Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Chailland

 
   
 
   

1698 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier ( 2006-07-07).

 
   

Référence : registre BMS 1694-1700 (vue 76/98)

 
 

Transcription à faire.

 
   
 
 


(transcription à faire)

 
   
 
   

1706 - Bénédiction de la chapelle Saint-Charles
dans la cour des forges

   
   
 
   

Signalé par Yves Pescheux (2003-12-30).

 
   

Référence : registre BMS 1700-1710 (vue 90).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 


Ce mardy vingt et sixiesme d’octobre
mil sept cent six a esté fait la ceremonie de
la benediction de la chapelle située dans la cour
des forges de Chailland sous le nom et invocation
de saint Charle erigée et fondée dans ledit lieu par
haut et puissant seigneur missire Armant Charle
duc de Martarin de la Meilleret et autres lieux,
laquelle benediction a esté faite par nous Charle Joseph
Debonnaire docteur de la faculté de Paris prêtre prieur
curé de Saint George de Butavant, en vertu de la commission
à nous adressée par monseigneur l’illustrissime et reverendissime
evesque du Mans en datte du dix huitiesme du present
mois d’octobre an comme desus, en presence des sousignés.
Rayé un mot.

(Signatures :)

de Meaulne curé de Chailland
Drouin
M. Palicot
Drouin
J. Gasbin prêtre
Debonnaire, curé de Saint George.

 
   
 
   

1711 – Inhumation d’une pauvre femme
« passant chemin et cherchant le pain »

   
   
 
   

Signalé par « eme » (2007-12-20).

 
   

Référence : registre BMS. 1711-1718 (vue 3/113).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 


Le quatrieme jour de janvier an comme dessus [1711] j’ay pretre
soussigné inhumé dans le cimmetiere de ceant le corps
d'une pauvre femme qui passant chemin et cherchant le
pain est morte de hier au lieu et metairie de la Jourdon[nière]
en cette paroisse. Laquelle defunte s’appeloit Renée mais
dont on ignore le surnom aussi bien que la paroisse de
demeure.

(Signature : )
Bertron (avec paraphe)

 
   
 
   

1711 – Inhumation d’un enfant « mort à la nourice »

   
   
 
   

Signalé par « eme » (2007-12-20).

 
   

Référence : registre BMS. 1711-1718 (vue 4/113).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 


Le second jour de mars mil sept cent onze
j’ay pretre soussigné inhumé dans le cimmetiere
de ceant le corps d’un enfant garçon agé d’environ d’un
mois qui est mort aux (sic) village des Eccottés en
cette paroisse, duquel enfant on ne nous a point
dit le nom, sinon qu’il etoit de la ville de Laval
et qu’il est mort à la nourice chez Michel Boullée auxdits Eccottés.

(Signature : )
Bertron (avec paraphe)

 
   
 
   

1728 - Bénédiction des deux cloches

   
   
 
   

Signalé par Yves Pescheux (2004-10-25 ).

 
   

Référence : registre BMS. 1726-1734 (vue 37)

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 

.

Le seizieme jour du mois de fevrier mil sept
cent vingt huit a eté faite la benediction des deux
cloches de Chailland par discret et venerable messire
Joseph de Gruel sieur curé dudit Chailland avec
ceremonies accoustumées en vertu de la permission de
monseigneur l’illustrissime et reverendissime eveque du
Mans, et la grosse desdittes cloches a eté nommée
Marie Joseph par haut et puissant messire
Joseph Joachim chef du nom et armes du Maz

(transcription à terminer)

(voir aussi ci-dessous : 1732 vue 100)

 
   
 
   

1732 - Bénédiction de deux cloches

   
   
 
   

Signalé par Suzanne Metairie (2005-06-13).

 
   

Référence : registre BMS. 1726-1734 (vues 100-101/129).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 


Le neufviesme jour d’avril mil sept cent
trante deux a esté faite la benediction des deux cloche
de Chailliand par discret et venerable messire Joseph
Degruel doyen d’Ernée sieur curé de Montenay avec
ceremonies accoustumées en vertu de la permission de
monseigneur l’illustrissime et reverendissime
eveque du Mans, et la grosse desdittes cloches a eté
nommée Marie Joseph par haut et puissant messire
Joseph Joachain chef du nom et armes du Maz

(transcription à terminer)

(voir aussi ci-dessus : 1732 vue 37)

 
   
 
   

1765 – Bénédiction d’une cloche

   
   
 
   

Signalé par Erick Liné (2003-10-07).

 
   

Référence : registre BMS 1760-1766 (vue 125).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
  Le vingt troisieme jour de decembre mil sept c[ent]
soixante cinq a été faite la benediction de la secon[de]
cloche de Chailland par maître Jean François Rico[u]
curé de ladite paroisse avec les ceremonies accoutum[ées]
en vertu de la permission de monseigneur l’illustri[ssime]
et reverendissime eveque du Mans en date du sez[e]
novembre dernier laquelle cloche a été nomm[mée]
Jeanne Aubinne par haut et puissant seigneur
Jean Baptiste Anne de Caradeux compte dudit nom
seigneur chastelain du Menil Barré, Saint Germain
le Guilleaume, Andouillé, Torchalon, fondateur
et feodal de Chailland du chef de haute et
puissante dame Magdelaine Rose de Goyon
son epouse, seigneur de Papillon la Marre
Blandin, la Haye Renault et autres lieux
ancien capitainne au regiment royal la Marine
chevalier de Saint Louis pensionnaire du roy et p[ar]
haute et puissante demoiselle Aubinne Louise
de Goyon de Launay Commats ensemble coopropri[étaires]
par indevis de la terre du Menil Barré et
dependance en presence du clergé de ladite par[oisse]
de plusieurs habitans et autres assitans et de maître
Guilleaume Palicot procureur de fabrice soussignés.

(Signatures)

   
         
J. Bap. comte de Caradeuc Aubinne Louisse  
de Goyon de Launay Commats Madelaine Rose de Goyon  
de Caradeuc Magdelaine de Goyon G. Palicot
Letissier Letissier M. Laigre
Gascoin
notaire
   
J.F. Ricou curé    
 
   
 
   

an VII - Un accident de chasse

   
   
 
   

Signalé par « Catherine » (2006-04-29).

 
   

Référence : registre NMD 1798-1800 (vues 102 à 105/218).

 
 

Transcription complète d'après Isabelle Michaut.

 
   
 
 
(vue 102 droite)
Deces de
Jean François
Letissier

L'an septieme de la république française une et
indivisible, le vingt neuvième jour de vendemiaire
sur les deux heures après midy, nous Louis Delain
juge de paix officier de police judiciaire du canton
de Juvigné, departement de la Mayenne, en presence
du citoyen Marin Jean Goupil commissaire du directoire
executif près le mème canton et en assistance
du citoyen Jean Gouault notre greffier. Sur
l'invitation qui nous auroit été faitte de la part de
plusieurs citoyens habitans de la commune de
Chailland de nous transporter dans une lande
situé à la queue de l'Etang Neuf et à proximité
du village de la Baclerie, commune de Juvigné,
nous y avons ordonné notre transport et parvenu
dans un pré joignant ladite lande nous
y avons trouvé les citoyens Charles Perrier
Bizardière, Louis Mouttier, Jean Le Vannier,
Michel Palicot, Jean et Julien Gougere, tous

   
  (vue 103 gauche)

domiciliés de la commune de Chailland, et François
Anjuère domicilié de la commune de la Bacconnière,
lesquels nous ont dit les larmes aux yeux que
l'evenement le plus malheureux vient de les penetrer
de la douleur la plus vive, qu'etant partis ensemble
de la commune de Chailland et s'etant avancés sur la
commune de Saint Hilaire, leurs chiens auroient
poursuivis un lievre jusqu'à la queue de l'Etang
Neuf, commune de Juvigné; ils seroient parvenus
dans une lande où le lievre fut tué, que laissant
jouir les chiens, le citoyen Jean François Letissier
La Touche, leur ami et proche parent de la plus
part d'entreux etant tous reunis, se baissa
pour caresser son chien tenant son fuzil dans la main droite
la crosse par terre ; qu'alors son chien estant levé
pour lui rendre sa caresse porta la patte sur
la languette gauche de son fuzil, qui etoit tendu
qui fit approcher le canon de son epaule droite
et au meme instant le coup partit et l'ayant
frappé à l'oreille droite le renversa mort par terre
et que son corps etoit etendu par terre dans le bas
de la lande voisine. Desquels faits ils ont presentement
affirmé la vérité et sincerité, pour quoy nous
sommes entrés dans ladite lande, où nous avons
en effet trouvé un cadavre que nous avons
reconnu nous même pour etre celui du citoyen
Letissier La Touche fils domicilié de la commune
de Chailland, canton du même nom, couché sur
le dos, son fusil sur l'estomach et son chapeau
renversé près sa tête ; et ayant examiné sa
blessure, nous nous sommes assuré que le
coup entier à ecrasé l'oreille droite, traversé la
tête et ouvert le crane au point que quinze

   
  (vue 103 droite)

à vingt grains
de plomb entachés sont encore dans
son chapeau ; et nous avons observé que
sa veste à peu près sur le sein droit est noircie,
que dans la meme direction son mouchoir de cotton
rouge et bleue est noircy et brulé ce qui donne
une certitude incontestable de la trace du coup
de fuzil, et en même temps qu'il n'a peu absolument
provenir d'une main etrangère. Et sur ce que
les comparans nous ont encore dit qu'aussitot
l'accident arrivé ils avoient été en prevenir
d'abord le citoyen Onuau(?) adjoint municipal
demeurant au village le plus voisin
nommé la Baclerie, et ensuitte avec lui se
citoyen Morinière Branchardière, agent municipal
de la même commune de Juvigné, et lesdits citoyens
Morinière et Osnueau agent et adjoint presents
nous ont declaré que ce matin sur les dix heures
les citoyens susnommés leur ont dit qu'un de
leur camarade venoit de se tuer avec son fuzil
même et que s'étant rendu près de son cadavre
ils ont reconnu que c'etoit veritablement celui
du citoyen Letissier Latouche fils, et que par
la direction du coup de fuzil, commençant par
le sein droit et finissant au crane, ils se sont
acertainé que son fuzil même l'avoit tué
et qu'aucune main etrangère n'avoit pu contribuer
à sa mort. Et en persistant dans leurs declarations
les comparants ont signé. Sont signés sur le
registre : C. Perrier, J. Gougere, Julien Gougere,
F. Anjuère, Palicot, Levannier et Mouttier.
Sur quoy le commissaire du directoire

   
  (vue 104 gauche)

executif entendu, ordonnons que non obstant la certitude
des causes de la mort, le corps sera pour plus g(r)ande
regularité, visité par un ou deux officiers de santé
sauf sur leur rapport à ordonner ce qu'il appartiendra
et que provisoirement ledit corps sera transporté
avec ses vetements dans une maison audit village
de la Baclerie. Fait et arretté sur les lieux les
jour et an ci dessusdits. Sont signés Louis Delain
juge de paix, J. Gouault greffier, et M. J.B.
Goupil commissaire. Et ce jourd'huy vingt deux
vendemiaire an septième de la république française,
à huit heures du matin, nous Louis Delair juge
de paix officier de police judiciaire susdit assisté
de notre greffier ordinaire et en la compagnie
du citoyen Goupil commissaire du directoire executif
près notre canton, nous sommes transportés
au village de la Baclerie commune de Juvigné
où nous avons trouvé le citoyen Osnuau adjoint
municipal qui nous a dit qu'en consequence de
de (sic) notre ordonnance d'hier, il a fait transferer
le corps du citoyen Letissier Latouche fils dans
une de ses maisons du même village, où il
l'a fait garder la nuit dernière ; et y etant
entré avec lui, nous y avons trouvé le
meme corps couvert des memes vetements
et les citoyens Guillaume Vettier et Jacques
Sauvé officiers de Santé à Ernée survenus
ayant fait leur visite et redigé leur procès
verbal de l'etat et des causes de la mort
dudit citoyen Letissier fils, nous sur les
conclusions du commissaire du directoire
executif, considerant qu'il n'existe aucun doute

   
  (vue 104 droite)

sur les causes
de sa mort prematurée par son arme
même, ordonnons qu'il sera sepulturé et
que copie du present proces verbal sera
transcrite à l'entier par l'officier public sur
le registre des decès de la commune de Chailland,
Les citoyens Jean Coulange ayeul du deffunt,
François Pivert son oncle, René Pivert son
cousin germain, et Jean François Gauvin Vilette
egalement son cousin germain, à ce presents
tant en leur nom que comme chargés
des intentions verbales de son père, ayant
demandé qu'il nous plût les autoriser à faire
transferer son corps à Chailland, à laquelle
demande, le commissaire du directoire executif
entendu, nous avons fait droit. De tous quoy
nous avons fait, redigé et arretté le present
procès verbal audit village de la Baclerie
lesdits jour et an. Et ont les comparants
signés avec nous, notre greffier et le
commissaire du directoire executif. Sont signés :
Louis Monnière agent, Aunuau, Louis Delain
juge de paix, J. Gouault greffier et
M. J.B. Goupil commissaire.

(Signature :)

Gauvin Vilette
agent municipal

 
   
 
   

1791 - Noyade

   
   
 
   

Signalé par Hubert Dupuis (2007-01-18).

 
   

Référence : registre BMS 1787-1792 (vue 108D/187).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 


L'an mil sept cent quatre vingt onze et le vingt cinq fevrier
a eté par moi vicaire soussigné inhumé le corps de Mathurin
Dupuis de Saint Germain le Guillaume noyé à la Grande Forge le vingt quatre du présent
mois agé d'environ trente trois ans, fils de René Dupuis et de
Jeanne Fleuri, après la visite legale faite par le juge d’Erné
et autres en présence de René Le Breton cousin germain du
defunt de Jean Gomberd son beau frere, de Pierre et René
Duteil et de plusieurs autres parens et amis qui ne signent
enquis.

(Signature : )
Paumard vicaire

 
   
 
 
Haut