Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Le Bourgneuf-la-Forêt

 
   
 
   

1606 –  Mort de la dysenterie,
« quasi abandonné d’un chacun »

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-23)

 
   

Registre 1606-1651 (vue 2/88)

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 

 

Le dix neufiesme jour d'octobre en l'an que dessus [1606] a esté
ensepulturé le corps de Mathurin Meterrie au hault cimetiere,
qui y estoit malade en une loge de la disanterie, quasi
abandonné d’un chacun à cause de ladite maladie et pour n’avoir
eu à l’heure dudit mal ne pere ne mere ne maistre ne maistresse.
On luy a toutesfois tousjours porté à boire et à manger par
l’espace d’environ douze jours qu’a duré ladite maladie et a esté
visité par moy soubzsigné curé et confessé par Me Mathurin
Jarry vicaire. Deus omnipotens par… ei et miser….
nostri. Amen.

(Signature : )
Joseph Chardon

 
   
 
   

1606 – Mort d’« une longue maladie qu’il avoit en une jambe »

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-23)

 
   

Registre 1606-1651 (vue 2/88)

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 

 

Le vingt et uniesme jour dudit moys et an que dessus [octobre 1606] a
esté ensepulturé le corps de Jehan Metairie au bas ….,
lequel mort d'une longue maladie qu’il avoit en une jambe,
en laquelle il a esté confessé plusieurs fois et a reçu la
sainte eucharistie avant que de mourir. Il estoit pauvre et
a ... en la paroisse pour le nourrir. Sed statim
addid.. (tributim) natura. Faict par moy soubzsigné curé
de ... Me Jehan Bodin prestre sieur de la (Bonnetterie ?),
de Jehan Jarry laboureur et de plusieurs autres.

(Signature : )
Joseph Chardon

 
   
 
   

1618 – Inhumation de Marie de la Jaille,
femme de Pierre de Chalus

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-27) et Jean-Pierre Herriau (2009-10-12)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 27/88)

 
 

Transcription par Jean Faucheux et Philippe Gondard

 
   
 
 
 

Le 22 de janvier 1618 le corps de deffuncte damoiselle Marie
de la Jaille femme de Pierre de Challus escuyer sieur de Fresnay
et de la Rongere fut inhumé en notre eglize du Bourgneuf
de la Forest laquelle mourut en couche et fut malade l’espace
de douze jours visitée par les discretz curés de Jevigné et
de la Croixille en la presence desquelz et de discret
Simon Genouel pretre curé de la Baconniere elle
receut les droitz de la sepulture au grandissisme regret, perte
et dommaige de tous ceux qui y assisterent.

Ici l’honneur des de la Jaille
Marie et la gloire et le los
Qui aquita vers Atropos
Son dernier tribut et sa taille

Gist encloze soubz ce rocher
Au moings son corps car sa belle ame
Pour demeurer soubz cette lame
Estoit un joyau par trop cher

Voila un extresme dommaige
Qu’au beau melieu de son esté
Son corps en terre estant porté
Le ciel a l’ame pour partaige

Aynsi les bleds a demi meurs
Souvent en une matinee
Sont moissonnés par la gelee
Ou par de trop grandes chaleurs

Quand Cloton chassa l’ame belle
Au ciel et son corps au tombeau
Tout ce qui estoit de plus beau
Au monde mourut avec elle

Ses yeux deceloint la douceur
De la mere à l’enfant volage
Mais elle avoit en un couraige
De Diane le chaste honneur

Son front, ses sourcilz et sa face,
Ses perfections, ses devis
La rendoint digne à mon advis
D’estre une quatriesme grace

Soubz son tombeau gisent enclos
Venus, Diane et les Charites
Sans doute que tant de merites
Ont conduit son ame en repos.

Requiescat in pace. Amen.

 

(Signature : )
Nepveu

 
   
 
   

1625 - Du grec dans les registres paroissiaux ?

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-27 )

 
   

Registre 1606-1651 (vue 32)

 
 
Décryptage par Jean-Pierre et Damien Lavandier (2010-06-26)
 
   
 
 
 

En bas de la page, à la suite du dernier acte

Le vingt et cinquieme jour du mois et an que
dessus [mars 1625] fut inhumé au cymetiere du Bourgneuf
de la Forrest le corps de deffunct André Baron
par moy soubz signé. (Signé :) J. Legros.

se trouvent deux lignes qui semblent écrites en grec.

 

 

 

Si ces lignes utilisent bien des caractères de l'alphabet grec, il ne s'agit pas d'un texte grec, ni d'une transcription littérale de français avec des caractères grecs. On trouve dans ces lignes d'autres caractères ne figurant pas dans l'alphabet grec. Les séparations entres le groupes de lettres font penser à un texte crypté, où chaque signe correspond à une lettre de l'alphabet français.

Nous sommes partis de cette hypothèse et avons calculé les fréquences d'utilisation de ces signes, sachant qu'en français la lettre E est la plus utilisée. Par la suite, l'étude des redoublements et des terminaisons nous a permis de trouver une association de symboles aboutissant au message suivant :

                                                                                     QUE DESSUS
LE CURÉ S'EN EST VENU DE PARIS CE MESME JOUR ET Y
ESTOIT ALLÉ DÈS LA TOUSSAINT DERNIÈRE

Le codage utilise les mêmes symboles (i) pour le I et le J ainsi que (a) pour le U et le V, ce qui est propre au latin pratiqué couramment par les prêtres de l'époque. Nous avons ajouté les accents et l'apostrophe qui ne sont pas mentionnés dans le texte. Par ailleurs, la transcription du mot "allé" n'est pas celle qui est écrite. On devrait lire "ulle" mais comme le 'u' est codé par un 'a', il se peut que le transcripteur ait oublié de changer ce caractère.

Jean-Pierre et Damien Lavandier

 

_________

L’auteur de ces lignes doit être le  vicaire J. Legros, qui signe également la plupart des actes de ces pages.

Il s’agit peut-être d’une note à l’intention du vicaire lui-même, pour rappeler un événement inhabituel, et qui n’était pas destinée à tomber sous les yeux du curé (lequel fut, depuis 1623 jusqu’en 1645, Jean Tasseau, précédemment curé de Commer).

L'expressions "le mesme jour que dessus" fait référence à la date de l'acte précédent, soit le 25 mars 1625.

Archives de la Mayenne

 
   
 
   

1625 -  Mort d’« un pauvre homme passant et incogneu »

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-27)

 
   

Registre S. 1606-1651 (vue 33/88)

 
 

Transcription par Jean Faucheux

 
   
 
 

Homme incogneu

 

Le mesme jour que dessus [22 octobre 1625] fut inhumé le corps d’un pauvre
homme passant et incogneu, qui deceda près de la croix de la
Belletay et fut inhumé en presence de Me Jean Tasseau
pretre curé de la paroisse, de Pierre de Chalus escuyer sieur de la
Besehardiere, de Mre Guillaume Gallis pretre et de plusieurs aultres y
assistant moy soubz siné.

(Signature)
J. Legros

 
   
 
   

1626 - Pose de la première pierre du grand autel

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-27)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 35)

 
 

Transcription par Jean Faucheux

 
   
 
 

 

Le second jour du mois de mars mil six cent vingt et six
la premiere pierre du grand autel du Bourgneuf de la Forest fut
posée par damoyselle Catherine Choet femme de Pierre de
Chalus escuyer sieur de la Benehardiere et des Hayes Sainte
Margueritte, Mre Jean Tasseau pour lors estant curé de
ladite paroisse. Et fut ladite pierre assise en sa presence et de
plusieurs autres tant ecclesiasticques que laïcques.

(Signature : )
J. Legros

 
   
 
   

1637 - Sépulture de René de Chalus,
tué d’un coup d’arquebuse

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 54/88)

 
 

Transcription

 
   
 
 

Mr de la
Braudais

 

Le jeudi dixieme jour de septembre mil
six cens trente et sept, René de Chalus escuyer
sieur de la Braudaye fut tué d’un coup d’arqueb[use]
à fulil au lieu de la Daligaudaye par
Mainfray, sieur de la Marchandaye. Le corps du deff[unt]
fut aporté le samedi ensuivant dans l’eglise
de la Templerie et sa sepulture fut faicte par
nous curé soubs signé.

(Signature : )
J. Legros

 
   
 
   

1637 – Épidémie de "dissenterie"

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 54/88)

 
 

Transcription

 
   
 
 
 

De nombreuses morts sont enregistrées à l'occasion de cette nouvelle épidémie, à partir de décembre 1637. Un exemple d'acte :

 

Bertronne
Coeffé et trois
de ses enfans

 

La vigille de Noel mil six cent trente et sept
fut inhumé au cymetiere de ceans le corps de
deffuncte Bertronne Coeffé femme d’Estienne
Guilleu et un sien petit enfant aussi ensepulturé
le mesme jour ; et quattre jours auparavant avoint
esté aussi inhumés audit cymetiere les corps de deux
aultres des enfants de ladite deffunte tous decedez
de la dissenterie ; les sepultures faictes par nous
curé soubz signé.

(Signature : )
J. Legros

 
   
 
   

1639 – Inhumation d’un pèlerin
« qui venoit du voyage de Saint-Anthoine »

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 56/88)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

 

Le mesme jour (dernier de febvrier ?) 1639 fut inhumé
au cymetiere de ceans le corps d’un pauvre pelerin
incogneu qui venoit du voyage de Saint Anthoine
et qui deceda à la Bussonniere où il s’estoit logé.
Sa sepulture faite par nous curé du Bourgneuf soubz signé.

(Signature : )
J. Legros

 
   
 
   

1639 – Tué d’un coup d’épée

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 58/88)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Jean Bellair

Le 8e jour du mois d’octobre 1639 fut inhumé
au cymetiere de ceans le corps de deffunct Jean
Bellet dit Ragosay qui avoit esté frappé
le jour precedent d’un coup d’espée dans
le ventre qui luy fut donné par le nommé
Chauviniere sergent demeurant à la Templerie.

 
   
 
   

1645 - Travaux de consolidation dans l’église

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 69/88)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

 

Ce mesme jour susdit [18 septembre 1645] fut levée la$
sablere (?) par dans l’eglise vis à vis et
proche des fonds baptismaux, et le tirant
fut aussi raco(uvé ?)  d’aultant que la charpente
de ladite eglise du Bourgneuf tomboit.

 
   
 
   

1645-1646 -  Inhumations dans l’église
en raison du froid qui ne permet pas de creuser les fosses

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 69/88)

 
 

Transcription

 
   
 
 

 

(page gauche)
« Ces trois derniers deffunctz ont esté inhumez
au dessoubz des fons baptismaux, d’aultant que
les gelees estoint si fortes qu’il fut

(page droite)
impossible de faire les fosses dans
le cymetiere ».

 

De novembre 1645 à février 1646, on enterre les morts dans l’église.
Les inhumations dans le cimetière ne reprennent que fin février.

 
   
 
   

1647 - Première sépulture
faite selon le nouveau rituel du diocèse du Mans

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 73/88)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

 

Le sixieme jour du mois de juillet
mil six cens quarante et sept fut
inhumé au cymetiere du Bougneuf de
la Forest le corps de deffuncte Mathurine
Foucher par nous curé dudit Bourgneuf
et doyen d’Ernée, et la premiere
sepulture faite selon le rituel
nouveau qui a esté imprimé par le
commandement d’illustrissime Emery
Marc evesque du Mans.

(Signature : )
Le Gros

 
   
 
   

1648 – Morts de « fiebvre chaude »

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-01-28)

 
   

Registre BMS 1606-1651 (vue 77/88)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

 

Le 29e  juin 1648 fut inhumé au
cymetiere du Bourgneuf le corps de deffunt
Gervais Chevallier des Hais Huet, âgé de
quelque 70 ans ; et trois jours auparavant
avoit esté inhumé audi cymetiere le corps
d’une sienne fille agée de 18 ans ; il sont
decedez de fiebvre chaude. Les sepultures
ont esté faictes par nous curé soubs
signé.

(Signature : )
Le Gros

 
   
 
   

1650 – Bénédiction de la première pierre
de la chapelle du haut cimetière

   
   
 
   

Signalé par Jean Faucheux (2007-02-03)

 
   

Registre BMS 1647-1672 (vue 23/197)

 
 

Transcription par Jean Faucheux

 
   
 
 

La chapelle
du haut cemetiaire.

 

Le neufieme jour du mois d’aoust mil six cens cinquante
sur les neuf heures du matin la premiere pierre de la
chapelle du hault cymetiere fut posée, sur laquelle pierre
fut faite la benediction par nous Jean le gros
pretre curé du Bourgneuf de la Forest et doyen d’ernée
selon la forme prescripte dans le nouveau rituel
du diocese du Mans et le pouvoir à nous concedé par
monseigneur du Mans defaire telles benedictions, et
fut en presence de plusieurs des habitans dudit Bourg-
neuf, lesquels sont signés avec nous dans l’acte qui
en fut lors dressé par Me François Mechineau
notaire royal vers lequel est demeurée la minute dudit
acte, y recours si besoing est.

(Signature : )

J. Le Gros
 
   
 
   

1690 - Tenue des registres

   
   
 
   

Signalé par Jean-Pierre Herriau (2011-12-09)

 
   

Référence : BMS 1681-1709 (vue 101/384)

 
 

Transcription par Valérie Duroy

 
   
 
 
 

Veu le present registre bon pour servir à l’avenir suivant
la declaration du roy du 18 avril dernier et arest du conseil
rendu en consequence et au moyen du payement à moy
fait de quatorze sols pour l’augmentation des vingt
huit rolles restants.

(Signature)
B(lon)din

 
   
 
   

1691 - Tué par les « gableurs »

   
   
 
   

Signalé par Signalé par Jean-Pierre Herriau (4 avril 2005).

 
   

Référence : registre BMS 1681-1709 (vue 115).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
  Le neuviesme jour d'octobre mil
six cent quatre vingt onze fut
tué par des gableurs ou gardes des
gabelles Piere Legendre dit de
la Pineliere sergent royal et son
corps fut inhumé a la Granvelle
estant accusé de porter du sel.
Il fut tué dans la paroisse
de Bourgon.

(Signature :)
J. Guiller.

 
   
 
   

1692 - Sépulture du sacriste (legs)

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (19 janvier 2004).

 
   

Référence : registre 1681-1709 BMS (vue 124).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
Sepulture
de maistre
Jean
Martin
pretre sieur
de la Baliais

Le troisiesme jour de may mil six
cent quatre vingt douze deceda
maistre Jean Martin sieur de
la Balliais pretre sacriste de
cette eglisse (sic) et fut inhumé
le landemain jour de dimanche
dans le coeur de ladite eglisse
du costé de l’evangille au deçus
du crucify par maistre
Pierre Godeau pretre vicquaire
de la paroisse de Saint Hilaire en
asistance de maistre Pierre
Pivert curé de la Templerie
de maistre (blanc) Genoul pretre
de maistre Michel Gille pretre
de la Baconniere et de nostre
vicquaire et de nous soubsigné.
Ledit sieur de la Balliais Martin
a legé à l’église soisante et dix
. . . pour separer l’eglisse
et a encore donné le petit calice
d’argent et deux chasubles la
pettite violette et la pettite
rouge à condition que la fabricque
luy fera celebrer un service
à trois chantés pendant le
temps de dix ans dans la semainne
de saint Jean Baptiste.

(Signature :)
J. Guiller

 
   
 
   

1693 - Décès accidentel (chute d’une charrette de foin)

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (19 janvier 2004).

 
   

Référence : registre 1681-1709 BMS (vue 140).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
  Le vingt et quatrieme jour de
juillet mil six cent quatre vingt
treize fut inhumé dans le cimetiere
du Bourneuf par nous curé sousigné
le corps de defunt Thomas Le Royer
laboureur demeurant à la Guerettrie
lequel se tua en tomabant du haut d’unne
chartée de foin et ne dura q’un quar d’heure
après sa chute et a esté inhumé
en presence de Jasque Leroyer
son frere de Jasques et Thomas les
Royers ses enfans et de Jeanne Sorin
sa femme et ses filles et autres parens.

(Signature : )
J. Guiller

 
   
 
   

1693 - Bénédiction de la moyenne cloche

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (19 janvier 2004).

 
   

Référence : registre 1681-1709 BMS (vues 142 et 143).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

(vue 142)

Benediction de la
moyenne cloche.
Par commission de monseigneur
l’illustrissime et reverendissime
evesque du Mans à nous curé
de La Bacconniere adressée le quatriesme
novembre mil six cent qratre (sic) vingt
treize et demeure si attachée.

(vue 143)

Benediction de la moyenne
cloche.

Nous Gille du Blonchet (?) curé de La
Bacconniere prieur due Juvigny (?)
avons fait la benediction de la moyenne
cloche de l’eglise du Bourgneuf
laquelle est du poids de six cent livres
ou environ et selon les ceremonies
ordinaires de l’église a esté nommée
Suzanne par misire Jean
Guiller prestre curé dudit Bourgnay (?)
et par demoiselle Margritte
Nicolle du Verger de la Ferté
dame epouse de maistre Sebastien
Breteau sieur du Ronseray.
Et la ceremonie a esté
faite en presence de beaucoup
de personnes remarquables quoiqu’ils
n’ayent pas signé avec nous.
Laditte cloche pèse (inachevé).

(Signature :)
J. Guiller

 
   
 
   

1697 - Décès d’un soldat milicien de Bretagne (dysenterie)

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (19 janvier 2004).

 
   

Référence : registre BMS 1681-1709 (vue 203).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
  Le seisiesme de novembre 1697 deceda dans la
grange de nostre presbitaire apres huict jours de maladie
d’une dicenterie François Albert de la province de
Bretaigne evesché de Renne soldat milicier
de la paroisse de Pousy ou Poisin (?) à trois lieux de Rennes
et a esté inhumé dans nostre cimetiere en
assistance de nos vicaires par nous curé sousigné.

(Signature :)
Bouiller

 
   
 
   

1699 - Bénédiction des images
de la Sainte Vierge et de saint Martin

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (18 janvier 2004).

 
   

Référence : registre BMS 1681-1709 (vue 216).

 
 

Transcription incomplète.

 
   
 
 
 

Benediction de l’image de la sainte Vierge

Le dimanche jour du saint Nom de Jesus
dix huitiesme jour de janvier mil six cent
quatre vingt dix neuf j’ai Guillier curé
du Bourgneuf fait la benediction de l’image
de la tres sainte Vierge au retour de la
procession par la mermission à nous donnée
de monsegniuer (sic) evesque du Mans
et laditte image a esté donnée par le
commun des habitants et plus par le don
des pauvres que des riches. Il y a ausi (sic)
près de deux mois que nous fimmes
la benediction de la baniere rouge
où est l’image de saint Martin laquelle
feut donnée par testament de
defunntte Françoisse Bodin famme de
François Millet sieur de la la Genouerre . . .
marechal pour le present
noble homme Sebastien Breteau
sieur du Ronseray procureur
de fabrice . . . pour l’ogmentation
de l’eglise.

(Signé)
J. Guiller

 
   
 
   

1705 - La foudre sur le clocher

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (18 janvier 2004) et Jean-Pierre Herriau (1er avril 2005).

 
   

Référence : registre BMS. 1681-1709 (vues 240-241 et 315-316).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
Le texte original, signé par le curé Jean Guiller, se trouve vues 240 et 241, mais la page est en mauvais état et déchirée (une partie du texte manque) ; sa copie (vues 315-316) est plus brève.
   
 

(vue 315)

Le cinquiesme jour de decembre
à six heures du matin l’an mil sept cent cinq
le tonnerre tomba sur le clocher et
sur le cœur de l’eglise avec une
violence si furieuse qu’il decouvrit
tout le clocher sans briser la charpente
mais brisa une partie de la sablerie [sablere (pour sablière) ?]

(vue 316)

du cœur du coté de l’epitre renversa
la moitié du pan de la muraille sous
la meme sablerie et les pierres furent jettés
avec tant de force dans le cœur et dans le
cimetiere qu’il sembloit que c’eut esté une mine
qui eut fait ce fracas et tout le cœur a tellement
esté ebranlé par ce foudre qu’il a demeuré entrouvert
en trois endroits sous les vitreaux [culraux ?] ce qui poura
etre cause un jour de sa ruine entiere.
Nous avons sué sang et eau pour batir ce
cœur mais nous confessons que nos intentions
n’ont pas esté peut estre asses droites.

Variante et complément (texte vue 241) :

Nous confessons que peut estre nos
intentions n’ont pas esté asses pures
et que nous ne meritons pas que
Dieu ait beny nostre ouvrage. Je le
prie qu’il veille nous pardonner
les fautes que nous avons faites dans
nos travaux et qu’il veille par
ses misericordes conserver cette
pauvre eglise et nous donner un
repos eternel.

(Signature :)
J. Guiller.

 
   
 
   

1706 - Prise de possession de la cure de Montenay

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier (2006-04-23)

 
   

Référence : BMS 1681-1709 (vue 332/384)

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

Prise de
possession
de la cure
de Montenay
par Me
Loüis
Guiller
prestre

Le second jour de novembre mil sept cent six Me Loüis
François Guiller mon neveu, prestre habitué dans
cette eglize prieur d’Anglade proche Bordeaux,
a pris possession de la cure de Monthenay par
presentation et collation de monseigneur
l’illustrissime et reverandissime Loüis de Lavergne
evesque du Mans.

 
   
 
   

1716 - Don d’un tableau pour le maître-autel

   
   
 
   

Signalé par Jean-Pierre Herriau (2011-12-10)

 
   

Référence : BMS 1710-1718 (vue 88/135)

 
 

Transcription par Jean-Pierre Herriau

 
   
 
 
 

Aujourd’huy samedy et onziesme
avril mil sept cent seze, noble
homme Sebastien Breteau et
demoiselle Margritte Duverger
ont donné le tableau qui est

placé au maistre autel.

 
   
 
   

1718 - Naissance « dans l’abandon de tout secours »

   
   
 
   

Signalé par Sandrine Giaume (2012-11-05)

 
   

Référence : BMS 1710-1718 (vue 121-122/135)

 
 

Transcription par Sandrine Giaume

 
   
 
 
 

(page gauche)

Le 29e jour d'avril 1718 Louise Bizet se disant
venir de la paroisse d'Argentré et epouse d'un
nommé François Faron sirugien et de present
demeurant dans le bourg d'Andouillé ; lorsqu’elle
estoit en chemin pour aller treuver son mary,
elle a cette nuit accouché au village du Coudray
ches un nommé Lepeutier dans l'abandon de
tout secours ; elle nous a apporté son enfant que
nous avons baptisé, lequel a esté nommé Jean

(page droite)

par Jean Legeay sieur de la Ringardière
paren, la marenne damoiselle René Guiller,
quy ont signé avec nous curé soussigné ; l'enfant
rendu à sa ditte mere pour en faire bonne garde.

(Signature)
J. Guiller

 
   
 
   

1724 - Employé des fermes du roi
mort des suites d'un coup de fusil

   
   
 
   

Signalé par Sandrine Giaume (2012-11-03)

 
   

Référence : BMS 1719-1730 (vues 85-86/166)

 
 

Transcription par Sandrine Giaume

 
   
 
 
 

(vue 85)

Le quatorziême jour du mois de mars mil sept cent vingt quatre
deceda François Heurteaux employé dans les fermes du roy au poste
des Cheurtières, agé de trente neuf ans ou viron, né en la paroisse
d'Andoüillé, fils de defunt Pierre Herteaux et de Françoise Lefeure
ses pere et mere ; il a pour parrent du costé paternel Pierre Babain,
maître tissier audit Andoüillé, plus les germains en Saint Germain de Guillaume,
et a pour frere Gui Heurteaux demeurant en la paroisse de Saint
Germain d’Ansure. Ledit François Heurteaux etoit mari de Marie Françoise
Chauveau. Il a été blessé d'un coup de fusil dans le village des Haies Huet
qui luy a esté tiré par un employé du même poste, duquel coup il est mort
dans son corps de garde et a esté inhumé dans le cemetière de cette paroisse par moi pretre.

(vue 86)

vicaire soussigné le quinze de ce mois en assistance du sieur curé.
Rayé trois mots nuls ou sillabes ; approuvé six mots en interlignes ou à la marge.

(Signature)
R. Le Peculier

 
   
 
   

1764 - Dons d’ornements pour l'église

   
   
 
   

Signalé par Georges Castel (12 avril 2005) et par Claude Caulet (15 avril 2005).

 
   

Référence : registre BMS 1760-1774 (vue 122/415).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 
 

Aujourd’huy dixieme may mil sept cent soixante quatre a été
donné à cette eglise une robe à damas verd et une de ras
de filerie, plus du damas couleur de roze, par monsieur
et madame Pichot, pour satisfaire aux instances et pieux desirs
de demoiselle Jeanne Anne Pichot leur fille, decedée
en la ville de Laval, paroisse de la Trinité, le quinze may
mil sept cent soixante trois, pour employer en ornements
à cette eglise, par les bons soins de Mr Delboy prêtre
curé de cette paroisse. Laditte defunte etoit petitte fille
de defunt honorable homme Claude Legendre sieur de
la Roche et de demoiselle Jaquine Orriere son epouse
bienfaicteurs de cette eglize inhumés sous leur banc.

(Signatures :)
Deloby curé
Anne Legendre donnatrice
Pichot donnateur
Pichot Lelouvier (?)
F. Chorin . . .
Desdouez pretre vicaire

 
   
 
   

1772 - Réception d’un morceau de la Vraie-Croix dans l’église

   
   
 
   

Signalé par Claude Caulet (15 avril 2005).

 
   

Référence : registre BMS. 1760-1774 (vues 353-354/415).

 
 

Transcription à faire.

 
   
 
 
 
La transcription est à faire.
 
   
 
   

1788 - Travaux d’embellissement à l’église

   
   
 
   

Signalé par Claude Caulet (20 avril 2005).

 
   

Référence : registre 1778-1788 (vue 185).

 
 

Transcription complète.

 
   
 
 

(les mots soulignés le sont dans le document original)

   
 

Cette eglise qui aujourd’hui est sans contredit
une des belles eglises du diocese étoit dans son principe
comme celles qu’on appelle à juste titre laides et
pauvres église. Mr de Cazalais ne pouvant
souffrir que le Seigneur habitât un temple
aussi malpropre que celui de sa paroisse resolut
de faire tout son possible pour l’embellir. En conséquence
il fit elargir les chapelles qui font les deux côtés
et fit abattre les charpentes qu’il exhaussa après
avoir exhaussé les murs ; il en eut fait davantage
s’il fût resté davantage au Bourgneuf, mais il en
sortit pour aller curé à Montauban par la permutation
qu’il fit avec Mr Delbois, homme plein de réligion
et père des pauves. Ce dernier voyant quelque chose de beau à faire
dans son église resolut de continuer ce que son prédécesseur
avoit commancé, c’est pourquoi il fit venir et nourit
les plafonneurs, les sculpteurs, doreurs et les autres ouvriers
dont il avoit besoin pour executer son entreprise ; cet
ouvrage lui a couté beaucoup et ses soins et ses aumônes
cependant ne discontinuerent point car il n’avoit jamais
sçu ce que c’étoit que de renvoier un pauvre les mains vuides.
Aussi le Seigneur l’a recompensé dès ce monde car à l’âge
de soixante dix sept ans dont il est chargé il jouit
d’une santé qui fait esperer qu’il aura encore d’heureux
jours ; et à cet age il vient de faire mettre la derniere
main à son eglise en faisant faire les armoires qui sont
dans les vestibule. Priez Dieu pour lui. 1788.

 
   
 
 
Haut