Retour

Archives départementales de la Mayenne
Mentions trouvées dans les registres paroissiaux et d'état civil

Le Bignon

 
   
 
   

1637 - Bénédiction de la grosse cloche

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier ( 2005-12-21) et Renée Polizzi ( 2009-02-10)

 
   

Registre Tables 1594-1763 ( vue 39/289)

 
 

Transcription par Françoise Gautier.

 
   
 
 
 24 mars
1637

Fut benie la grosse cloche de
cette parroisse par maître Mathurin
Aoustin prêtre curé de Maisoncelle et
fut nommée Julienne par maître Julien
Voland prêtre curé de cette eglize du Bignon
et damoiselle Marie Dandigné epouse de
Charle de la Lande ecuyer sieur dudit
lieu demeurant en cette parroisse du Bignon
en la maison seigneuriale des Plains.

 
   
 
   
1731 - Bénédiction de la grosse cloche
   
       
   

Signalé par : Françoise Gautier (2004-01-10).

 
   

Registre BMS 1699-1741 (vue 254/319 page droite).

 
 

Transcription par Françoise Gautier.

 
   
 
 
 

Le six novembre mil sept cent trente et un j’ay
prestre curé d'Antrames soussigné fait la benediction
de la grosse cloche du Bignon suivant la permission
à moy accordée par Me Veaugeois grand
vicaire du mans en datte du deux octobre
mil sept cent trante et un ; en présence d'Ethienne
Couannier Deslandepré (?) vicaire de la Trinité de
Laval ; Me René Girault Lamotte ; ont etté
parain Me Jean Olivier Couannier Deslandes
curé du Bignon et maraine noble dame
Marie Anthoinette de Belryant epouse
de messire Louis d'Houlieres chevalier
signeur de la Jupelière et des paroisses
terres et chatellenies du Bignon et
Maisoncelles qui ont signé avec nous.

(Signatures :)

  M.-A. de Belryant Jupelliere
Deslandes
Charles de Houllieres
J.-O. Couannier
R. Girault

 
   
 
   

v. 1774 – Considérations du curé Courte
sur le répertoire dont il est l’auteur

   
   
 
   

Signalé par Françoise Gautier ( 2005-12-21).

 
   

Registre : Tables 1594-1763 ( vues 1-2 et 159-161/289).

 
 

Transcription par Françoise Gautier.

 
   
 
 

(vue 1)

Sommaires des actes […]
dans les plus anciens registres de la
parroisse du Bignon doyenné de
Sablé, diocese du Mans, election de Laval,
à commencer en l’année mil cinq cent quatre
vingt quatorze.

 
1594 à 1683 (3 mai)

Le peu d’exactitude qui se trouve dans les plus anciens
registres dans l’ortographe et dans les dattes peut être
notre peu d’attention, nous aura sans doute fait faire
quelques fautes. Il y a meme quelques noms dont nous ne
sommes pas certains. Nous les avons mits comme ils nous
ont paru ecrits quelques barbares qu’ils parroissent par
par (sic) exemple, Philotte, Mine, Minotte, Pergente, et
autres. Nous sommes assez persuadés qu’il faut lire
Guillemine au lieu de Mine et et (sic) Minotte, Clemente
au lieu de Pergente. Nous avons cru qu’il etoit de la
prudence de les laisser tels qu’ils nous parroissoient ecrits.
Pour les noms de famille, nous ne croyons pas nous être
trompés, la connoissance que nous avons des anciennes
familles de cette parroisse forme un préjugé en notre
faveur. Nous nous contenterons de dire à ceux qui ne seroient
pas satisfaits de ce repertoire : in hoc si quid tibi non
accideat
(?) noli nos arguere, melius fac et amabo te.
Nous avions fait un premier repertoire assez exact mais
ayant remarqué qu’il y a plusieurs registres qui
concourent ensemble pendant plusieurs années, en sorte
que si l’on ne pouvoit trouver les actes qu’on cherche
dans un registre, il faudroit consulter le suivant ou mesme
le precedent, pouvant les actes qui manquent dans un se trouver
dans l’autre. C’est pour cette raison que nous avons suivi
chaque registre, au danger de marquer deux fois le

(vue 2)

[…] qu’on nous
fasse grace pour notre bonne intention.

(vue 159)

Les registres sous messieurs Gauthier, Frin,
Couänier et Guillottais sont exacts. Nous nous dispenserons
d’en donner le sommaire. D’ailleurs nous avons fait
un premier repertoire qui poura suffire à l’occasion
jusqu’en 1764 exclusivement. Ainsi, nous termineront
ycy le sommaire des actes des plus anciens registres de la
parroisse du Bignon. Nous n’oserions assurer qu’il ne
nous ait echappé aucune faute, mais on y trouvera
toujours le fond des actes il y a quelque noms douteux

(vue 160)

nous les avons marqués peut être certifions nous rien
mais nous n’aimons pas hazarder que ceux
qui souhaiteront se servir de ce repertoire prennent
la peine d’examiner avant de nous condamner.
Nous savons que nous avons repetté plusieurs
actes, surtout depuis 1674 jusqu’en 1683.
Qu’on fasse attention qu’il y a deux registres et que
souvent on a omis dans l’un ce qu’on trouve dans
l’autre, qu’on les compare, qu’on cherche avec
patience. Il y a quelques dattes douteuses et qui ne
parroissent pas suivre l’ordre du temps. Ce n’est pas
toujours notre faute comme on pourra se l’imaginer
--- nous nous permettons aux critiques judicieuses
et l’on en manque pas de nos jours, pour ceux
dont tout le talent est de blamer tout sans se donner
la peine d’examiner, ne nous inquietent pas. Il
est plus aisé de ridiculiser que d’exécuter et l’on
meprise trop souvent ce qu’on ne pouroit faire.
Vale, lector amantissime, vide primum
postea judicabis.

(vue 161)

Indices des baptêmes, mariage et
sepulture de la parroisse du Bignon à
commencer depuis l’année mil cinq cent quatre vingt
quinze jusqu'à l’année mil six cent soixante et dix
sept. Nous ne pretendons pas qu’il ne nous ait echapé
aucune faute. La differente maniere d’ecrire les noms,
la mauvaise pronontiation par laquelle on les
exprime, les defigurent souvent et quelquefois les
rend méconnaissable. Cepandant, s’il s’est trouvé quelque nom
qui nous ait paru difficile a lire ou douteux, nous l’avons
marqué d’une croix. Nous avons aussi ajouté quelques
remarques lorsqu’elles nous ont paru necessaires. Nous
souhaittons que quelqu’un entreprenne de corriger
ce que nous aurions pu manquer et reparer ce qu’il y
aura de deffectueux. On remarquera qu’il se trouve tres
peu de mariage et de sepulture dans les trois premiers
registres et meme jusqu’en 1659. Ceux qu’on y trouve
sont à la fin de chaque registre et souvent ecrits
d’une maniere opposée aux batesmes. Nous les laisserons
dans le lieu où nous les trouverons.

 
   
 
 
Haut