de soixante ans, epoux
de perrine Lardeux et fils de defunt Julien Tiriau et de défunte
Marie Gallais ; Pierre Paroissien, commis-greffier au tribunal
de ce district, né en cette commune, agé de trente ans, fils de
defunt Pierre Paroissien, chirurgien, et de Anne Pichon, agé
de cinquante-sept ans ; René-francois Anger, vitrier, né en
cette commune, agé de quarante-quatre ans, epoux de Marie
Houdmon et fils de defunt Jean Anger, ferblanquier, et de
défunte Marie Rassin ; René Bernier, tisserand, né à Azé,
agé de cinquante-huit ans, epoux de Marie Lion et fils de
defunt René Bernier et de défunte Magdelaine Peirau ; Francois
Fouassier, paveur, né au Mans, agé de trente-cinq ans ou environ,
fils de (blanc),

tous demeurants dans le même quartier, sont partis avec eux
et les autres citoyens de ce district en masse le traize septembre
dernier, vieux style, pour aller combattre les ennemis de la
Vendée, qu’ils les ont vu combattre dans ladite Vendée, mais
que le jour de la déroute du dix neuf du même mois, lesdits
citoyens ont disparu et qu’il y a tout lieu de croire qu’ils
ont été pris et tués ou morts de fatigue ; et nous officier
public ayant pris et reçu le serment de nous dire la vérité de
la part de Jeanne Marie Bertrand, veuve Jeannot, agée
de cinquante six ans, de Michelle Bourdelet, veuve Denouault,
agée de quarante ans, de Perrine Lardeux, veuve Tiriau, agéé
de cinquante-deux ans, de Anne Pichon, mere de Pierre
Paroissien, agéé de cinquante-sept ans, de Marie Houdmon, veuve
Anger, agéé de quarante-trois ans, de Marie Lion, veuve
Bernier, agéé de quarante-sept ans, toutes domiciliéés en cette
commune, elles ont toutes affirmé chacune en ce qui les
concerne n'avoir recu aucunes nouvelles de leurs maris et
enfant qui puisse prouver leur existence depuis le dix-neuf
septembre dernier.

 

Quartier
des
Vallons

Ont aussi comparu les citoyens François Houdbine, tanneur,
notable de cette commune, agé de quarante-neuf ans, Pierre

(vue 45 page droite)

Mahier ferblanquier, agé de trente cinq ans,
François Abaffour, marchand cloutier, agé de
trente cinq ans, Julien Jouye, tisserand,
agé de trente sept ans, Pierre
Le Mesle, tisserand, agé de quarante-un ans, et Denys
Chevillard, agé de quarante-huit ans ou environ, demeurants
en cette commune, quartier des Vallons, lesquels m'ont déclaré
que joseph Breton, cordonnier, né en cette commune, agé de
trent'un ans, epoux d'Anne Moreul et fils de defunt Jaques
Breton, cordonnier, et de defunte Perrine Le Conte ; Pierre
Meignan, tambour de cette municipalité, né a Coudray, agé
de quarante-deux ans, epoux de Jeanne Colas et fils de
defunt Pierre Meignan, laboureur, et de Françoise Heulin,
agéé de soixante-dix ans ; Jaques Brocherie, journalier, né à
Bierné, agé de quarante ans, epoux de Françoise Guédon
et fils de Jaques Brocherie, laboureur, décédé, et de défunte
Michelle Landelle ; Louis Baffour, tisserand, né à Gennes, agé
de quarante-quatre ans, epoux de Jeanne Géhère et fils de
Jaques Baffour, journalier, décedé, et de défunte Marie
(blanc) ; Jean Dupuy, maçon, né a Menil, agé de
trente-cinq ans, epoux de Françoise Jallier, et fils
de défunt Nicolas Dupuits maçon et de défunte Renéé le Clerc ;
Pierre Coconnier, tailleur d'habits, né à Azé, agé de quarante-
deux ans, epoux de Marie Gaultier et fils de défunt
Pierre Coconnier, aussi tailleur d'habits, et de défunte Marie
Bridier, tous demeurants en ce quartier,
sont partis avec eux et les autres citoyens de ce district
en masse le treize septembre vieux style, pour aller
combattre les ennemis de la Vendée, qu'ils les y ont
vu sous les armes et combattre, mais que le jour de la
deroute du dix-neuf du même mois, lesdits citoyens ont disparu,
et qu'il y a tout lieu de croire qu’ils ont eté pris et tués
par l'ennemi ou morts de fatigue, de même que plusieurs
autres ; et nous officier public ayant pris et reçu le
serment de nous dire la vérité de la part d'Anne Moreul,
veuve Breton, agéé de trent'un ans ; de Jeanne Colas,

(vue 46 page gauche)

veuve Meignan, agée de quarante-deux ans ; de Francoise Guédon,
veuve Brocherie, agéé de trente-sept ans, de Jeanne Géhère,
veuve Baffour, agéé de quarante-sept ans, de Françoise
Gallier veuve Dupuy, agéé de trente-quatre ans, et de Marie
Gautier, veuve Coconnier, agéé de quarante un ans, elles nous ont
toutes affirmé chacune en ce qui les concerne n'avoir reçu aucunes
nouvelles de leurs maris depuis le dix-neuf septembre dernier.

 

Quartier
de
Tréhut

Ont aussi comparu Pierre Renou, tisserand, agé de quarante
ans, Louis Abaffour, pere, cloutier, agé de soixante-douze ans,
Jean Abaffour, fils, cloutier, agé de quarante-sept ans, Pierre
Herrouët, marchand sarger, notable de cette commune, agé de
quarante-neuf ans, François Rabeau, marchand, agé de
quarante-sept ans, et Etienne Bertin, ménuisier, agé de
trente-six ans, tous domiciliés en cette commune, quartier
de Tréhut, lesquels m'ont déclaré que Jaques Roland,
charpantier, né en cette commune, agé de quarante-cinq ans,
epoux de Marie Bélier et fils de defunt René Roland,
charpantier, et de Renéé Fournier, agéé de quatre-vingt-dix
ans ; Julien Bélier, tisserand, frere de la précédente, né en
cette commune, agé de quarante ans, fils de defunt René
Bélier, cordonnier, et défunte jaquine Couët ; Pierre Le Guay,
tisserand, né en cette commune, agé de trente ans, epoux de
Marie-Modeste La Haye et fils de Jaques le Guay, marchand,
agé de soixante-douze ans, et de défunte Perrine Thibard ;
François Turpin, tisserand, né à Azé, agé de trente-trois ans,
fils de defunt Noël Turpin, tisserand et de défunte Marie
Guyet ; Pierre Plaquet, maréchal-ferrand, né en cette
commune, agé de trente-quatre ans, epoux d'Anne
Guilmet et fils de Pierre Plaquet, marchand, agé de
soixante-dix ans, et de Perrine Podvin, agéé de soixante-trois
ans, Jean Colazé, colporteur, né en Normandie, agé de
cinquante-huit ans ou environ, veuf de Louise Rassin et
fils de (blanc), tous demeurants même quartier,
sont partis avec eux et les citoyens de ce district en masse
le treize septembre dernier (vieux style) pour combattre les
ennemis de la Vendée, qu'ils les y ont vu combattre, mais

(vue 46 page droite)

que le jour de la déroute du dix-neuf du
même mois, lesdits citoyens ont disparu
et qu'il y a tout lieu de croire qu'ils
ont eté pris ou tués par l'ennemi, ou morts de fatigues ainci
que plusieurs autres ; et nous officier public, ayant pris et
reçu le serment de nous dire la verité de la part de Marie
Belier veuve Roland, agé de quarante-deux ans, de Marie-
Modeste La Haye, veuve Le Guay, agéé de trente-deux ans,
de Perrine Le Mounier, belle-mere de François Turpin, agée de
cinquante-huit ans, et d'Anne Guilmet, veuve Plaquet,
agée de vingt-huit ans, elles nous ont toutes affirmé,
chacune en ce qui les concerne, n'avoir reçu aucune nouvelles
de leurs maris, frere et enfant, depuis le dix-neuf septembre
dernier.

 

Quartier
de la
Municipalité

Ont aussi comparu les citoyens Pierre-Anne Sourdille, ancien
officier d'infanterie, agé de cinquante-neuf ans, Joseph-
Bernard Bonneau Touchebaron, notaire public, agé de
quarante-quatre ans, Louis Chevron, marchand, officier
municipal de cette commune, agé de quarante ans, René-
Urbain Laumaillé, officier municipal de cette commune, agé
de quarante-trois ans, René-Jean de Beaumont, notaire public
et officier municipal de cette commune, agé de quarante
neuf ans, et Pierre Houdmon, ferblanquier, administrateur
du directoire de ce district, agé de quarante ans, tous demeurants
en cette commune, quartier de la municipalité, lesquels
m'ont déclaré que Claude-Jaques-Henry Foussier,
commissaire national au tribunal de ce district, né en cette
commune, agé de cinquante-six ans, epoux de Philippine-
Jeanne Gastineau et fils de défunt Jean-Jaques-Michel
Foussier, procureur du roi au ci-devant présidial de cette
ville, et de défunte Marie Phelipeaux ; Pierre Labouré,
perruquier, né à Gennes, agé de cinquante et un ans, epoux
de Marie Pothier, marchande, et fils de défunt Francois Labouré,
fabricant de toiles et de defunte Perrine Moliere ; Pierre
Perrault, filacier, né en cette commune, agé de vingt sept ans,
epoux de Marie Belin et fils de defunt René Perrault,

(vue 47 page gauche)

tireur d'etain, et de Jeanne Choré, agéé de soixante-douze
ans, tous demeurants dans le même quartier, sont partis avec
eux et les autres citoyens de ce district en masse le treize
septembre dernier pour aller combattre les ennemis de la
Vendée, qu'ils y ont combattu, mais qu'ils ont disparu le
jour de la deroute arrivée le dix-neuf du même mois, et
qu'ils sont tous persuadés qu'ils ont été pris et tués par
l'ennemi ou morts de fatigue, ainsi que plusieurs autres ;
et nous officier public, ayant pris et reçu le serment de nous
dire la vérité de la part de Philippine-Jeanne Gastineau,
veuve Foussier, agéé de cinquante-cinq ans, de Marie Pothier,
veuve Labouré, agéé de quarante-sept ans, et de Marie
Belin, veuve Perrault, agéé de trente-six ans, elles nous ont
affirmé chacune à leur egard que depuis le dix-neuf septembre
dernier elles n'ont reçu aucune nouvelle qui puisse faire
croire que leur mari soit vivant, que la citoyenne veuve
Labouré au contraire n'en a reçu que de facheuses.

 

Quartier
d’Olivet

Ont aussi comparu les citoyens Pierre Coudol la Grave, tailleur
d'habits, notable de cette commune et capitaine dans la garde-
nationale, agé de quarante-huit ans, Jean Perriere Mauny,
officier municipal de cette commune, agé de cinquante-un ans,
Julien Gillois, couvreur, agé de quarante-huit ans, Pierre Dupuits
dit Deshayes, cordonnier, agé de quarante-cinq ans, Urbain Bouleau,
marchand, lieutenant dans la garde-nationale, agé de cinquante
ans, et Claude Le Febvre, serrurier, agé de quarante-six ans,
tous demeurants en cette commune, quartier d'Olivet, lesquels m'ont
déclaré que Jaques-Mathurin Grandval, sacriste de l'eglise Saint Remy de cette
commune, né à Chateau-Gonthier, agé de quarante-huit ans,
fils de défunt Joseph Grandval, sacriste de la même eglise, et de
défunte Jaquine Brard ; François Dupuits dit Deshayes, tisserand,
né en cette commune, agé de quarante-sept ans, fils de defunt
Charles Dupuits, armurier, et de defunte Perrine Hiaumé,
et epoux de Françoise Duboys ; René Babouineau, marchand de
fil, né à Valléé, departement de la Loire Inferieure, agé de
trente-huit ans, epoux de Marie Durand et fils de defunt
Pierre Babouineau, laboureur, et de defunte Anne Thomas ;
François Hamelin, tonnélier, né à Basouges, agé de trente et un
ans, epoux de Jeanne Rossignol et fils de defunt Philippe

(vue 47 page droite)

Hamelin, laboureur, et de defunte Jaquine
Bouvier ; Jean Turfau, filacier, né à Vitré,
agé de cinquante-quatre ans, veuf d'Anne
Perrine Bruneau et fils de defunt
François Turfau et de defunte Jeanne Chabot ; Pierre Pilorge,
tisserand, né à Laval, agé de quarante ans, epoux de Perrine
Chevalier et fils de défunt François Pilorge, tisserand, et de
Jeanne Houdayer, agéé de soixante-dix ans ou environ, tous
demeurants dans le même quartier, sont partis avec eux et
les autres citoyens de ce district en masse le treize septembre
dernier (vieux style) pour aller combattre les ennemis de la
Vendée, qu’ils les y ont vu combattre, mais que le jour
de la déroute arrivée le dix-neuf du même mois entre Saint Lambert et
Beaulieu les citoyens ci-dessus établis ont disparu, et qu'ils sont
persuadés qu'ils ont [été] pris et tués par l'ennemi ou morts de
fatique, ainsi que plusieurs autres ; et nous officier public
ayant pris et recu serment de dire la verité des citoyennes
Louise Blin, veuve Grandval, agéé de cinquante-deux ans,
Francoise Duboys, veuve Dupuits, agéé de quarante-deux ans,
Marie Durand, veuve Babouineau, agéé de trente-trois ans,
Jeanne Rossignol, veuve Hamelin, agéé de trent'un ans,
Perrine Chevalier, veuve Pilorge, agéé de trente-cinq ans,
et de Francoise Turfau, fille de Jean Turfau, agéé de
vingt-un ans accomplis, elles nous ont affirmé chacune en
ce qui les concerne que depuis le dix-neuf septembre dernier
elles n'ont recu aucunes nouvelles de leurs maris et pere.

 

Quartier
de l’Union

Ont aussi comparu Pierre-Joachim Laumaillé, notaire
public, agé de quarante-quatre ans, Thomas Bourdin, aubergiste,
agé de quarante-neuf ans, Jean-Pierre-Julien Bachelier, agé
de trente-sept ans, Louis Cheré, cordonnier, agé de quarante et
un ans, Jean Bourjuge, charpantier, agé de quarante-trois
ans, et Toussaint-Pierre David, tailleur d'habits, agé de
trente-sept ans, tous demeurants en cette commune, quartier de
l'Union, lesquels m'ont déclaré que Jean-Francois Caillot,
cloutier, né à Mayenne, agé de cinquante-sept ans, epoux
de Jeanne Chalumeau et fils de defunt Jean Caillot, cloutier,

(vue 48 page gauche)

et de defunte Marie Mainbault ; Francois Bernault, tisserand,
né à Fromentieres, agé de quarante et un ans, epoux de Renée
Collet et fils de défunt François Bernault, tisserand, et de
defunte Julienne Foucault ; Jean Poirier, cordonnier, né à Azé,
agé de cinquante ans, epoux de Françoise marguerite Moulinet
et fils de défunt Michel Poirier, sarger, et de defunte Marie
Pichon ; René Rumeau, tisserand, né à Andouillé, agé de
quarante et un ans, veuf de Jeanne Gougeon et fils de defunt
François Rumeau, laboureur, et de defunte Renée Beziers ; Nicolas-
Sébastien-Pierre Triquet, tisserand, né à Laval, agé de cinquante
ans, epoux de Renéé Britais et fils de defunt René Triquet,
tisserand, et d'Anne Pléchard, agéé de soixante-quatorze ans ;
et Mathurin Mottais, cloutier, né en cette commune, agé de
cinquante-trois ans, epoux de Michelle Gaultier et fils de défunt
Pierre Mottais, laboureur, et de defunte Jeanne Durand, tous demeurants
dans le même quartier, sont partis avec eux et les autres citoyens
du district le treize septembre dernier, pour aller combattre les
ennemis de la Vendéé, qu ils les ont vu y combattre, mais que
le jour de la déroute arrivéé le dix-neuf du même mois entre
Saint Lambert et Beaulieu, lesdits citoyens ont disparu, et qu'ils sont
persuadés qu'ils ont été tués par l'ennemi ou morts de fatique
ainci qu'ils en ont vu plusieurs autres ; et relativement au citoyen
Mathurin Mottays, le citoyen Jean Bourjuge nous a affirmé
l'avoir vu mort à l'hopital de Chemillé quatre jours après la
déroute ; nous officier public, ayant pris et reçu le serment de
dire la verité des citoyennes Jeanne chalumeau, veuve Caillot,
agéé de soixante trois ans, Renéé Collet, veuve Bernault,
agée de trente-neuf ans, Françoise-Marguerite Moulinet, veuve
Poirier, agéé de quarante-sept ans, Jeanne Rumeau, fille de
René Rumeau, agéé de dix huit ans, et de Michelle Gaultier, veuve
Mottais, agéé de quarante-quatre ans, elles nous ont toutes
affirmé chacun en ce qui les concerne n'avoir reçu aucunes
nouvelles de leurs maris et pere.

 

Quartier
de Champ-Fleury

Ont aussi comparu les citoyens Michel Berot, commandant
du bataillon de la garde-nationale de Château-Gonthier, agé de

(vue 48 page droite)

cinquante-trois ans, Pierre Lochard, tisserand,
agé de quarante ans, Urbain Royné, cordonnier,
agé de quarante trois ans, Jean Huard,
agé de cinquante-deux ans, Michel
Rizard, adjudant de la garde-nationale, agé de trente huit ans,
et claude Quinefault fils, percepteur des droits d'enregistrement,
agé de vingt huit ans, tous demeurants en cette commune, quartier
de Champ-Fleury, lesquels m'ont déclaré que Louis le Roy, cardeur,
agé de soixante-six ans, epoux de Perrine Gendron, né en cette
commune, fils de défunt Louis le Roy, cardeur, et de défunte Jeanne
Baleur ; Joseph Tessier, perrayeur, né à la Basouges de Chemeray,
agé de soixante ans, fils de défunt (blanc) Tessier, dont nous ne
connoissons pas le nom de l'epouse, mere dudit Joseph Tessier, epoux
de Jeanne Vivien ; [3 lignes cancelées : François le Roux, gendarme national, né
à Azé, agé de quarante-cinq ans, epoux de Renéé Gentilhomme
et fils de defunt Le Roux, filacier, et de défunte Louise Bourjuge]
François Rizard, tisserand, né à Azé, agé de trente-huit ans,
epoux de Marie Gerbouïn, fils de Michel Rizard, marchand de
toiles, décédé, et de Marie Gonet, agée de cinquante ans, actuellement
epouse de Nicolas Houdmon ; Louis le Duc, tisserand, né à Azé,
agé de quarante six ans, fils de Louis le Duc, ancien aubergiste,
agé de soixante seize ans, et de defunte (blanc) Lancreau ; Pierre
Berthelot, tisserand, né à Azé, agé de cinquante-huit ans,
epoux de Marie Le Mesle et fils de défunt Jaques Berthelot,
tisserand, et de defunte Marie Baguelin ; Dominique Rabard,
principal du collège de cette commune, né à Tarbes, agé de
trente-deux ans, epoux de Therèse Pennard ; Charles Cordier,
instituteur au même collège, né à Laval, agé de vingt ans,
tous demeurants dans le meme quartier en cette commune,
sont partis avec eux et les autres citoyens de ce district
le treize septembre dernier (vieux stile) pour aller combattre
les ennemis de la Vendéé, qu’ils les y ont vu sous les
armes, mais qu'ils ont disparu le jour de la déroute
arrivée le dix-neuf du même mois entre Beaulieu et
Saint Lambert, qu'ils sont tous persuadés qu'ils ont été tués

(vue 49 page gauche)

par l'ennemy ou qu'ils sont morts de fatigue ; et nous
officier public, ayant pris et reçu le serment de nous dire la
vérité des citoyennes Perrine Gendron, veuve Le Roy, agéé de
soixante-trois ans, Jeanne Vivien, veuve Le Tessier agé de quarante-
huit ans, Marie Gerbouin, veuve Rizard, agée de trente et un
ans, et de Therèse Pennard, veuve Rabard, agéé de vingt-quatre
ans, et de Marie le Mesle, veuve Berthelot, agée de cinquante un
ans, elles nous ont toutes affirmé, chacune en ce qui les
concerne, n'avoir reçu aucunes nouvelles de leurs maris depuis
le dix-neuf septembre dernier.  

 

Quartier
de
l'hôpital

Ont aussi comparu Jean-Pierre Maumousseau l'aîné, membre
du bureau de paix de ce district, agé de quarante-quatre ans,
Jean Dabou, serrurier, agé de trente-neuf ans, François Loyson,
aubergiste, agé de cinquante-quatre ans, Jaques Deschamps, sellier,
agé de quarante ans, Pierre Jarry, tourneur, agé de cinquante-
quatre ans, et René Renou, ménuisier, agé de cinquante-six
ans tous demeurants en cette commune, quartier
de l'Hôpital, lesquels m'ont déclaré que Michel Eschard,
charpantier, né à Laval, agé de cinquante-cinq ans, epoux
de Jeanne Rouillet et fils de defunt Michel Eschard, tisserand,
et de defunte Anne Carré ; Mathurin Heulot, cordonnier, né
à Loiron, agé de quarante-quatre ans, epoux de Marie Gaultier
et fils de defunt Mathurin Heulot, tisserand, et de Marie
Rouillard, agéé de soixante-six ans ; Alexandre Boulay, tisserand,
né à Saint Denys de ce district, agé de cinquante-neuf ans, epoux de
Anne Beloeuvre et fils de défunt Alexandre Boulay, tailleur
d'habits, et de défunte Perrine Gaultier ; Etienne Bouthier,
tisserand, epoux de Marguerite Planchenault, décédéé depuis peu,
né à Laval, agé de trente-huit ans, fils de défunt Maurice
Bouthier, laboureur, et de defunte Jeanne Gaultier ; François
Chauvineau, ménuisier, né à Longuefuye, agé de quarante-deux
ans ou environ, epoux de Marie Côme et fils de Jean
Chauvineau, tisserand, agé de soixante-seize ans, et de
defunte Catherine Talva, tous demeurants en cette commune même
quartier, sont partis avec eux et les citoyens de ce district

(vue 49 page droite)

le treize septembre dernier (vieux style) pour
aller combattre les ennemis de la Vendée, qu'ils
les y ont vu combattre, mais qu'ils ont
disparu le jour de la déroute
arrivée le dix-neuf du même mois entre Beaulieu et Saint Lambert,
qu'ils sont persuadés qu’ils ont eté tué par l'ennemi ou
qu'ils sont morts de fatigue ; nous officier public, ayant
pris et reçu le serment de nous dire la vérité de Jeanne Rouillet,
veuve Eschard, agé de soixante ans, de Marie Rouillard,
mere de Mathurin Heulot, agéé de soixante-six ans, d'Anne
Beloeuvre, veuve Boulay, agéé de soixante-neuf ans, de
Marie Côme, veuve Chauvineau, agéé de quarante-deux
ans, qui toutes nous ont affirmé, chacune en ce qui les
concerne, n'avoir reçu aucunes nouvelles de leurs maris
et enfant depuis le dix-neuf septembre dernier.

 

Quartier
des
Toiles

Ont aussi comparu Jean Noël, notaire public, agé de
quarante-neuf ans, Nicolas Hayer, ancien garde-françoise,
commandant en second du bataillon de la garde-nationale
de cette commune, agé de quarante-sept ans ; Jerôme
Pelmoine, tanneur, agé de cinquante un ans, Louis
François, notable de cette commune, agé de quarante ans,
Jaques Guillois, négociant, agé de quarante deux ans,
et Joseph Duchemin, marchand, agé de soixante six ans,
tous demeurants en cette commune, quartier des Toiles ;
lesquels nous ont déclaré que Augustin Chauvineau, marchand,
né à Menil, agé de quarante ans, epoux de Renée Paumard
et fils de defunt Michel Chauvineau, journalier, et de
défunte Jeanne Chesneau ; Julien Monnier, sarger, né à
Azé, agé de quarante-cinq ans, epoux de Marie Bobard
et fils de défunt René Monnier, sarger, et de defunte
Renée Bizon ; Pierre Nepveu, tisserand, né à Azé,
agé de soixante ans, epoux de Renée Prete-Seille et fils
de defunt René Neveu, tisserand, et de defunte Marie Joly ;
Jean Viot, marchand, né à Ruillé, agé de trente-neuf ans,
epoux de Anne Journeil et fils de défunt Jean Viot,

(vue 50 page gauche)

marchand, et d'Anne Herrouïn, agéé de soixante-douze ans ou
environ ; Nicolas Diard, né a Azé, agé de cinquante-
neuf ans, veuf de Jeanne Moulard et fils de défunt Nicolas
Diard, tisserand, et de defunte Perrine Dubois ; Henry
Ragot, curé de chatelain, né à Azé, agé de trent'un ans,
fils de defunt Nicolas Ragot, marchand, et d'Anne Joulain,
agée de soixante un ans ; Julien Landais, journalier, né à
Houssay, agé de quarante deux ans, epoux de Michelle
Diard, tous demeurants en cette commune, même quartier,
à l'exception d'Henry Ragot, domicilié à Châtelain, sont partis
avec eux et les citoyens de ce district le treize septembre
dernier, vieux style, pour aller combattre les ennemis de la
Vendéé, qu'ils les y ont vu combattre, mais qu'ils ont
disparu le jour de la deroute arrivéé le dix-neuf du même
mois entre Saint Lambert et Beaulieu, qu'ils sont persuadés
qu'ils sont morts de fatique ou qu'ils ont été tués par
l'ennemi ; nous officier public, ayant pris et recu le
serment de nous dire la verité des citoyennes Renéé
Paumard, veuve Chauvineau, agéé de trente quatre ans,
Marie Bobard, veuve Monnier, agéé de quarante-cinq ans,
Renéé Prete-Seille, veuve Neveu, agéé de cinquante-six ans,
Anne Joulain, veuve Ragot, mere dudit Henry Ragot, agéé
de soixante un ans ; du citoyen Nicolas Diart, tisserand, agé
de trente-huit ans, fils de Nicolas Diart, d'Anne Journeil,
veuve Viot, agéé de vingt-sept ans, ils nous ont tous
affirmé n'avoir recu aucunes nouvelles chacun en ce
qui les concerne, de leurs maris, pere et enfant depuis le
dix-neuf septembre dernier.

 

Depuis cet
alinéa sont
détaillés ceux
qui ont été
vus morts
ou expirants.

Et lecture faite de la déclaration des six témoins de chacun
des neuf quartiers de cette commune, nous avons interpellé
publiquement ceux qui auroient vu quelques uns
de nos concitoyens morts ou expirants dans la deroute ou
à l'action de la Vendéé, de nous en faire la déclaration
precise ; à l'instant lesdits Pierre Coudol, Etienne
Bertin et Pierre Herrouet nous ont déclaré avoir vu

(vue 50 page droite)

Jeannot mort ; Pierre Le Gros, maçon,
agé de trente-deux ans, Claude Le Febre, serrurier,
et Yves Destriché, juge, agé de quarante-quatre
ans, tous de cette commune, nous ont
affirmé avoir vu Pierre Paroissien expirant, et le
citoyen Etienne Mignon, chapelier, à declaré l'avoir vu
mort.
Nicolas Diard, tisserand, agé de trente-huit ans, Julien Gilois,
couvreur, et Pierre Le Gros, ci dessus établi, ont vu François
Dupuits mort.
Marin Ganier, journalier, de cette commune, agé de quarante-
huit ans, a déclaré avoir vu René Babouineau mort.
Nicolas Diard, ci dessus etabli, a déclaré avoir vu Jean
Denouault mort.
Augustin Baudouin, tisserand, domicilié en (blanc),
agé de vingt-six ans, a affirmé avoir vu Jean Poirier mort.
Le meme Augustin Baudouin a déclaré avoir vu Nicolas
Triquet mort.
François L'homme, jardinier, en cette commune, agé de
trente-huit ans, a affirmé avoir vu Mathurin Mothays
mort.
Pierre Chasseboeuf, perruquier, agé de vingt-neuf ans, Carel
Boisbilly, serrurier, agé de quarante ans, l'un et l'autre de cette
commune, ont déclaré avoir vu Louis Abaffour expirant
dans le chemin de Beaulieu ; et Etienne Mignon, chapelier de
cette commune, a déclaré l'avoir vu mort.
Le même (blanc) Carel Boisbilly a déclaré avoir vu
François Fouassier mort.
Le même (blanc) Carel Boisbilly, Louis, François et
Jaques Guillois, ci-dessus etablis, ont affirmé avoir vu
Dominique Rabard mort.
Pierre Gaudin, journalier, en cette commune, agé de
quarante-six ans, a déclaré avoir vu René Auger
tomber mort d'une balle qui lui a traversé le col.
Le même Pierre Gaudin a déclaré avoir vu Julien
Tiriau mort.      

(vue 51 page gauche)

Jean Bergault oeconome de l’hospice saint Julien de cette
commune a affirmé avoir vu Pierre Neveu, mort.

Pierre Blonceau, maçon en cette commune agé de trente
six ans a affirmé avoir Pierre Tabouré, perruquier, mort
dans une vigne près le Pont Barré.

Desquelles déclarations nous Mathurin René Thoré
officier public avons redigé le present acte tant pour
instruire la posterité de la mort glorieuse de nos
concitoyens ci-dessus etablis qui sont péris dans la
Vendée en combattant les ennemis de la France, que
pour servir et valoir à leurs parents et à tous autres
citoyens de la republique françoise.

Fait et arrêté en la Grand’Chambre de la municipalité
de Château-Gonthier le jour ci-dessus à huit heures du
soir, en présence des citoyens et citoyennes ci-dessus établis
et encore en présence de Joseph Bernard Le Vayer,
agé de quarante un ans, maire, Vincent Thoré,
marchand, agé de trente-deux ans, agent-national de
cette commune, René-Pierre Homo, juge, ancien maire,
agé de cinquante sept ans, René Fouqueret pere, ancien tisserand,
l'un des quatre doyens d'age de cette commune, agé de
soixante-dix huit ans, Jean Jouye,
marchand, agé de quarante deux ans, membre du comité
de surveillance revolutionnaire de Château-Gonthier, et
Georges Le Vayer, chirurgien, membre du même comité,
agé de quarante neuf ans, tous domiciliés en cette
commune, tous lesquels citoyens et citoyennes ci-dessus
etablis ont déclaré ne savoir signer, à l'exception de
ceux qui ont ci-après signé avec nous. (*) René Guérin,
fils de René Guerin, huissier et aubergiste, et de
Marie Guerin, domiciliés à Candé. Deux lignes et vingt-trois mots
rayés nuls.

(Nombreuses signatures, jusqu’en bas de la vue 51 page droite)

(l’appel de la note (*) n’a pas été retrouvé)

 
   
 
   

an II - Naissance de l’enfant d’un prêtre constitutionnel

   
   
 
   

Signalé par Alain Vriens (2010-08-03)

 
   

Registre N. 1793-1794 (an II) (vue 31/44)

 
  Transcription par Alain Vriens  
   
 
 

Dix juin
1794

n° 71
Louis-
Suger
Levenard

Le vingt deux prairial l'an second de la république françoise,
une et indivisible, à trois heures après midi.

Devant moi Mathurin René Thoré, officier public de
la commune de Château-Gonthier, département de la Mayenne,
a comparu le citoyen Louis-François Levenard, ci-devant
curé de Saint Jean de cette commune, né à Saint Martin de Cenilly,
district de Coutances, département de la Manche, agé de
trente-six ans, accompagné du citoyen Georges Le Vayer,
chirurgien et démonstrateur en l'art des accouchements, membre
du comité de surveillance revolutionnaire de ce district, agé de
quarante-neuf ans, et de la citoyenne Mathurine Le Breton,
grande tante maternelle de l'enfant ci-après, agée de
cinquante-cinq ans, tous domiciliés dans cette commune. Lequel
m'a déclaré que la citoyenne Félicité-Perrine-Josephine
Le Breton, sa légitime épouse, née en la commune de
Laval, agée de vingt-neuf ans, est accouchée ce jour en
la maison du ci-devant presbytère de Saint Jean de cette commune,
lieu de leur domicile, à midi et demi, d'un garçon qui
m'a été présenté à l'instant et qui a reçu pour prénoms
Louis-Suger. Et cette déclaration m'ayant été certifiée
véritable par les deux témoins ci-dessus établis, j'en ai rédigé
le present acte en présence des deux témoins et du pere de
l'enfant qui m'a déclaré avoir contracté mariage en la ci-devant
paroisse de Saint Vénérand de Laval le quatre septembre mil sept
cent quatre vingt douze (vieux style), ce qu'il nous a
justifié en nous representant copie de l'acte de célébration
de son mariage sous la date ci-dessus établie, signée d'Orlodot,
curé, contresignée Laban, 1er vicaire episcopal de la Mayenne.

Fait en la grande salle de la maison commune de
Château-Gonthier en présence des citoyens et citoyenne ci-dessus

 (page droite)

établis et encore en présence de Clotilde
Thoré, agée de dix ans, domiciliée en cette
commune, qui tous ont signé
avec moi le jour ci-dessus.

(Signatures)

Levesnard
Le Vayer
officier de santé
Le Breton
M.R. Thoré
C. Thoré

   
 

L'un des signataires de cet acte est une petite fille de 10 ans, qui signe avec paraphe. Clotilde Thoré était sans doute la fille de Mathurin-René Thoré, qui a rédigé l’acte et qui est connu par ailleurs pour ses travaux sur l'histoire locale (voir Angot, Dictionnaire de la Mayenne, t. III).

L'acte de mariage des parents se trouve dans le registre des mariages de Laval en 1792 (vue 8).

   
 

Levenard (Louis-François), né à Saint-Martin de Cenilly, au diocèse de Coutances, en 1758, était vicaire de Saint-Ouen-des-Toits quand il fut délégué en 1790 à l'assemblée qui nomma les administrateurs du département, et fut chantre à la messe qui suivit l'élection de M. Thoumin des Vauxponts à l'évêché. Il prêta à la Constitution civile un serment restrictif et orthodoxe qu'il rendit bientôt pur et simple et fut choisi comme grand vicaire par Villar (juillet 1791).
Aumônier de l'hôpital Saint-Joseph, il se démit de ces fonctions (février 1792) pour prendre la cure de Saint-Jean de Château-Gontier. Il abjura pendant la Terreur, se maria, devint administrateur de la commune (21 brumaire an IV), commissaire du directoire exécutif près du canton et montra contre les prêtres un zèle que dut blâmer l'administration centrale, et qui peut-être amena sa révocation, car sa signature disparaît des registres municipaux dès le 8 germinal an IV. Il mourut en 1814, après sa rétractation.
Boullier, Mém. ecclés., p. 56. — Arch. mun. de Château-Gontier. — Arch. de la M., L., reg. du directoire du département.— Arch. nat., F 1/b, II, Mayenne, 1.
(Angot, Dictionnaire de la Mayenne, t. II.)

 
   
 
   

an III - Découverte du cadavre d’un dragon
« flottant dans la rivière »

   
   
 
   

Signalé par Alain Vriens (2010-12-17)

 
   

Registre D. an III (vue 48/106)

 
 

Transcription par Alain Vriens

 
   
 
 

n° 158
Dolet
dragon

Deux
avril
1795

Aujourd'hui treize germinal l'an troisième de la république
française, une et indivisible, sur les quatre heures après midi,
moi Georges Le Vayer membre du conseil général de la
commune de Chateau-Gontier, chef lieu de district, departement
de la Mayenne, elu officier public, sur l'avis qui vient de
m'être donné par André Cocheau flotteur de marine
domicilié de cette commune, qu'il venait de trouver un cadavre
flottant dans la riviere, me suis transporté au rivage
nommé Port Martin où j'ai vû ledit cadavre vêtu d'une
veste d'uniforme de dragon dont les boutons portent le
numero seize, d'un pentalon de même drap garni de cuir,
lequel cadavre m'a paru être de la taille d'environ cinq
pieds quatre pouces ; et à l'instant sont comparus les citoyens
Jean Couturier, agé de vingt un an, et Nicolas Gateau, tous les
deux dragons au seizième régiment, qui m'ont déclaré bien
et surement reconnaitre ledit cadavre pour être celui du
nomme Dolet soldat dudit régiment et de leur compagnie,
natif des environs de Paris. D'après cette déclaration j'ai dressé
le présent acte en presence dudit Cocheau et des deux
declarans qui ont dit ne savoir écrire

Fait à Chateau-Gontier par moi officier public susdit et
soussigné, les jour, mois et an ci-dessus.

(Signature)

G. Le Vayer
officier public

 
   
 
   

Saint-Jean-l’Évangéliste

   
   
 
   

1718 – Inhumation de Marie Jaguelin

   
   
 
   

Signalé par Yves Salaün (2006-07-08).

 
   

Registre BMS. 1717-1722 (vue 20/102).

 
 

Transcription complète

 
 

Voir Laurain (Ernest), « Le cadavre de Marie Jaguelin », dans Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne, 1907, p. 329-335.

 
   
 
 
 

Le cinquieme de fevrier mil sept cent dix huit
a été inhumé dans le cimetiere de Saint Jean
l’Evangeliste le corps de defunte Marie
Jaguelin vivante fille de defunt Etienne
Jaguelin vivant serger et de Jaquine Cados,
decedée le quatrieme (de ?) fevrier par nous curé dudit Saint-Jean.

(Signatures :)
Martin | Jos. Martin(et ?) [vicaire] | Aurat

 
   
 
 
Haut